Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 13:43

1850 - 1893


Guy de Maupassant, romancier français né au château de "Miromesnil" près de Dieppe, fut profondément marqué par la désunion de ses parents, par une adolescence fort libre en Normandie et par un dur apprentissage littéraire sous la direction de Flaubert. Chassé du séminaire d'Yvetot pour son rationalisme, il finit ses études au lycée de Rouen. Après 1871, il accepte, pour gagner sa vie, une place de commis dans un ministère : à l'observation de ce milieux de bureaucrates, il joint celle des jeunes snobs, car il est solidement musclé, pratique le canotage et  fréquente les "guinguettes" ou l'on s'amuse sur les bord de la Seine. Entre 1871 et 1881, il compose des poèmes (Le Mur, Au bord de l'eau), mais surtout, il subit l'influence de FLAUBERT, ami d'enfance de sa mère, qui l'entraîne à observer la réalité avec des yeux  neufs, lui impose des exercices de style.

 Il ne débuta guère qu'en 1880, avec "Boule-de-Suif". Dès lors, durant une douzaine d'années, il associa une vie mondaine et une vie littéraire bien remplies, exprimant dans ses romans et ses nouvelles les thèmes constants de son inspiration : la solitude, l 'incompréhension, la cruauté. Les milieux ne changent guère : paysans normands, "viveurs", hobereaux désabusés, Parisiens arrivistes (Bel Ami, 1885), petits bourgeois médiocres constituent un embryon de société. Pourtant, son réalisme, qu'il définit dans la préface de "Pierre et Jean" (1888) n'est pas photographique, il tend à donner une vision du réel, "plus probante que la réalité même", donc plus personnelle. L'auteur est, en effet, toujours présent, avec son regard amer et sarcastique, marqué par le pessimisme de Schopenhauer et n'échappant souvent à l'angoisse que par l'humour ou la gauloiserie,  puis plus tendre, prêt à accepter la vie sans illusion, partagé entre la pitié et I' horreur.

A mesure que le temps passe, une nouvelle forme d'angoisse se manifeste, liée à la montée de la folie chez Maupassant : hallucinations, dédoublement de la personnalité (Le Horla, 1887) s'imposent tragiquement à lui, comme des signes prémonitoires du destin qui l'attend. Maupassant  meurt le 6 Juillet 1893 à Passy de la syphilis. Ecrivain d'une profonde vérité humaine, iI s'est borné à témoigner, sans beaucoup se soucier de théories littéraires, avec simplicité et avec force : double témoignage sur l'homme et sur la société de son temps.

 A voir le site ci-sessous sur Maupassant.

http://www.maupassantiana.fr



Bel Ami :

Dans le milieu pourri de la presse parisienne, sous la III ème République, un bellâtre sensuel et cynique exploite son pouvoir de séduction sur les femmes pour grimper au faîte de I'échelle sociale et de la fortune.

En sus de la multitude des nouvelles qui ont  fait sa renommée, Maupassant a écrit six romans, dont  "Une vie (1883), Pierre et Jean (1887). "Bel - Ami"  (1885) est sans doute son ouvrage le plus nettement autobiographique. En 1885,  Maupassant, grand reporter en Afrique du Nord, est à l' apogée de ses succès féminins. A trente-cinq ans, il connaÎt une maturité précoce déjà guettée par la maladie et la folie.

D'une femme à I'autre

Georges Duroy rencontre un ancien camarade, Forestier, qui le fait engager dans le journal où il travaille : la Vie Française. C'est  Mme Forestier qui écrira ses premiers articles. Tout en poursuivant une liaison orageuse avec l'une des amies des Forestier, dont la fille Laurine l'a gratifié du surnom de Bel-Ami, il se fait introduire chez Walter, le patron du journal, qui possède une épouse prude et distinguée et deux filles. Forestier tombe malade et meurt horriblement sous les yeux de  Bel-Ami, venu réconforter son épouse dans I'épreuve.
Bel-Ami  obtient rapidement la main de la veuve et occupe la place de Forestier au journal. Il devient très influent tandis qu'il entreprend la conquête de Mme Walter. Puis il la délaisse, rêvant à d'autres intrigues. Observant avec jalousie la réussite de Walter au cours d'une grandiose réception, il regrette de s'être marié et jette son dévolu sur l'une des filles de Walter, l'inconsistante Suzanne, qui s'est éprise de lui. Alors, profitant d'un adultère de sa femme, il fait casser son mariage, enlève Suzanne pour la compromettre et obtient sa main de ses parents désespérés. Ce mariage, sans amour, est pour lui une apothéose.

Réalisme cynique

Maupassant, étroitement guidé par Flaubert dans sa formation d'écrivain, illustre à sa manière I'esthétique
naturaliste : point de concession aux beaux sentiments ; il montre la vie et les gens tels qu'ils sont. La société est une jungle féroce où les forts et les malins se partagent le gâteau, où il n'y a pas la place pour les faibles ; c'est l'univers de l'argent tout-puissant. Les gens y paraissent à son image, toujours intéressés, cupides, faibles devant le désir. Les femmes sont incapables de résister au charme physique de Bel-Ami, qui est pourtant une ordure ; les hommes s'affrontent pour le pouvoir, la gloire, la fortune. Bel-Ami, ce pur arriviste aux dents longues et au sourire avantageux est un parfait produit de cet univers désespérant dont  Maupassant a brossé un tableau sans complaisance.


Extraits :

Les noires obsessions de la mort et du néant apparaissent dans ce roman pour assombrir davantage l' histoire de cet homme sans morale el sans conscience.

Il en tenait une, enfin, une femme mariée ! une femme du monde ! du vrai monde, du monde parisien ! Comme ça avait été facile et inattendu !
(...)  "Elle était grise, pensait-il ; demain, ce sera une autre chanson. J' aurai les larmes." Cette idée l'inquiéta, puis il se dit : "Ma foi, tant pis. Maintenant que je la tiens, je saurai bien la garder."

Et, dans le mirage confus où s' égaraient ses espérances, espérances de grandeur, de succès, de renommée, de fortune et d' amour, il aperçut  tout à coup, pareille à ces guirlandes de figurantes qui se déroulent dans le ciel des apothéoses, une procession de femmes élégantes, riches, puissantes, qui passaient en souriant pour disparaître l' une après l' autre au fond du nuage doré de ses rêves.

                             ***


- (...) A votre âge, on est joyeux. On espère tant de choses, qui n' arrivent jamais d' ailleurs. Au mien, on n' attend plus rien... que la mort.
Duroy se mit à rire :
- Bigre, vous me donnez froid dans le dos.
Norbert de Varenne reprit :
- Non, vous ne me comprenez pas aujourd' hui, mais vous vous rappellerez plus tard ce que je vous dis en ce moment. II arrive un jour, voyez-vous, et il arrive de bonne heure pour beaucoup, où c' est fini de rire comme on dit, parce que derrière tout ce qu'on regarde, c'est la mort qu'on aperçoit. (...) Oui, elle m' a émietté, la gueuse, elle a accompli doucement et terriblement la longue destruction de mon être seconde par seconde. Et maintenant je me sens mourir en tout ce que je fais. Chaque pas m' approche d' elle, chaque mouvement, chaque souff!e hâte son odieuse besogne. Respirer, dormir, boire, manger, travailler, rêver, tout ce que nous faisons, c' est mourir. Vivre enfin, c' est mourir.

                               ***

(...) II ne voyait personne. II ne pensait qu' à lui. Lorsqu'il parvint sur le seuil, il aperçut la foule amassée, une foule noire, bruissante, venue là pour lui, pour lui, Georges Duroy. Le peuple de Paris le contemplait et l' enviait.
Puis, relevant les yeux, il découvrit là-bas, derrière la place de la Concorde, la chambre des Députés. Et il lui sembla qu'il allait faire un bond du portique de la Madeleine au portique du Palais-Bourbon. II descendit avec lenteur les marches du haut perron entre deux haies de spectateurs. Mais il ne les voyait point ; sa pensée maintenant revenait en arrière, et devant ses yeux éblouis par l' éclatant soleil flottait  l' image de Mme de Marelle rajustant en face de la glace les petits cheveux frisés de ses tempes, toujours défaits au sortir du lit.

Notes :

Maupassant s'est défendu d'avoir voulu critiquer la presse : "J'ai voulu simplement raconter la vie d'un aventurier pareil à tous ceux que nous coudoyons  (synonyme de côtoyer) chaque jour dans Paris, et qu'on rencontre dans toutes les professions existantes." "Est-il en réalité joumaliste ? Non. Je le prends au moment où il va se faire écuyer dans un manège. Ce n' est pas la vocation qui l'a poussé. J'ai soin de dire qu'il ne sait rien, qu'il est  simplement affamé d'argent et privé de conscience. Je montre dès les premières lignes qu'on a devant soi une graine de gredin, qui va pousser dans le terrain où elle tombera. Ce terrain est un journal."

Guy de Maupassant, Gil Blas, 7 juillet 1885

"Nous reconnaissons dans tout cela (Bel-Ami) la manière dont les romanciers en général, et ceux de l'école de Flaubert en particulier, créent un personnage vivant et avec ce qu'ils sont, et avec ce qu'ils redouteraient d'être si toutes leurs puissances se développaient librement, et même avec ce qu'ils haïraient d'être."

Albert Thibaudet, Réflexions sur la littérature, 1940

"Cette humanité d' avant Freud est décrite ici telle qu'elle se voit elle même, avec ses instincts élémentaires.
(...) Cette faune boulevardière des années quatre-vingt trafique des femmes et des influences ; les hommes jouent des coudes, se poussent, avec une espèce d'ignoble ingénuité." .

François Mauriac, le Figaro, 25 juillet 1947

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives