Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 12:11

1634 - 1696

 

 

Haute figure de l'élite mondaine et littéraire du 17 ème siècle, Mme de La Fayette fut à la fois l'héritière de la tradition précieuse et le précurseur du roman d'analyse moderne.

 

 

Une ascension rapide

Marie-Madeleine Pioche de La Vergne est née à Paris en 1634. Son père, gentilhomme de petite noblesse, lui transmet son goût passionné pour la littérature et lui donne les meilleurs professeurs, comme le célèbre grammairien Ménage, avec lequel elle restera toujours amie. Après la mort de son père en 1649, sa mère se remarie avec Renaud de Sévigné, oncle de la marquise de Sévigné. Une grande amitié naît entre la marquise et Mademoiselle de La Vergne dont on garde le témoignage grâce à leur correspondance. Liée d' autre part avec Henriette d' Angleterre dont elle devient la confidente, Marie- Madeleine, dès sa jeunesse, fréquente la cour de Louis XIV. Très tôt, elle a accès à la meilleure société parisienne et devient une habituée de l'hôtel de Rambouillet où elle rencontre les hommes de lettres les plus renommés de son temps : Huet, Segrais et, bien sûr, Ménage. Plus tard encore, elle y assiste à des lectures de Racine ou de Corneille. On retrouve d'ailleurs l'influence de ces deux auteurs dans l'analyse de l'amour chez Mme de La Fayette, pour qui la raison a un rôle important à jouer dans la maîtrise de la passion. Lorsqu'en 1655, après son mariage avec le comte de La Fayette, elle s'installe en Auvergne, elle reste en contact avec le monde  littéraire grâce à ses nombreuses lectures.


Femme de lettres et femme du monde

Mais Mme de La Fayette préfère malgré tout la ville. Monsieur de La Fayette reste à la campagne, tandis qu'en 1660 elle s'installe définitivement à Paris, rue de Vaugirard. Elle peut y satisfaire son goût pour l'action et les relations mondaines. Elle se consacre à l'éducation de ses deux fils, intervient dans des affaires de justice pour son mari. Femme du monde et femme de tête aimant agir et diriger, Mme de La Fayette est aussi rêveuse ; et, pour se divertir, elle écrit en 1661 "La Princesse de Montpensier", nouvelle inspirée des amours d'Henriette d' Angleterre avec le comte de Guiche. Cette oeuvre est publiée en 1662 sous le nom de Segrais ; et c'est encore sous le nom de celui-ci qu'elle publie en 1670-1671  "Zaïde", roman héroïque et galant. Il était alors hors de coutume pour une femme du monde de se dire auteur. En outre, l'écriture, pour Mme de La Fayette, reste un amusement. Le roman à cette époque n'était considéré que comme un divertissement mondain. Ses premières oeuvres contiennent en effet beaucoup de la tradition précieuse, ne serait-ce que par l'imprévu et le nombre des péripéties. D'autre part, peu sûre de son talent, Mme de La Fayette désire garder son secret, à tel point qu'elle va jusqu'à nier la rédaction de certaines de ses oeuvres.

Mme de La Fayette et l'amour

Malgré cet apparent détachement pour la création littéraire, elle compose l'un des plus beaux romans d'amour de l'époque classique, "La Princesse de Clèves", qui parut en 1678. Parce qu'elle a le souci de la justesse, non celui du succès et de la gloire, son écriture va jusqu'à changer. Cette oeuvre doit pourtant à la préciosité ses épisodes romanesques, l'idéalisation des personnages et le vocabulaire. La nouveauté est dans la précision de l'analyse psychologique qui fait de La Princesse de Clèves le premier roman moderne. On a attribué à La Rochefoucauld une grande participation à ce roman. Les deux écrivains étaient très liés depuis 1665. Véritables amis, ils s'influencèrent mutuellement ; et c'est sans doute de lui qu'elle apprit la concision qui donne tant de pureté à son oeuvre. On y retrouve aussi l'esprit janséniste commun aux deux auteurs et qui révèle une méfiance et une peur constantes de l'amour. Pour Marie-Madeleine, la passion est source de désordre et de chagrin .L'amour, dit-elle,est <<une chose incommode>> ; il s' oppose au bonheur et à la tranquillité.

La solitude des dernières années

Mme de La Fayette
apparaît finalement comme un personnage assez désabusé face au monde et à l'amour. Les sentiments de la "Princesse de Clèves" pour son mari ressemblent fort à ses propres sentiments pour M. de La Fayette, pour qui elle avait plus d'estime que d'amour et de qui elle se détacha très vite. Pourtant, malgré sa réputation, elle n'était ni sèche ni insensible, mais aimait la sérénité de la solitude. Ses activités extérieures, ainsi que la littérature lui firent oublier sa mauvaise santé de toujours. Mais bientôt la vieillesse et la disparition de ses amis rendent plus douloureuse sa maladie. Elle s' était retirée de la cour à la mort de Madame en 1670, puis la disparition de La Rochefoucauld en 1680, celle de son mari en 1683 accentuent sa retraite dans son hôtel de la rue de Vaugirard. Elle se consacre alors à la rédaction d' oeuvres historiques (Histoire d' Henriette d'Angleterre, 1684 ; Les Mémoires de la cour de France, pour les années 1688 et 1689, publiés en 1731). Elle meurt en 1693, un an après le décès de son ami de toujours, Gilles Ménage.

Extraits :

Le portrait de Mademoiselle de Chartres


Il parut alors une beauté à la cour, qui attira les yeux de tout le monde, et l'on doit croire que c'était une beauté parfaite, puisqu'elle donna de l'admiration dans un lieu où l'on était si accoutumé à voir de belles personnes. Elle était de la même maison que le vidame de Chartres, et une des plus grandes héritières de France. Son père était mort jeune, et l'avait laissée sous la conduite de madame de Chartres, sa femme, dont le bien, la vertu et le mérite étaient extraordinaires. Après avoir perdu son mari, elle avait passé plusieurs années sans revenir à la cour. Pendant cette absence, elle avait  donné ses soins à l'éducation de sa fille ; mais elle ne travailla pas seulement à cultiver son esprit et sa beauté ; elle songea aussi à lui donner de la vertu et à la lui rendre aimable. La plupart des mères s'imaginent qu'il suffit de ne parler jamais de galanterie devant les jeunes personnes pour les en éloigner. Madame de Chartres avait une opinion opposée ; elle faisait souvent à sa fille des peintures de l'amour ; elle lui montrait ce qu'il a d'agréable pour la persuader plus aisément sur ce qu'elle lui en apprenait de dangereux ; elle lui contait le peu de sincérité des hommes, leurs tromperies et leur infidélité, les malheurs domestiques où plongent les engagements ; et elle lui faisait voir, d'un autre côté, quelle tranquillité suivait la vie d'une honnête femme, et combien la vertu donnait  d'éclat et  d'élévation à une personne qui avait de la beauté et de la naissance. Mais elle lui faisait voir aussi combien il était difficile de conserver cette vertu, que par une extrême défiance de soi-même, et par un grand soin de s'attacher à ce qui seul peut faire le bonheur d'une femme, qui est d'aimer son mari et d'en être aimée.

Cette héritière était alors un des grands partis qu'il y eût en France ; et quoiqu'elle fût dans une extrême jeunesse, l'on avait déjà proposé plusieurs mariages. Madame de Chartres, qui était extrêmement glorieuse, ne trouvait presque rien digne de sa fille ; la voyant dans sa seizième année, elle voulut la mener à la cour. Lorsqu'elle arriva, le vidame alla au-devant d'elle ; il fut surpris de la grande beauté de mademoiselle de Chartres, et il en fut surpris avec raison. La blancheur de son teint et ses cheveux blonds lui donnaient un éclat que l'on n'a jamais vu qu'à elle ; tous ses traits étaient réguliers, et son visage et sa personne étaient pleins de  grâce et de charmes.


Notes :

Mme de La Fayette nie être l' auteur de son roman dans une lettre au chevalier de Lescheraine datée du 13 avril 1678 :
<<Un petit livre qui a couru il y a quinze ans et où il plut au public de me donner part, a fait qu'on m'en donne encore à la Princesse de Clèves. Mais je vous assure que je n'y en ai aucune et que M. de La Rochefoucauld, à qui on l'a voulu donner aussi, y en a aussi peu que moi ; il en fait tant de serments qu'il est impossible de ne le pas croire, surtout pour une chose qui peut être avouée sans honte. Pour moi, je suis flattée que l' on me soupçonne et je crois que j' avouerais le livre, si j' étais assurée que l' auteur ne vînt jamais me le redemander. >>


<<A l'hôtel de Nevers, on l'appelait "le brouillard ". Personne ne sait pourquoi. Les témoignages de ses amis la montrent distante, peu expansive et plutôt triste. " Jamais elle n'a été sans cette divine raison qui était sa qualité principale", dit Mme de Sévigné. Quand on veut la complimenter, c' est toujours son sérieux ou son mérite que l'on vante, rarement son charme. Sa santé fragile l' oblige d' ailleurs  à de  perpétuels ménagements. Elle aime à rêver et à baigner dans la paresse. (...) Il semble qu'une sorte de langueur sévère, de sérieux chimérique, soit son atmosphère favorite, et c'est peut-être à quoi fait allusion "le brouillard ". >>

 B. Pingaud, Mme de La Fayette par elle-même,
Éd. du Seuil, 1959

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives