Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 16:24

1804  1857



SUE, Marie-Joseph, dit Eugène, romancier français né à Paris le 26 Janvier 1804, appartenait à une famille de grands bourgeois fortunés ; il mena une existence fastueuse et vagabonde, puis adopta les idées socialistes et fut exilé, jusqu'à sa mort, après le coup d'État du 2 décembre 1851. D'abord romancier "frénétique", voire cynique, à la façon des http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/01/Eug%C3%A8ne_Sue.jpg/230px-Eug%C3%A8ne_Sue.jpgromantiques mineurs, il se tourna en 1841 vers le roman-feuilleton social et devint l'un des écrivains les plus populaires du siècle. Il décède en exil à Annecy, le 3 Août 1857.

 Dans "Les Mystères de Paris" (1842-1843), qui connut un extraordinaire succès, le roman d'amour larmoyant, la peinture des bas-fonds, fantastique, plutôt que réaliste, le conservatisme social, volontiers paternaliste, sont associés à une mise en accusation vigoureuse des lois sociales et de l'aveuglement coupable de la bourgeoisie. Dès lors, la production de Sue fut très abondante, la plupart de ses romans lui permettant d'aborder, toujours avec véhémence, un problème social contemporain : le rôle de l'Église (Le Juif errant, 1844-1845), la condition féminine, la situation du fils naturel, etc. Son dernier ouvrage, vaste fresque au titre significatif (Mystères du peuple ou Histoire d'une famille de prolétaires à travers les âges), fut interdit par la censure.

Des études peu brillantes, une adolescence "difficile" dans un écrin doré -son père est médecin en chef de la garde impériale -… Eugène est envoyé se calmer sur les océans, où il opère comme… chirurgien de la marine. Ces six années de mer, émaillées d’escales parisiennes qui lui permettent de s’initier à la peinture et, pour faire comme tout le monde, à la littérature, s’achèvent à la mort de son père en 1830 (décès qui le libère de toute contrainte). À son retour sur la terre ferme, il dévore Walter Scott, James Fenimore Cooper, Byron.

Il devient dandy-écrivain, côtoie Dumas, Balzac (qui sera son ami jusqu’à ce que les succès littéraires d’Eugène ne lui fassent de l’ombre), se lance dans les romans d’aventure et les romans mondains. Résultat : en quelques années, il dilapide l’héritage paternel et est ruiné.


 
Les Mystères de Paris

La jeune Fleur-de-Marie vit au coeur du Paris du crime, du vice et de la misère, jusqu'à ce qu'elle rencontre le noble Rodolphe, son sauveur.

Le Journal des débats qui publie en 1842 - 1843, sous forme de feuilleton, "Les Mystères de Paris" est un des organes du gouvernement conservateur. Cela justifie l' argument que tient l' auteur face à des lecteurs attirés par l' exotisme d' un milieu si proche et pourtant inconnu. Eugène Sue dit vouloir
"entreprendre une excursion parmi les naturels de cette race infernale qui peuple les prisons, les bagnes et dont le sang rougit les échafauds".

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6c/SueMysteriesParis.jpg/280px-SueMysteriesParis.jpg
Le justicier et la Goualeuse

Dans les bas-fonds de Paris, Rodolphe, grand-duc allemand déguisé en ouvrier, s'évertue à rétablir la justice pour racheter une faute de jeunesse. Il rencontre une jeune prostituée au coeur pur, Fleur-de-Marie. Après que la Goualeuse - surnommée ainsi pour ses talents de chanteuse - lui a raconté son enfance écrasante de malheurs, il décide de la sauver. C'est alors que de nombreux personnages qui peuplent un Paris misérable vont faire rebondir les situations et vont entraîner les deux héros dans des aventures périlleuses. Tantôt Fleur-de-Marie vivra heureuse et retirée à la campagne, tantôt elle retombera aux mains de ses persécuteurs, le couple cruel et grotesque que forment le Maître d'école et la Chouette. Mais des indices vont dévoiler la véritable identité de Fleur-de-Marie, qui n'est autre que la fille de Rodolphe. La jeune fille renonce à l'amour et entre au couvent pour expier sa vie passée.


Un chef-d'oeuvre du roman populaire


Eugène Sue, dandy parisien, veut plaider la cause des pauvres pour montrer que les coupables sont en fait des  victimes. L'incroyable délire qui a accueilli  "Les Mystères de Paris"  prouve que les descriptions du Paris des truands, certes parfois pittoresques, n'ont pas été tellement en deçà de la réalité. Ainsi l'immense courrier qu'a reçu l'auteur trahit par ses témoignages la proximité entre réalité et fiction. L'écriture, dominée par la force d'un trait tenant parfois de la caricature, façonne des personnages types et permet la création d'un univers cohérent, original et stylisé. Au fil de l'histoire, divers personnages entrent en relation : le Chourineur, assassin repenti ; Ferraud, bourgeois avare ; Morel, ouvrier victime d'une société injuste ; Pipelet, concierge trop curieux (devenu de nos jours un nom commun). C'est une oeuvre à la fois conventionnelle par sa morale - la punition ou le rachat constituent les deux seules fins possibles - et à la fois très nouvelle par ses dénonciations sociales et l'usage de l'argot.

Extraits :

Fleur-de-Marie résiste au chantage du Chourineur

- Bonsoir, Chourineur (1).
Cet homme, repris de justice, avait été ainsi surnommé au bagne.
- C' est toi, la Goualeuse (2), dit l'homme en blouse ; tu vas me payer l'eau d'aff (3), ou je te fais danser sans violons !
- Je n'ai pas d' argent, répondit la femme en tremblant ; car cet homme inspirai une grande terreur dans le quartier.
- Si ta filoche est à jeun (4), l'ogresse du tapis-franc te fera crédit sur ta bonne mine.
- Mon Dieu  ! je lui dois déjà le loyer des vêtements que je porte...
- Ah !  tu raisonnes ? s' écria le Chourineur. Et il donna dans l'ombre et au hasard un si violent coup de poing à cette malheureuse, qu' elle poussa un cri de douleur aigu.
- Ça n' est rien que ça, ma fille ; c' est pour t' avertir...
A peine le brigand avait-il dit ces mots, qu' il s' écria avec un effroyable jurement :
- Je suis piqué à l' aileron ; tu m' as égratigné avec tes ciseaux.
Et, furieux, il se précipita à la poursuite de la Goualeuse dans l'allée noire.
- N' approche pas, ou je te crève les ardents avec mes fauchants (5), dit-elle d'un ton décidé. Je ne t'avais rien fait, pourquoi m' as-tu battue ?

Lexique
(1) Donneur de coups de couteau ; (2) La Chanteuse ; (3) L' eau-de-vie ; (4) Si ta bourse est vide ; (5) Je te crève les yeux avec mes ciseaux.

                              ***

Fleur-de-Marie est poursuivie par la Chouette

Voulant rassurer et avertir ses complices, dont l'un, le Maître d' école, s' était dérobé à la vue  des cavaliers, le fils de Bras-Rouge s' écria :
- Grand-mère !...me voilà... avec une bonne dame qui vient à ton secours !...
- Vite, vite, mon enfant ! ce monsieur à cheval nous a fait perdre quelques minutes, dit la Goualeuse en hâtant le pas, afin d'atteindre le tournant du chemin creux. .
A peine y arriva-t-elle, que la Chouette, qui s'y tenait embusquée, dit à voix basse :
- A moi, fourline !
Puis, sautant sur la Goualeuse, la borgnesse la saisit au cou d' une main, et de l'autre lui comprima les lèvres, pendant que Tortillard, se jetant aux pieds de la jeune fille, se cramponnait à ses jambes pour l' empêcher de faire un pas.

Cette oeuvre annonce d'une façon magistrale "Les Misérables" et fait d' Eugène Sue un porte-parole du mouvement socialite.

Notes :

C'est avec "Les Mystères de Paris" que le roman-feuilleton atteint son apogée : l'oeuvre remporte un succès  inimaginable. L'enthousiasme pour "Les Mystères" gagne les classes cultivées et même la cour ! Par le biais d'un courrier très important, les lecteurs vont participer et presque collaborer à la création du roman :
  "De grâce ne laissez pas posséder encore cette malheureuse enfant (Fleur-de-Marie) par ces misérables ou votre roman sera immoral." Le roman influence aussi la réalité puisqu'un curé qui a fondé un orphelinat s'écrie : "Toute notre ville est sous le charme de votre style enchanteur. Cela détermine les habitants à se montrer plus généreux pour notre oeuvre. Honneur à vous monsieur !"

Pour qualifier ce succès, Théophile Gautier dit : "Les malades ont attendu pour mourir la fin des Mystères." 

"Cette distinction (entre bien et mal) est la forme dernière que l'aristocratie donne à ses préjugés. Rodolphe se considère lui-même comme un homrne de bien et les méchants sont là pour lui permettre de jouir de sa propre excellence".

-Karl Marx, op. cit.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives