Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 13:23

1808  - 1855



La folie a  conduit Gérard de Nerval au suicide ; mais elle lui aura aussi permis de produire une oeuvre à la beauté singulière.

Gérard de Nerval
s' est également  consacré au théâtre, mais avec beaucoup moins de succès que dans le reste de son oeuvre, sans doute à cause de son incapacité à  << objectiver >> les personnages.
Avec Alexandre Dumas, il a écrit Caligula (1837) et  L'Alchimiste (1839), et il a encore laissé des livrets d' opéra (Les Monténégrins, 1849).

Les années d'apprentissage

Le 22 mai 1808, Gérard Labrunie naît à Paris, ville à laquelle celui qui va devenir Gérard de Nerval restera toute sa vie attaché, malgré ses nombreux voyages à l'étranger. Sa mère meurt alors qu'il n'a que deux ans ; le jeune Gérard  passera toute son enfance dans le Valois, chez son grand-oncle. Cette période est fondamentale, car les impressions du paysage marquent grandement l'enfant et contribuent à créer en lui tout un imaginaire géographique qui servira de terreau, plus tard, à
l'ensemble de son oeuvre. En outre, c'est dans le Valois que se trouve le <<clos de Nerval >>, un champ cultivé par son grand père maternel et dont Gérard se souviendra lorsqu'il choisira son pseudonyme. De retour à Paris, il suit des études au lycée Charlemagne, traduit Faust, malgré des connaissances précaires de la langue de Goethe, et écrit ses premiers poèmes. Il se laisse séduire par l'insouciance qui règne alors dans certains milieux d'artistes  "bohèmes" ; Théophile Gautier, Arsène Houssaye, entre autres, sont ses complices d'alors ; en leur compagnie, il assiste à la première d'Hernani, qui l'impressionne fortement. C'est de cette époque que date sa première grande passion : il s'éprend de Jenny Colon, une cantatrice qui finira par le délaisser pour épouser un musicien. Mais si elle disparaît physiquement de sa vie, elle laisse au jeune homme une image très forte qui ne va plus le quitter et d' où va naître bien plus tard le personnage d' "Aurélia".

Nerval vit alors en écrivant quelques chroniques littéraires dans des journaux, un travail auquel il attache peu  d'importance et  qui lui vaut la réputation d' << agréable littérateur >>, mais il sait déjà que sa vocation l'appelle à d'autres réalisations plus importantes. Ses liens avec la Monarchie de Juillet lui valent d' être envoyé en mission en Belgique et en Autriche, où il rencontre, en 1839, la pianiste Marie Pleyel. L'esprit romantique et passionné de la jeune femme marque terriblement l' écrivain : le personnage de La Pandora commence alors à se dessiner dans son esprit.

L'expérience de la folie

L'orsqu'il revient en France, tout bascule : en 1841, il est terrassé par une première crise psychotique. Il vit cet état mental dans la plus grande angoisse, mais c'est aussi le moment où il va prendre conscience de l'importance du contenu de ses rêves et de ses délires. Il entrevoit pour la première fois la possibilité d'un nouvel espace poétique peuplé d'images oniriques, et c'est cet espace qu'il s'efforcera d'arpenter jusqu'à
la fin de sa vie. En 1843, il s'embarque pour l'Égypte ; parcourant le Caire, Alexandrie, Constantinople et Beyrouth, il fait l'expérience de nouveaux paysages, tant réels qu'imaginaires. Il s'initie à une culture qui lui était jusque-là parfaitement étrangère, il parcourt les bibliothèques, découvre l'ésotérisme. A son retour à Paris, il publiera "Le Voyage en Orient". A partir de 1850, les crises de folie vont se multiplier, et Nerval fait alors de nombreux séjours dans la maison de santé du docteur Blanche. Toutefois, ces crises coïncident avec une intense production littéraire ; c'est du reste de cette époque que datent la plupart de ses grands textes : en 1852, il travaille à "Lorely", aux "Illuminés" et à "Sylvie". Une année plus tard, c'est au tour des "Chimères" et des "Filles du feu" de voir le jour ; et la dernière année de sa vie, Nerval la passe à composer "Aurélia" où la folie, le réel et le rêve tissent un récit d'une singularité fulgurante. Mais, dans le même temps, il sent que ses forces créatrices l' abandonnent toujours plus, et le désespoir le gagne. Le 26 janvier 1855, Nerval se donne la mort : on retrouve à l' aube son corps pendu à la grille d'une rue du vieux Paris.

L'écriture et le temps

Ce n'est pas un hasard si Marcel Proust a été l'un des premiers, au XX ème  siècle, à reconnaître l'importance de l'oeuvre de Nerval ; en effet, un point ne pouvait manquer d'attirer l'attention de l'auteur de "A la Recherche du temps perdu" : la place centrale que Nerval accordait au temps. Pour ce dernier, l'écriture permet d'abolir la distance que le temps a creusée entre divers moments marquants de la vie. Là où le temps dissocie, l'écriture réunifie. Ainsi, les paysages de l'enfance, la passion inspirée par Jenny Colon peuvent ressurgir intacts, dans les dernières oeuvres, la chronologie semblant se dissoudre dans et par l'écriture. D'une manière analogue, Nerval tentera, dans "Aurélia", de briser les frontières que le sens commun instaure entre rêve et réalité, entre folie et raison. Le texte ouvre des passages entre chacun de ces espaces apparemment cloisonnés, abolit les différences et  met au jour une unité neuve et singulière, fruit de l'écriture.

Notes :

"Devenu témoin de la folie et explorateur d'un monde inconnu, Nerval communique à toute son oeuvre une vibration, une qualité de mystère et une force d'interpellation sans lesquelles, aujourd'hui, nous ne la lirions plus, un génie demeuré latent s'épanouit, son texte se charge de résonnances existentielles et métaphysiques inconnues ; il accède à un autre ordre."

Michel Jeanneret, La Lettre perdue, Écriture et folie dans l'oeuvre de Nerval, Flammarion, 1978


SYLVIE

La nouvelle "Sylvie", chef-d' oeuvre de pureté et de poésie, fait partie d' un recueil assez composite de récits d' inégale qualité intitulé "Les Filles du feu", publié hâtivement en 1854. Si "Sylvie" se  rattache aux autres textes du recueil par des thèmes profondément nervaliens, elle en reste le récit le plus long et le plus achevé. Nerval l' écrivit entre deux intervalles de cette folie qui allait empirer jusqu' à sa mort par suicide en 1855.

Fille des champs et femme de théâtre :


Le narrateur fréquente assidûment un théâtre où se produit l'actrice Aurélie. Il décide de se rendre un soir dans le Valois, son pays natal, à un bal qui a lieu la nuit même, pour y revoir Sylvie, une amie oubliée. Pendant le trajet, il revit des scènes de son passé : une ronde enfantine où il a entrevu une jeune fille, Adrienne, à laquelle Aurélie ressemble ; puis une fête villageoise dont Sylvie a été la reine et au lendemain de laquelle ils s'étaient presque fiancés.  Arrivé au bal, il retrouve Sylvie, mais elle a changé, elle joue les demoiselles et elle a un galant. Sentant Sylvie perdue pour lui, il retourne à Paris et tente de se faire aimer d' Aurélie, qui se dérobe quand elle comprend qu'il cherche Adrienne à travers elle. Désemparé par la perte de ses deux amours, il ne parviendra pas à se fixer. Plus tard, devenu l'ami de Sylvie mariée, il apprendra qu' Adrienne est morte dans un couvent.

''Le poème du souvenir et de l'adieu"

Cette æuvre présente de nombreux thèmes nervaliens. Elle offre d'abord une atmosphère romantique qui, comme dans les æuvres de Rousseau, exalte la beauté du paysage royal du Valois et la pureté des  traditions patriarcales, les opposant à la ville corruptrice et à ses vains plaisirs. Les personnages antithétiques de Sylvie et d' Aurélie-Adrienne expriment les obsessions amoureuses de Nerval, son attirance pour les filles des champs que symbolise Sylvie, et sa fascination pour les femmes de théâtre et  d'illusion dont le modèle fut l'actrice Jenny Colon, pour qui Nerval  brûla d'un amour inassouvi. Enfin la plongée dans le passé désormais inaccessible annonce le thème de la vie rêvée envahissant et remplaçant la vie réelle. Ce "poème du souvenir et de l'adieu" exprime cette incapacité à choisir une vie normale qui le fera s'enfoncer dans le rêve et la folie.

Extrait :

J' étais le seul garçon dans cette ronde, où j' avais amené ma compagne toute jeune encore, Sylvie, une petite fille du hameau voisin, si vive et si fraîche, avec ses yeux noirs, son profil régulier et sa peau légèrement hâlée !... Je n' aimais qu' elle, jusque-là. A peine avais-je remarqué, dans la ronde où nous dansions, une blonde, grande et belle qu'on appelait Adrienne. Tout d' un coup, suivant les règles de la danse, Adrienne se trouva placée seule avec moi, au milieu du cercle. On nous dit de nous embrasser, et la danse et le chæur tournaient plus vivement que jamais. En lui donnant ce baiser, je ne pus m' empêcher de lui presser la main. Les longs anneaux déroulés de ses cheveux d' or effleuraient mes joues. De ce moment, un trouble inconnu s' empara de moi.

                ***

L' immense bouquet de la fête, enlevé du char qui le portait, avait été placé sur une grand barque ;  le cortège des jeunes filles vêtues de blanc qui l'accompagne selon l' usage avait pris place sur les bancs, et cette gracieuse théorie renouvelée des jours antiques se reflétait dans les eaux calmes de l'étang qui la séparait du bord de l' île si vermeille aux rayons du soir, avec ses halliers d' épines, sa colonnade et ses clairs feuillages. Toutes les barques abordèrent en peu de temps.
La corbeille, portée en cérémonie, occupa le centre de la table, et chacun prit place, les plus favorisés auprès des jeunes filles : il suffisait pour cela d' être connu de leurs parents. Ce fut la cause qui fit que je me retrouvai près de Sylvie. (...) Je l' admirai cette fois sans partage, elle était devenu si belle ! Ce n' était plus cette petite fille de village que j' avais dédaignée pour une plus grande et plus faite aux grâces du monde. Tout en elle avait gagné : le charme de ses yeux noirs, si séduisants depuis son enfance, était devenu irrésistible.. sous l'orbite arquée de ses sourcils, son sourire, éclairant tout à coup des traits réguliers et placides, avait quelque chose d' athénien. J' admirais cette physionomie digne de l'art antique au milieu des minois chiffonnés de ses compagnes.

                ***


Ermenonville ! Pays où fleurissent encore l'idylle antique, traduite une seconde fois d' après Gessner ! tu as perdu ta seule étoile, qui chatoyait pour moi d' un double éclat. Tour à tour bleu et rose, comme l' astre trompeur d' Aldébaran, c' était Adrienne ou Sylvie, c' étaient les deux moitiés d' un seul amour. L' une était l'idéal sublime, l'autre la douce réalité. Que me font à présent tes ombrages et tes lacs, et même ton désert ? Othys, Montagny, Loisy, pauvres hameaux voisins, Châalis, que l' on restaure, vous n' avez rien gardé de tout ce passé !

Notes :

Quelques dates !

Été 1852 : genèse probable de l'oeuvre. Nerval l'a longtemps mûrie. Il avait envisagé comme titre : "Amours perdues". Il va travailler sur place et il écrit : "
J'étais dans le Valois, faisant le paysage de mon action."
15 août 1853 : publication de "Sylvie" dans la Revue des Deux Mondes, avant son insertion dans "Les Filles
du feu".


Les femmes qui influencèrent Nerval :

Jenny Coton qui, entre 1834 et 1836, jouait à Paris aux Variétés puis à l'Opéra-Comique. Nerval engloutit une partie de sa fortune pour faire paraître en son honneur une revue, le Monde dramatique, qui courut rapidement à la faillite. Elle mourut en 1842.

Madame de Feuchères qui acheta la maison de l'oncle Boucher, à Morte- Fontaine.

Sophie Dawes,
une aventurière, qui prétendait être d'extraction noble.

Outre "Les Filles du feu",  Gérard de Nerval, a écrit des récits divers marqués par l'illuminisme des poèmes, "Élégies", "Odelettes", et "Les Chimères", ainsi qu'Aurélia, sa dernière oeuuvre, qui décrit les rêves et les obsessions de sa folie. La dédicace des "Filles du feu" est adressée à Alexandre Dumas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

claudialucia Ma Librairie 07/09/2011 14:29


Encore un de mes écrivains préférés.Sylvie en particulier a un charme fou!


Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives