Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 15:25

1821 - 1867


"Baudelaire est au comble de la gloire. Ce petit volume des "Fleurs du mal", qui ne compte pas trois cents pages, balance dans l'estime des lettrés les oeuvres les plus illustres et les plus vastes. Il a été traduit dans la plupart des langues européennes : c'est un fait [...] sans exemple dans l' histoire des Lettres frmçaises".  Ainsi s'exprimait Valéry en 1924. Ainsi s'exprimerait-il encore aujourd'hui. Baudelaire, longtemps proscrit des anthologies, y règne désormais. A l'étranger, ni Racine, ni Mallarmé - qui résistent pas aux traductions -, ni Hugo, réputé surtout pour ses romans, ne connaissent la faveur de la poésie baudelairienne, qui a marqué profondément des écrivains aussi divers que Swinburne, Stéphane George ou D'Annunzio.
D'où vient cette persistante séduction ? Étrange dans une oeuvre qui ne répond pas aux  requêtes contemporaines de la poésie : Baudelaire est aux antipodes des exigences surréalistes de pur jaillissement (et  pourtant Éluard lui voue un culte, Breton ne cesse de s'inspirer de lui). Il n'est pas moins éloigné des théories qui refusent que le langage renvoie au monde extérieur ou aux mouvements de l'âme. L'oeuvre de Baudelaire, même si elle ne s'est pas asservie à une thèse, comporte un message. Elle n'est pas pure organisation de sons et de formes, où le langage ne joue qu'avec lui-même, que réclame un Jean Ricardo.

Né à Paris en 1821, Charles BAUDELAIRE était le fils d'un aimable sexagénaire disciple des philosophes et amateur de peinture. Dès l'âge de six ans, en 1827, l'enfant perdit son père, ancien prêtre revenu en 1791 à l'état laïc. Sa mère, veuve en 1827, se remarie l'année suivante avec le commandant  Aupick, futur général, ambassadeur et sénateur sous l' Empire. Révolté par ce mariage ; "Quand on a un fils tel que moi, écrira-t-il, on ne se remarie pas" l'enfant  qui ne s'entend pas avec son beau-père, est mis en pension à Lyon, puis au Lycée Louis-le-Grand. C'est un élève cynique, singulier, qui éprouve de "lourdes mélancolies",  un "sentiment de destinée éternellement solitaire".

Pendant trois ans (1839-1841), Baudelaire mène au quartier latin la vie dissipée de la Bohème littéraire. Il y retrouve Louis Ménard, fréquente Leconte de Lisle et Pierre Dupont, se lie avec Le Vavasseur, chef de "l'Ecole Normande". Il lit beaucoup, devient ultra-romantique et disciple de GAUTIER ; il se passionne aussi pour  J. DEMAISTRE à qui l'on rattache certains aspects "catholique" de son inspiration.
  Pour l'arracher à cette vie scandaleuse, sa famille l'embarque à Bordeaux sur un voilier en partance pour les Indes (1841). Pris de nostalgie, Baudelaire n 'ira pas plus loin que l' île Bourbon et sera de retour au bout de huit mois. Sur le bateau il s'isole orgueilleusement indifférent à tout ce qui n 'est pas littérature. En réalité ce voyage enrichit sa sensibilité, l'éveille à la poésie de la mer, du soleil, de  l'exotisme. Ces huit mois passés sur les mers des Tropiques contribuent à expliquer l'importance de l'évasion exotique dans la poésie baudelairienne :

J'irai là-bas où l'arbre et  l'homme, pleins de sève,
Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;
Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts.


Dès son retour, Baudelaire exige sa part de l'héritage paternel et se lance dans l'existence dorée de la bohème riche. Il  habite le somptueux hôtel Pimodan ; il est vêtu avec recherche : mais, selon son idéal du dandysme, cette élégance matérielle n'est "qu'un symbole de la supériorité aristocratique de son esprit". Il rencontre Gautier, Balzac  participe à des soirées où se consomme le haschisch et conçoit le projet de rédiger "Les Paradits artificiels". Il se lie avec la mulâtresse Jeanne DUVAL, la Vénus Noire, qu'en dépit d'amours orageuses il gardera comme compagne presque jusqu' à sa mort. C'est la période heureuse de son existence, où il écrit déjà certains poèmes des "Fleurs du Mal".  Mais sa prodigalité menace déjà son patrimoine. Sa famille lui impose un conseil judiciaire qui le limite à une rente mensuelle de deux cents francs (1844) : désormais il vivra misérablement. Contraint parfois à des travaux de littérature alimentaire, le poète - tenté à deux reprises par le suicide - n'en sera que plus amer, conscient de la fugacité du temps, hanté de tant de journées perdues. Pauvre Muse,


Il te faut, pour gagner ton pain de chaque soir,
Comme un enfant de choeur jouer de l'encensoir,
Chanter des Te Deum auxquels tu ne crois guère,

Ou, saltimbanque à jeun, étaler tes appas
Et ton rire trempé de pleurs qu'on ne voit pas,
Pour faire épanouir la rate du vulgaire.

Baudelaire s'affirme comme un remarquable critique d'art avec "Le Salon de 1845" et "Le Salon de 1846". Il compose, et souvent publie dans les revues ou les journaux, des essais, divers poèmes, une nouvelle, "La Fanfarlo", autoportrait à peine déguisé. En 1847, fasciné par l'oeuvre d'Edgar Poe, en qui il découvre un frère spirituel, il commence à la traduire. En 1848, le poète participe aux journées de juin du http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d0/Apollonie_Sabatier-Vincent_Vidal.jpg/180px-Apollonie_Sabatier-Vincent_Vidal.jpgcôté des insurgés, mais cet engagement politique sera sans lendemain. Deux des grandes inspiratrices  des "Fleurs du mal" croisent sa route en ces années-là, Marie Daubrun vers 1847  et ci contre  Madame Sabatier, à partir de 1852.


La célébrité du scandale

Jusqu'alors Baudelaire n'est guère connu que comme un excentrique des lettres, un dandy de la littérature, paradoxal et insupportable. Il va accéder soudain à une célébrité tapageuse. Décidé à publier en recueil cent de ses poèmes, il choisit un imprimeur élégant et minutieux, Poulet-Malassis, discute avec lui les moindres détails de l'impression. En juin 1857, paraissent  "Les Fleurs du mal" : le recueil - juste après Madame Bovary, de Flaubert - est saisi. Baudelaire et Poulet-Malassis sont jugés, condamnés à des amendes. Six poèmes doivent être retranchés pour immoralité. Un moment abattu, le poète remanie le recueil et donne en 1861 une édition enrichie de poèmes nouveaux. Ces années sont particulièrement fécondes.

L'écrivain compose de nombreux poèmes en prose qui ne paraîtront en volume qu'après sa mort. Cependant sa santé se délabre de plus en plus. Depuis longtemps, des troubles digestifs l'ont conduit à utiliser l'opium. La vie qu'il mène l'épuise. Il note dans le premier de ses journaux intimes, "Fusées" : J'ai cultivé mon hystérie avec jouissance et terreur. Aujourd'hui 23 janvier 1862, j'ai subi un singulier avertissement j'ai senti passer sur moi le vent de l'aile de l'imbécillité".

Au début de 1864, Baudelaire part pour la Belgique, où il espère trouver des allègements à ses difficultés financières. En vain. Ses déceptions donnent naissance aux satires virulentes de "Pauvre Belgique". A la mi-mars, à Namur, le poète présente les premiers symptômes d'aphasie et d'hémiplégie. Deux mois plus tard, privé de la parole, mais lucide, Baudelaire est ramené par sa mère à Paris, il meurt le 31 août 1867, à quarante-six ans.

Les deux années suivantes paraissent successivement " les Curiosités esthétiques" et la troisième édition des "Fleurs du mal", puis un ensemble d'études sur les écrivains contemporains,  "L'Art romantique" et les "Petits poèmes en prose"  (Le Spleen de Paris). Les journaux intimes ne seront publiés qu'en 18
87.



La soif insatiable de tout ce qui est au-delà

Baudelaire domine son siècle par l'acuité de sa réflexion sur le Beau. Il en est de loin le meilleur critique d'art. Il se distingue des écrivains qui l'ont immédiatement précédé en ce qu'il est en possession d'une doctrine esthétique avant même de se livrer à l'activité créatrice. Comme plus tard celui de Proust son cheminement s'accomplit dans le compagnonnage de trois artistes, non pas imaginaires (comme La Recherche du temps perdu), mais réels : le peintre Delacroix, le musicien Wagner,l'écrivain Poe. Persuadé qu'en art "tout révélateur a rarement un précurseur", que "toute floraison est spontanée, individuelle", Baudelaire affirme que le Beau est toujours quelque peu insolite, bizarre, générateur d'étonnement . Lui-même, par-delà  les codifications classiques, se plonge avec délices dans les poèmes du XVI ème  et du début du XVII ème siècle, dont sa propre poésie est toute nourrie.

"C'est cet admirable, cet immortel instinct du Beau qui nous fait considérer la Terre et ses spectacles, comme un aperçu, comme une correspondance du Ciel [...]. C'est à la fois par la poésie et à travers la poésie par et à travers la musique, que l'âme entrevoit les splendeurs situées derrière le tombeau".

Correspondance, voilà l'un des mots-clés de cette esthétique. Correspondance entre les divers arts qui peuvent se féconder les uns les autres et ne constituent tous que des modalités de l'Art. "Les Fleurs du mal" abondent en poèmes inspirés de tableaux, de gravures ou de sculptures. Correspondance entre Terre et le Ciel, formant "l'inépuisable fonds de l'universelle analogie", un trésor de "mystères". Correspondance enfin, entre les différents sens, surtout lorsque ceux-ci perçoivent avec cette intensité qui permet de passer au-delà et sans laquelle il n'est pas de poésie :


Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies, -
 Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,
Ayant l'expansion des choses infini
es
...


Les deux derniers types de correspondance peuvent donner lieu à des poèmes dont les uns s'installent dans le chatoiement sensible, dans un paganisme absolu qui annonce Éluard (ainsi "La Chevelure") :

XXIII - La Chevelure

O toison, moutonnant jusque sur l'encolure !
O boucles ! O parfum chargé de nonchaloir !
Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !

La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout un monde lointain, absent, presque défunt,
Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique!
Comme d'autres esprits voguent sur la musique,
Le mien, ô mon amour! nage sur ton parfum.

J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,
Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;
Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

Un port retentissant où mon âme peut boire
A grands flots le parfum, le son et la couleur
Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire
Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.

Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse
Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;
Et mon esprit subtil que le roulis caresse
Saura vous retrouver, ô féconde paresse,
Infinis bercements du loisir embaumé !

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues
Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;
Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
Je m'enivre ardemment des senteurs confondues
De l'huile de coco, du musc et du goudron.

Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde
Sèmera le rubis, la perle et le saphir,
Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde!
N'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde
Où je hume à longs traits le vin du souvenir?

     Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire


Le symbole et l'allégorie sont au coeur de l'esthétique baudelairienne. L'imagination y est proclamée : la  reine des facultés.

...  Tout l'univers visible n'est qu'un magasin d'images et de signes... C'est une espèce de pâture que l'imagination doit digérer et transformer. Toutes les facultés de l'âme humaine doivent être subordonnées à l'imagination, qui les met en réquisition toutes à la fois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives