Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 12:00


Début de notre ère  65
Né vers 4 av J.C - Décédé 12 avril 65 ap J.C.


Le philosophe face à la mort

             


La postérité a parfois reproché à Sénèque, à juste titre semble-t-il, de n'avoir pas toujours appliqué dans sa vie les principes qu' il professait. En tout cas, cela ne peut être vrai de sa mort, qui lui fut imposée par celui dont il avait été le conseiller, Néron. Tacite nous dit que Sénèque, juste avant de boire la ciguë, eut des paroles magnifiques, restées si célèbres qu'il jugea inutile de les rapporter. Si bien qu'elles sont  aujourd'hui tombées dans l'oubli. Il en reste cependant un reflet, inspiré de Tacite, donné par Busenello, l'auteur du livret du "Couronnement de Poppée",  opéra de Monteverdi. Dans une scène sublime, entouré de ses amis et de ses disciples, Sénèque affronte la mort avec dignité et courage, faisant preuve d'un stoïcisme qui lui apporta  "la consolation contre la tyrannie et la fermeté dans l'attente de la mort" (Tacite). "Amis, dit Sénèque, l'heure est venue de mettre en pratique la vertu que j' ai tellement louée".

Suicide peine de mort

Revenons un peu en arrière. En 65, à Rome, fut découvert un complot visant à chasser Néron du pouvoir. Cette conspiration, dirigée par un haut personnage romain, Calpamius Pison, avait impliqué de nombreuses personnalités du monde civil et militaire. Accusé lui aussi, Sénèque répondit d'un ton évasif aux demandes d'explication de Néron, qui lui intima l' ordre de se tuer. Sénèque accepta la sentence du tyran avec calme pour que son geste n'apparût pas comme un acte de faiblesse et que ce suicide ne fût pas pris comme un aveu de lâcheté. Sénèque prit son temps, voulant regarder la mort en face. Il disposait d'une potion de ciguë, ce poison qu'utilisaient les Athéniens pour donner la mort aux condamnés. Après avoir réuni ses proches, après avoir écouté la lecture du "Phédon" de Platon, il but le poison. Mais la drogue, sans doute trop vieille et éventée, avait perdu de ses vertus mortelles et ne fit aucun effet. Sénèque demanda alors qu'on lui ouvrît les veines, et se fit transporter dans un bain d'eau chaude pour précipiter sa fin.

Les coulisses du pouvoir

Ces événements se déroulèrent sans doute au mois d' avril 65 ; Sénèque laissait une æuvre importante, mais inachevée, témoignage d'un homme plongé corps et âme dans l'histoire de son temps. Car le philosophe fut aussi un homme d'action. Né entre 2 et 4 après J.-C. en Espagne Bétique, il vint très tôt à Rome étudier les philosophies stoïcienne et néo-pythagoricienne ; encore très jeune, il  pratiqua l'ascétisme avec une telle rigueur qu'il mit sa vie en danger. Il fallut toute l'autorité de son père pour lui faire assouplir la discipline qu' il s' imposait. Après un voyage en Egypte, il se lança dans la carrière d'avocat, faisant preuve de qualités oratoires exceptionnelles, qui lui ouvrirent les portes de la politique. Questeur* en 31, il entra ensuite au sénat, d'abord sous Caligula, puis, après l'assassinat de celui ci, sous le règne de Claude, ou plutôt de sa femme Messaline. C'est sur son ordre du reste que Sénèque dut s'exiler, accusé d'avoir été l'amant d'une des sæurs de Caligula. Il  passa huit ans en Corse et ne put rentrer à Rome, en 49, que grâce à Agrippine, la nouvelle impératrice. Pour Sénèque, une page se tournait ; après plusieurs années passées loin du monde politique et intellectuel de Rome, il fallait retrouver les passions du pouvoir et la célébrité.

*
Les questeurs sont des magistrats Romain chargés des finances.

Précepteur d'un empereur

A Rome, le jeune Néron avait été adopté par Claude, et c' est pour devenir son précepteur que Sénèque put rentrer d' exil. Tout naturelllment, lorsque Néron succéda à Claude, mort empoisonné, le philosophe devint l'un de ses deux conseillers privés, avec Burrus. Grâce à eux, pendant près de cinq ans, Rome vécut une période de calme et de bonheur relatifs. Sénèque n'avait aucune charge publique officielle, mais il marqua le pouvoir d'une noblesse à laquelle l 'Empire n'était plus habitué. Oeuvrant pour les libertés publiques et la justice sociale, il s'opposa plus d'une fois aux idées réactionnaires du sénat. Mais les troubles reprirent, et Néron renoua avec les mauvaises habitudes de l'Empire, faisant disparaître successivement Britannicus, Agrippine et Burrus. Voyant son influence décliner, Sénèque préféra se retirer (62) et se consacrer totalement à son æuvre. Sa production littéraire fut alors très importante, même si l' on se réfère uniquement aux textes qui nous sont parvenus. Il composa notamment les sept livres du "Traité sur les Bienfaits", traité de direction morale, et les sept livres du traité scientifique intitulé "Questions naturelles" ; il commença la fameuse correspondance avec son ami Lucilius. Ses traités philosophiques et moraux - appelés faussement dialogues - relèvent d'un stoïcisme assez libre, mais font aussi appel à d'autres philosophies, comme l' épicurisme. En réalité, Sénèque ne se laissa enfermer dans aucun système. Et s'il est exagéré de dire qu'il fut proche du christianisme, en revanche,ll est indéniable qu'il influença les Pères de l'Église.

MEDEE

"M
édée" est un personnage mythologique devenu mythique. Déjà dans le monde antique, Médée est une reprise d’Euripide par sénèque, qui en fait une tragédie devenue célèbre.
R. Girard affirme que « La tragédie est l’équilibre d’une balance qui n’est pas celle de la Justice mais de la violence. » Peut-on soutenir que dans Médée
de Sénèque, qui est une référence du genre tragique, la violence constitue la tragédie sans être modérée par l’idée de Justice ?

http://pot-pourri.fltr.ucl.ac.be/itinera/Enseignement/Glor2330/Seneque/Delacroix.jpgMédée est en effet une pièce extrêmement violente, ensuite le personnage de Médée est absolu et fait figure à la fois de violence et de Justice, et enfin la notion de Justice n’est pas absente de l’œuvre de Sénèque et elle peut être apportée par le public de Médée.

Sénèque est considéré comme l’un des auteurs les plus violents du monde antique. Il n’hésitait pas à représenter sur scène des meurtres sanglants et barbares. La violence de Médée est si célèbre qu’elle a fait de ce personnage un mythe, dont le nom est encore évocateur aujourd’hui. Il existe de nombreuses versions de Médée, Sénèque s’étant lui-même inspiré d’Euripide. Pourtant, la violence de la pièce est restée toujours intacte. Aristote affirmait que la tragédie doit puiser dans la mythologie ou l’Histoire son noyau et se construire ensuite autour de ce noyau. Nul doute qu’en ce qui concerne le mythe de Médée
, le noyau est l’infanticide impitoyable.

Sénèque, dans sa tragédie, nous donne à voir une Médée terrible, qui va progressivement basculer dans l’inhumanité. En effet, l’inhumanité est la seule échappatoire à la violence insoutenable des idées et des actes de Médée. Sa violence de femme détruite, exacerbée, va la conduire à se séparer du monde. Cette violence, le monde antique ne la supporte pas et décide de ne pas l’imputer à un personnage digne de raison et maître de ses actes ; en d’autres termes, à un personnage humain. C’est au nom de ce procédé que Médée va passer successivement de l’état du dolor  (chagrin, tristesse) à celui du furor (fureur) pour finir par accomplir le néfas, le fameux infanticide. Ces trois éléments sont ceux qui conduisent à la violence suprême, ils sont un engrenage mathématique qui amène au crime le plus amoral.


Résumé : 

Après le meurtre de Pélias, Jason vivait en exil à Corinthe, avec sa femme et ses enfants. Créon l'ayant choisi pour gendre, Médée reçoit de son mari une déclaration de divorce, et du roi l'ordre de chercher un autre asile. Elle obtient un jour de délai, et envoie à Creuse, la fiancée de Jason, une robe et un collier infectés des poisons de la plus noire magie. A peine Creuse a-t-elle mis sur elle ces présents, que la robe s'enflamme, et la jeune épouse est misérablement brûlée, ainsi que son père, qui s'empresse de la secourir. Pour compléter sa vengeance, Médée égorge, sous les yeux de leur père, les enfants qu'elle avait eus de Jason, et s'enfuit à travers les airs.




Oedipe :


Œdipe est une tragédie Romaine, fondée sur la pièce de Sophocle "Oedipe Roi", mais avec de longues descriptions de la peste à Thèbes et des rituels nécromanciens et sacrificiels réalisés par le devin Tirésias.

Résume :

Œdipe étant roi de Thèbes, une peste affreuse vient désoler cette ville. Créon, frère de Jocaste, est envoyé à Delphes pour consulter l'oracle d'Apollon sur les remèdes à opposer à ce fléau cruel. Le dieu répond que la peste ne cessera pas ses ravages tant que la mort de Laïus n'aura pas été expiée par l'exil du meurtrier. Œdipe ordonne alors au devin Tirésias de chercher à découvrir, par la divination, l'assassin du roi. Le vieillard aveugle, aidé de sa fille Manto, interroge les entrailles des victimes : ce moyen ne réussissant pas, il emprunte le secours de la magie pour évoquer des enfers l'ombre de Laïus, qui déclare que c'est Œdipe lui-même qui est le meurtrier. La vérité connue, Œdipe, voyant qu'il est devenu l'assassin de son père et le mari de sa mère, double crime dont l'avaient menacé les oracles, tourne sa fureur contre lui-même, s'arrache les yeux, et se condamne à l'exil. Jocaste se frappe d'une épée.


Notes :

<<Les penseurs chrétiens étaient surtout fascinés par la description des efforts que faisait cet homme pour purifier son âme, la mettre en présence de Dieu. Ils savaient que, chaque soir, Sénèque se livrait à un examen de conscience, pour porter un jugement sur les actions accomplies pendant la journée, et les accusations d'orgueil, que l'on peut porter contre le stoïcisme lui-même, sont démenties chez Sénèque par
des aveux modestes.>>

P. Grimal, Sénèque - PUF - 1981




<<S' il y a une philosophie proprement romaine, elle n'est à chercher ni dans Cicéron l' éclectique, ni dans Lucrèce l' épicurien étranger à sa société et à son temps, ni davantage dans Épictète et Marc Aurèle qui, Romains d'adoption ou de naissance, étaient de langue ou de culture grecques ; s'il y a une philosophie
romaine, c'est à Sénèque et à peu près à lui seul que nous la devons.>>

P. Aubenque et J.-M. André, Sénèque, Éditions Seghers, 1964

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives