Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 08:15


1621 - 1695

La vie provinciale (162I-1695)

De souche bourgeoise et provinciale, Jean de LA FONTAINE est né en 1621 à Château -Thierry : il y sera un jour maître des eaux et forêts, comme son père et son grand-père. Même transplanté à Paris, il reviendra souvent en Champagne, où s'est écoulée la majeure partie de sa jeunesse.


1. UN MÉNAGE DÉSUNI.
Au collège de Château -Thierry, il apprend le latin et peut-être un peu de grec. A vingt ans (1641), il se croit la vocation ecclésiastique ; mais il quitte bientôt la théologie pour le droit et reçoit le titre d'avocat au Parlement. En 1647, il épouse Marie HÉRICART, parente éloignée de Racine. Il  a 26 ans, elle en a 14  et lui apporte une belle dot. Mais leur union ne fut pas heureuse. Mlle de La Fontaine, précieuse de province, grande lectrice de romans, n'avait rien d'une femme d'intérieur. Quant à  La Fontaine, rêveur, distrait, bon vivant, il était trop amateur d'aventures galantes ; il ne parvint même pas à s'intéresser à son fils (né en 1653), qu'il oublia dès qu'il lui eut procuré une situation. Des difficultés d'argent ajoutèrent à la désunion du ménage. En 1658, La Fontaine se fixe à Paris et, progressivement, sans scandale, les deux époux vont s'éloigner l'un de l'autre.

2. LES DÉBUTS POÉTIQUES. Dès 1656, au cercle littéraire des Chevaliers de la Table Ronde, où il  rencontre MAUCROIX, PELLISSON, FURETIÈRE, TALLEMANT DES RÉAUX, La Fontaine admire les odes "héroïques " de MALHERBE et s'inspire des grâces de VOITURE. Il se nourrit de RABELAIS, de MAROT, de BOCCACE, qu'il imitera dans ses Contes ; il a un faible pour les romans précieux. Mais surtout il étudie HOMERE et PLATON, HORACE, VIRGILE et OVIDE. Sa première oeuvre imprimée était une adaptation en vers de
L'Eunuque de Térence (1654). Ainsi, juqu'à l'âge de 37 ans où il se fixe à Paris (1658), La  Fontaine n'est encore qu'un inconnu, " ignorant de son talent et accaparé par tous les agréments et tous les ennuis d'une existence de province " (Giraudoux). Pourtant l'auteur des Contes et des Fables se préparait déjà en lui. Il connaît bien le milieu bourgeois, les petites gens, la vie rustique. Il a le goût de la campagne de la vraie nature que (depuis 1652) sa charge de maître des eaux et forêts - tout
administrative
qu'elle est - l'invite à mieux connaître encore.

Le protégé et l'ami de Fouquet (16S8-1661) Vers 1657, son oncle Jannart le présente au surintendant FOUQUET, rival de Colbert et protecteur des arts. Le poème d'Adonis (1658) lui vaut une pension et lui permet de figurer parmi les protégés du surintendant : Mlle de Scudéry, Scarron, Perrault, Corneille, Molière.

" LE SONGE DE VAUX ". Nouveau Marot, il s'acquitte en poésies de cour, ballades, rondeaux, madrigaux et chansons dédiés à son protecteur et à sa femme " Sylvie". A la demande du surintendant, il entreprend en 1658 "Le Songe de Vaux", description (prose et vers) des merveilles futures, et entrevues " en songe", du château de Vaux-le- Vicomte (près de Melun) que FOUQUET embellissait avec orgueil pour sa petite cour.

La Fable :

Narrative par le récit, dramatique par le dialogue qu'elle institue entre ses personnages, lyrique par le commentaire moral qui la prolonge, la fable offrait pour cette confluence un lieu privilégié. Par le merveilleux, elle rejoint l'épopée : "Hommes, dieux, animaux, tout y fait quelque rôle, / Jupiter même";  de "l'ample comédie à cent actes divers", la scène s'élargit aux dimensions de l'univers ; la nature, la mort, l'amour, la fuite du temps, les douceurs de la solitude et de la retraite y suscitent mainte confidence. Tenant à la fois de la geste animalière et du théâtre en liberté, prétexte aussi à toutes sortes de divagations et de rêveries, la souple formule de l'apologue, telle que La Fontaine la recrée, conduit à cette poésie totale dont l'Épilogue du second recueil, en 1679, propose une si profonde et si moderne définition : autre Orphée, le poète se donne pour fonction de traduire "en langue des dieux / Tout ce que disent sous les cieux / Tant d'êtres empruntant la voix de la nature".  Cette mission repose sur le postulat que "tout parle dans l'univers" : "il n'est rien qui n'ait son langage". Il faudra bien longtemps avant que la poésie française, après le fabuliste, se remette à l'écoute de cette multiple et mystérieuse parole.


D'origine prosaique, le genre de l'apologue ne semblait pas promis à de si hautes destinées. Avant de se répandre dans le monde grec, il paraît avoir pris naissance en Orient. Mais la résonance qu'il rencontre partout prouve suffisamment qu'il appartient au folklore universel et répond aux archétypes de l'imagination fabuleuse. Remontant à l'enfance des peuples, il a, de toute antiquité, comme Platon l'atteste, servi à l'éducation première des enfants : il suffisait, pour le rendre à la poésie, de retrouver, par delà sa sècheresse didactique, sa naiveté et sa fraicheur originelles. De Phèdre, sous le règne d' Auguste et de Tibère, à Marie de France, pendant le Moyen Age, et aux Corrozet, Haudent, Guéroult de la Renaissance, on avait déjà souvent tenté de mettre en vers le fonds ésopique. Mais il fallait la savante simplicité de La Fontaine, sa fausse nonchalance, le plaisir ingénu qu'il prend à se laisser enchanter par toutes les fictions, pour faire jaillir de la fable les sources de poésie qu'elle recèle. Sagement, il laisse à d'autres le mince mérite de l'invention, et préfère puiser dans le fonds collectif dont la tradition se perpétue depuis des temps immémoriaux. Mais il n'emprunte rien sans se l'approprier ni le rendre sien. " Poète des enfants et du peuple", par le matériau dont il se sert, il a pu apparaitre en même temps comme "le poète des philosophes", par la subtile profondeur de son art et de sa pensée. Sa naiveté n'exclut pas la finesse : elle fuit seulement l'affectation. Aussi a-t-il trouvé le difficile secret de plaire à tous, et de parler à tous les ages.  Il compte parmi les quelques auteurs qu'on apprend à goûter toujours davantage avec les années.

Les dernières années et les dernières fables (1689-1695)

 

Une série de fables est publiée en revue entre 1689 et 1692, qui est rassemblée en 1693 avec des inédites et celles de 1685, dans un ultime recueil, notre actuel livre XII, dédié au duc de Bourgogne fils aîné du Grand Dauphin et à ce titre héritier présomptif de la Couronne. Entretemps, La Fontaine tombe gravement malade ; on dispose d’un récit de 1718 du Père Pouget, confesseur de La Fontaine, qui assure d’une conversion de La Fontaine lors de cette maladie et d’un reniement public de ses contes devant une délégation de l’Académie. Néanmoins, cet événement ne figure aucunement sur les registres de l’Académie.

La Fontaine est enterré au cimetière du Père Lachaise depuis le transfert de sa dépouille en  1817, en même temps que celle de Molière.

 

 

LA MORT ET LE BÛCHERON

 

Un pauvre Bûcheron, tout couvert de ramée ,
sous le faix du fagot aussi bien que des ans
Gémissant et courbé , marchait à pas pesants,
Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.
Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de douleur
Il met bas son fagot, il songe à son malheur .
Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est au monde ?
En est-il un plus pauvre en la machine rond ?
Point de pain quelquefois, et jamais de repos
sa femme, ses enfants, les soldats , les impôts,
Le créancier et la corvée
Lui font d'un malheureux la peinture achevée.
Il appelle la Mort, Elle vient sans tarder,
Lui demande ce qu'il faut faire.
"C'est, dit-il, afin de m'aider
A recharger ce bois ; tu ne tarderas guère".
     Le trépas vient tout guérir,

                                                                  Mais ne bougeons d'où nous sommes
                                                                  Plutôt souffrir que mourir,
                                                               C 'est la devise des hommes.
                            

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Cathou 02/05/2012 22:03

Si vous lisez la première page de mon blog, il est stipulé : Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches, et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands
écrivains du Monde", - c'est un petit aperçu de la Littérature de l'antiquité au XX ème siècle. Donc effectivement ce passage vient de ce livre. Merci pour votre commentaire qui me permet
d'éclaircir ce point.

Virgile 02/05/2012 15:35

Quelle surprenante coïncidence : du début de cet article à : "[...] que Fouquet embellissait avec orgueil pour sa petite cour", c'est mot à mot la page 209 de l'édition 1995 du manuel Lagarde et
Michard.

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives