Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 13:12



"Adolphe"  a une éducation de prince. Il préfère cependant tout quitter pour Ellénore, une femme de dix ans plus âgée que lui. La passion qui attire, lie, déchire et meurtrit est  ici livrée dans une fascinante évocation.

Type même du roman d'analyse psychologique, présenté comme "une anecdote trouvée dans les papiers d'un inconnu", "Adolphe"  est la confession d'un amour coupable qui s' effondre dans la mort et le remords.

L'amour plus fort que la société

Adolphe est un jeune homme de vingt-quatre ans, obscur, marqué par une éducation austère, par un père timide et dur. Plein de ressources et de capacités, il se renferme sur lui-même tout en se forgeant une idée singulière de la mort. De là sa vie dissipée - "Aucun but ne valait la peine d'aucun effort" -, son indifférence http://www.lalibrairiesonore.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/resized/FA8070.jpgà tout et sa liberté d'esprit qui le met en marge de la société. "J'étais, dit-il, un homme immoral et peu sûr." Sa volonté d'être aimé, le pousse à conquérir une femme, la première qu'on lui présente, Ellénore, polonaise infortunée, maîtresse depuis dix ans du comte de P***. Après des mois d'entrevues, de lettres, d'échanges, "elle se donna enfin tout entière". Cette liaison fait scandale, et Ellénore est  abandonnée par toute la société du comte et du père d' Adolphe, qui somme son fils de réfléchir et de le rejoindre. La situation difficile met les amants dans un état de conflit permanent. Enfin Ellénore se sépare du comte, laissant sa fortune, ses enfants. Les amants sont isolés. Adolphe s'oppose à sa destinée en  poursuivant cette liaison.

La société reprend ses droits

Il désire rompre à son tour mais ne peut s' y résoudre : sans lui, Ellénore est condamnée à mourir de chagrin. Leur relation se tend dans les silences et les soupirs. Le père d'Ellénore meurt, laissant tous ses biens à sa fille, qui part pour son pays natal accompagnée d' Adolphe, lui-même recommandé par son père auprès du baron de T***, qui le reçoit et lui exprime tout le gâchis  que cause cette liaison. Monsieur de T*** reçoit Adolphe fréquemment. Il s'instaure un climat de confiance entre les deux hommes, et Adolphe promet qu'il rompra dans les jours à venir. Le jeune homme écrit sa résolution, demandant qu'on prévienne son père. Mais il ne tient pas sa parole, et le baron envoie la lettre à Ellénore. Elle souffre de fièvres, et supplie son amant de demeurer encore quelques jours, le temps qu'il faudra pour le quitter définitivement, dans la mort.

Extraits :

Enfin j' entendis sonner l'heure à laquelle je devais me rendre chez le comte. Mon impatience se changea tout à coup en timidité ; je m' habillai lentement ; je ne me sentais plus pressé d' arriver : j' avais un tel effroi que mon attente ne fût déçue, un sentiment si vif de la douleur que je courais risque d' éprouver, que j' aurais consenti volontiers à tout ajourner. Il était assez tard lorsque j' entrai chez M. de P***. J' aperçus Ellénore assise au fond de la chambre ; je n' osai avancer ; il me semblait que tout le monde avait les yeux fixés sur moi. J' allai me cacher dans un coin du salon, derrière un groupe d' hommes qui causaient. De là je  contemplais Ellénore : elle me parut légèrement changée, elle était plus pâle que de  coutume. Le comte me découvrit dans l'espèce de retraite où je m' étais réfugié ; il vint à moi, me prit la main et me conduisit à Ellénore. "Je vous présente, dit-il ne riant, l'un des hommes que votre départ inattendu à le plus étonné." Ellénore parlait à une femme placée à côté d' elle. Lorsqu' elle me vit, ses paroles s' arrêtèrent sur se lèvres ; elle demeura interdite : je l' étais beaucoup moi-même.

On pouvait nous entendre, j' adressai à Ellénore des questions indifférentes. Nous reprîmes tous deux une apparence de calme. On annonça qu'on avait servi ; j' offris à Ellénore mon bras, qu' elle ne put refuser. "Si vous ne me promettez pas, lui dis-je en la conduisant, de me recevoir demain chez vous à onze heures, je pars à l'instant, j'abandonne mon pays, ma famille et mon père, je romps tous mes liens, j' abjure tous mes devoirs, et je vais n' importe où ; finir au plus tôt une vie que vous vous plaisez à empoisonner. - Adolphe !" me répondi-telle ; et elle hésitait. Je fis un mouvement pour m' éloigner. Je ne sais ce que mes traits exprimèrent, mais je n'avais jamais éprouvé de contraction si violente. Ellénore me regarda. Une terreur mêlée d' affection se peignit sur sa figure. "Je vous recevrai demain, dit-elle, mais je vous conjure..."  Beaucoup de personnes nous suivaient, elle ne peut achever sa phrase. Je pressai sa main de mon bras ; nous nous mîmes à table.

J' aurais voulu m' asseoir à côté d' Ellénore, mais le maître de maison l' avait autrement décidé : je fus placé à peu près en vis-à-vis d' elle. (...) J' aspirais à produire dans l' esprit d' Ellénore une impression agréable. Je voulais, en me montrant aimable et spirituel, la disposer en ma faveur, et la préparer à l' entrevue qu' elle m' avait accordée. J' essayai donc mille manières de fixer son attention. Je ramenai la conversation sur des sujets que je savais l'intéresser .. nos voisins s'y  mêlèrent : j' étais inspiré par sa présence .. je parvins à me faire écouter d' elle, je la vis bientôt sourire : j' en ressentis une telle joie, mes regards exprimèrent tant de reconnaissance qu' elle ne put s' empêcher d' en être touchée. Sa tristesse et sa distraction se dissi pèrent : elle ne résista plus au charme secret que répandait dans son âme, la vue du bonheur que je lui devais.. et quand nous sortîmes de table, nos coeurs étaient d'intelligence, comme si nous n' avionsjamais été séparés.

Précédant  "Adolphe",  Benjamin Constant a déjà publié le "Cahier rouge"  et "Cécile", deux autre romans d' inspiration autobiographique .

Notes :

Quand  "Adolphe"  paraît en 1816, Benjamin Constant est connu pour ses engagements antibonapartistes. Adolphe est incontestablement son chef-d'oeuvre, qui aura un retentissement important dans la génération romantique. Le narrateur montre la vérité d'une époque, le mal du siècIe fait de lassitude, d'ennui, dans une société factice. Adolphe raisonne patiemment pour fuir la justification et décrire son coeur, ses aspirations, ses illusions. Adolphe est-il coupable de la mort d 'Ellénore ? L'écriture est son remords. Il se souvient, s'épanche et enfin se condarnne lui-même. Il exprime avec une simplicité déconcertante ce que Balzac appellera "Ies galériens de I'amour".

"Les récits autobiographiques sont d'autant plus trompeurs qu'ils paraissent impliquer une sincérité totale : l'auteur abandonne tout déguisement pour dire ce qui lui est arrivé. On croit d'autant plus Adolphe qu'il s'accuse et montre ses faiblesses, et fait la belle partie à la femme qu'il aimait.
Mais il  est si sensible, si tourmenté des peines qu'il cause, si partagé, si poursuivi par le remords, qu'il  tire enfin  son épingle du jeu et attendrit : on se dit qu'il ne pouvait faire autrement".

- José Cabanis, Des jardins en Espagne

"C'est I'histoire d'un être, qui, essayant de ne plus vivre seul, échoue misérablement dans sa tentative (...). Adolphe est comparable à  Meursault, le narrateur de L' Étranger de Camus. Il a le même "à quoi bon", le même sens de l'absurde."

 - Georges Poulet, Benjamin Constant




Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

mohamed 02/11/2010 12:53


adolphe n'a pas été écrit au XVIIIème mais au XIXème siècle


Cathou 02/11/2010 13:12



Vous avez raison, mais la date est celle de Benjamin Constant, comme noté à chaque chapitre,  non celle du livre. Au bas de la page dans les notes il est stipulé la date  du livre 1816.
Cela peut en effet porter à confusion. Cordialement



Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives