Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 13:17


Grandeur et décadence d'un jeune ambitieux et de la société Parisienne.

Balzac est le créateur du roman feuilleton : en 1836, il a l'idée géniale d'écrire "Les Illusions perdues" par petits chapitres, lesquels sont insérés quotidiennement dans les grands journaux. Dans "Splendeurs et misères des courtisanes", Balzac perfectionne ce procédé lucratif. Le destin de Vautrin est l' équivalent romanesque à peine caricaturé de la vie de Fouché qui restera influent à la Sureté sous la Révolution comme sous la Restauration. Balzac a donc voulu rester fidèle aux événements historiques et aux éléments sociaux de son époque.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/69/BalzacLostIllusions03.jpg/280px-BalzacLostIllusions03.jpg
Lucien de Rubempré

Un roman d'éducation

"Splendeurs et misères des courtisanes"
constitue le terme de la célèbre trilogie romanesque imaginée par Balzac dès 1836 avec "Le Père Goriot" et "Les Illusions perdues" : Lucien de Rubempré, déjà omniprésent dans le roman précédent, tente une nouvelle percée dans le monde parisien et conclut avec le forçat Jacques Collin, alias Vautrin, un pacte politique. En lui faisant miroiter mille jouissances, en lui donnant l'ambition du pouvoir, Vautrin parvient à faire de son jeune élève un véritable esclave qui lui sert à préparer ses forfaits : Lucien devient son instrument dans la société. En fréquentant celle-ci, il tombe cependant amoureux d'Esther Gobseck, une,jeune courtisane qui désire se marier avec lui. Mais les ambitions de Vautrin sont tout autres et mettent fin à l'idylle : il décide de vendre Esther au financier Nucingen afin d'avoir accès à sa fortune et de marier Lucien à la riche et influente Clotilde de Grandlieu. Pour mettre un terme à cette situation tragique, Esther s'empoisonne. Mais Lucien et Vautrin sont finalement arrêtés et emprisonnés ; de désespoir, le premier avoue son alliance avec le forçat et se pend en prison. Le second parvient à s'échapper et obtient après mille machinations le poste de chef de la Sûreté à Paris.

Un roman social proche de la biographie

"La Comédie humaine" n'a pas d'autres ambitions que d'exprimer la réalité parisienne après l'Empire : dans notre roman, la cinquante-neuvième pierre de son édifice, Balzac présente la société sous la Restauration comme une vaste mesquinerie et comme un rêve permanent. Mais plus profondément, cette scène de la vie parisienne constitue une autobiographie implicite : comme son héros, Balzac voulait d'abord le pouvoir et ne voyait le bonheur que dans l' affirmation de soi. Comme lui, il s'est frotté au monde littéraire, à ses heurts, à ses succès éphémères et à ses amertumes. Écrit au milieu de sa vie, "Splendeurs et misères des courtisanes" constitue donc le roman  de la maturité balzacienne par la richesse des  perspectives sociales et personnelles qu'il ouvre.
                                                  Rastignac et Vautrin

 

  "http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7a/BalzacOldGoriot02.jpg/250px-BalzacOldGoriot02.jpgSplendeurs et misères des courtisanes" se divise en quatre grandes sections ; le titre de ces chapitres, lorsqu' on les compare, permet de suivre l' évolution des personnages - à "Esther heureuse" succède "Où mènent les mauvais chemins" - et de mesurer l' humour de Balzac - "A combien revient l' amour aux vieillards",

Extraits :

Dans la première scène du roman, Lucien de Rubempré se trouve à l'Opéra, masqué, et devient l'objet des convoitises : cette situation permet à Balzac une satire sociale

 Le jeune homme intéressait : plus il allait, plus il réveillait de curiosités. Tout en lui signalait d'ailleurs les habitudes d'une vie élégante. Suivant une loi fatale de notre époque, il existe peu de différence, soit physique, soit morale, entre le plus distingué, le mieux élevé des fils d'un duc et pair, et ce charmant garçon que naguère la misère étreignait de ses mains de fer au milieu de Paris. La beauté, la jeunesse pouvaient masquer chez lui de profonds abîmes, comme chez beaucoup de jeunes gens qui veulent jouer un rôle à Paris sans posséder le capital nécessaire à leurs prétentions, et qui chaque jour risquent le tout pour le tout en sacrifiant au dieu le plus courtisé dans cette cité royale, le Hasard. Néanmoins, sa mise, ses manières étaient irréprochables, il foulait le parquet classique du foyer en habitué de l'Opéra. Qui n'a pas remarqué que là, comme dans toutes les zones de Paris, il est une façon d'être qui révèle ce que vous êtes, ce que vous faites, d'où vous venez, et ce que  vous voulez ?

                            ***

Paris est peut-être le héros principal de ce roman : cette page d'anthologie montre l'amour de Balzac pour la capitale et fait d'une description réaliste un rêve fantastique

La rue de Langlade, de même que les rues adjacentes, sépare le Palais-Royal et la rue de Rivoli. Cette partie d'un des plus brillants quartiers de Paris conservera longtemps la souillure qu'y ont laissée les monticules produits par les immondices du vieux Paris, et sur lesquels il y eut autrefois des moulins. Ces rues étroites, sombres et boueuses où s' exercent des industries peu soigneuses de leurs dehors, prennent à la nuit une physionomie mystérieuse et pleine de contrastes. En venant des endroits lumineux de la rue Saint-Honoré, de la rue Neuve-des- Petits-Champs et de la rue de Richelieu, où se presse une foule incessante,  où reluisent les chefs-d'oeuvre de l'Industrie, de la Mode et des Arts, tout homme à qui le Paris du soir est inconnu serait saisi d' une terreur triste en tombant dans le lacis de petites rues qui cercle cette lueur reflétée jusque sur le ciel.

Une ombre épaisse succède à des torrents de gaz. De loin en loin, un pâle réverbère jette sa lueur incertaine et fumeuse qui n' éclaire plus certaines impasses noires. Les passants vont vite et sont rares. Les boutiques sont fermées. celles qui sont ouvertes ont un mauvais caractère : c' est un cabaret malpropre et sans lumière, une boutique de lingère qui vend de l'eau de Cologne. Un froid malsain pose sur vos épaules son manteau moite. Il passe peu de voitures. Il y a des coins sinistres, parmi lesquels se distingue la rue de Langlade, le débouché du passage Saint-Guillaume et quelques tournants de rues. Le Conseil municipal n'a pu rien faire encore pour laver cette grande léproserie,  car la prostitution a depuis longtemps établi là son quartier général.


Notes :

<<Dans Splendeurs et misères des courtisanes publié de 1843 à 1847 réapparaît Jacques Collin, le Vautrin du Père Goriot, et avec lui une série de criminels professionnels qui ne se trouvent pas ailleurs (...). Ce que Balzac fait éclater ici, c'est le complet déclin du pouvoir judiciaire et policier à l'égard de la vérité et de la morale. Seule compte l'efficacité. La justice, au moins dans le domaine du meurtre, n'existe pas. >>

- Pierre Citron, Dans Balzac, Le Seuil, 1986

<<La nuit tombe sur une France où s'achèvera le triomphe des carrières et des individus. Un élément d'optimisme demeure cependant, (...) qui fonctionne avec une sorte d'allégresse : un récit mené tambour battant (...). Le monde n'est pas encore médiocre et triste. D'où ce doré du récit et ce texte qui souvent chante, monte et triomphe contre cette rance bourgeoisie en train d'achever la conquête d'une France dont les splendeurs vont vraiment commencer les misères. >>

 
- P. Barbéris, préface de Splendeurs et misères des courtisanes, Folio, Gallimard,1973

<<Voici encore une fois un titre parodique (...) déjà, le sens est là. M. de Balzac, auteur de romans de découverte et d'initiation (Le Père Goriot, Les illusions perdues), philosophe désormais sur les apogées et sur les catastrophes non plus au niveau de personnages  explicitement chargés de mission philosophique  mais au niveau d'ensembles réalistes de plus en plus vastes, de plus en plus compacts. >>

- P. Barbéris

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives