Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 11:48


1749  1832


"Ma vie : une aventure unique",  écrit Goethe ; "non pas une aventure par l'effort pour développer ce que la nature avait déposé en moi, mais une aventure par l'effort pour acquérir ce que la nature n'avait pas mis en moi".  Dans la série des avatars de Goethe, le premier moment correspond au développement de ce qui était déjà en lui. Très tôt, par exemple, il a conscience d'être né poète (il l'écrit à sa soeur le 11 mai 1767).

Il a vu le jour le 28 Août 1749 à Francfort, dans une famille de juristes, et il sera juriste lui-même à ses débuts. A Francfort-sur-le-Main, son père http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/da/Goethe.jpg/200px-Goethe.jpgporte le titre de conseiller impérial (la ville dépend directement de l'impératrice Marie- Thérèse) ; sa mère, beaucoup plus jeune et enjouée, est fille de magistrat   : milieu urbain, milieu bourgeois, milieu cultivé aussi. Sous la direction de son père, Goethe enfant acquiert un savoir véritablement encyclopédique, où la France occupe une place de premier plan. Sa religiosité naturelle est moins satisfaite par le protestantisme sec qu'on lui inculque ou même par le piétisme de sa mère que par une  société secrète, quasi maçonnique, où très tôt il est admis.

Quand, en octobre 1765, il part pour Leipzig où il va étudier le droit à l'Université, il n'a pas choisi. Sans doute proteste-t-il intérieurement. "Qu'on me laisse donc suivre mon chemin", écrit-il à sa soeur. D'autres prendraient le parti de la rupture. Mais Goethe a le génie de la multiplicité : tout en faisant ses études de droit à Leipzig, puis, d'avril 1770 à août 1771, à Strasbourg, il suit des cours d'anatomie, se met à étudier l'architecture gothique et commence à dessiner. Il écrit aussi des vers, inspirés par ses premières amours.

Au cours de ces "années d'apprentissage", deux influences majeures s'exercent sur lui. Entre le séjour à Leipzig et le séjour à Strasbourg, il a été retenu dans sa famille à Francfort pendant près de trois ans par une grave maladie. C'est le temps d'une "calcination*" qu'il jugera plus tard très utile et qui le rapproche du piétisme maternel, sous l'influence d'une amie de sa mère, Suzanne-Catherine de Klettenberg. C'est elle qui lui ouvre les portes du monde de l'occulte, et elle sera plus tard la "belle âme" des "Années http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b6/Herder.jpg/200px-Herder.jpgd'apprentissage de Wilhelm Meiste". A Strasbourg, Goethe a rencontré Herder, le  "bougon bienveillant". Ce maître va exercer sur lui une influence bien plus considérable que celle du bon Gellert, à qui il lisait ses vers quand il se trouvait à Leipzig. Herder  lui révèle les grands génies universels - Homère, Shakespeare (à qui il voue un véritable culte , "Discours sur Shakespeare 1771". Il  lui fait comprendre que  "la poésie est un don universel et populaire, et non l'apanage de quelques hommes d'une culture raffinée". 

Les années 1771-1775 se déroulent pour la plus grande partie à Francfort. Ce séjour est toutefois coupé de quelques voyages et surtout de l'important intermède de Wetzlar, qui va donner naissance à Werther. Cette petite ville, située au bord de la Lahn, offre aux juristes débutants comme Goethe le maquis de quelque vingt mille  procès pendants du Saint-Empire. Tâche vite effacée au profìt d'une surprise de l'amour qu'inspire au jeune homme Charlotte Buff, la fìancée de son collègue Kestner. C'est déjà  une conquête sur soi que son départ discret, le 11 septembre 1772. C'en est une autre que la rédaction  d'un roman autobiographique, écrit en quelques semaines près de deux ans plus tard (mars-avril 1774) et inspiré par l'épisode de Wetzlar, "Les Souffrances dujeune Werther".

En  1814 , il se prend de passion pour Marianne von Willemer. En  1822 son épouse étant décédée depuis six ans déjà, il demande en mariage Ulrike von Levetzow (18 ans), qui refuse (il en a 73 !). Il finit sa vie sous le nom de «Sage de  Weimar», fréquenté, courtisé et adulé par l'ensemble des milieux littéraires européens.

Il s'éteignit le 22 mars 1832 à Weimar, c'est-à-dire à peine plus d'un mois après avoir achevé son Second Faust. Ses dernières paroles, auraient été : « Mehr Licht! Mehr Licht! » (« Plus de lumière ! Plus de lumière ! »), interprétées de manières bien différentes, certains y voyant le désespoir d'un grand homme de n'avoir pu amasser assez de savoir dans sa vie, tandis que d'autres, comme par exemple Friedrich von Müller, ne le veulent comprendre que comme une prière qu'on lui ouvrît la fenêtre, pour lui donner encore l'occasion de contempler la lumière du jour.




Les Souffrances du jeune Werther

Dans une Iongue correspondance, Werther raconte à son ami Wilhem Ies phases d'un amour  impos sible dont Ia mort devient I'issue nécessaire.

Après avoir achevé la seconde version des "Souffrances du jeune Werther" en 1786, Goethe  déclarait se sentir comme après une "confession générale" ; pour lui, ce roman était ce qui le sauvait de "l' issue fatale" de Werther. Mais cette oeuvre qui prend sa source dans l' expérience même de son auteur ne s' y résume http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/5/5b/Auflag2.jpg/180px-Auflag2.jpgpas. Même si l'on peut considérer que le héros est ici comme le double lyrique du grand poète allemand, Goethe,  en prêtant ses sentiments à son personnage, a su corrélativement exprimer les aspirations de toute une génération et par là faire preuve de génie.

Un roman par lettres

L ' oeuvre débute le 4 mai 1771 par la première lettre que  Werther envoie à son ami Wilhem. Cette correspondance constitue en elle-même les deux premiers livres de ce roman qui en comporte trois. Dans le dernier, intitulé "L'éditeur au lecteur", le récit s'achève par le témoignage d'un narrateur ("l'éditeur"). A la voix subjective du héros se substitue donc l'objectivité d'un regard extérieur.

Un amour impossible

Werther, parti de sa province natale où se trouve son ami Wilhem, rencontre dans un bal une jeune femme, Lotte. Immédiatement, l'un et l'autre prennent conscience de la similitude de leur âme. L'amour chez Werther naît comme la promesse d'une infinie félicité, mais Lotte est promise à un autre, Albert, qui pour l'heure est en voyage. A son retour, il s'avère être "l'homme le meilleur qui soit sous le ciel" ; Werther décide alors de ne plus revoir Lotte. Pour tenter de I'oublier, il se met au service d'un ambassadeur ; une autre femme, quelques instants, capte son coeur, mais les moeurs de cette société mondaine auront vite fait de le mettre hors de lui. Werther démissionne et rejoint la femme de ses désirs à Wahlheim. Là, sa passion grandissante se heurte aux circonstances : Albert et Lotte se sont mariés ; il restera pourtant auprès d'eux, s'exaspérant lui-même, détruisant "l'harmonie de son esprit" aux côtés de la femme qu' il adore. Puis certain de ne pouvoir la posséder mais assuré d'être aimé d'elle, il se suicidera.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/33/Wilhelm_Amberg_Vorlesung_aus_Goethes_Werther.jpg/180px-Wilhelm_Amberg_Vorlesung_aus_Goethes_Werther.jpgLa naissance du romantisme

Au fil de sa correspondance avec Wilhem, Werther nous apparaît comme le porte-parole d'une nouvelle esthétique, d'un nouvel état d'esprit que I'on nommera, cinquante ans plus tard, le romantisme. Lui-même artiste, notre héros aspire à un retour à la nature comme source d'inspiration, mais face à la grandeur de celle-ci - et c'est là le paradoxe essentiel du romantisme -, l'homme prend conscience de ses limites et en conçoit une angoisse radicale dont seuls I'amour, l'art et la mort peuvent le sauver.


Extraits :

" (...)mon ami ! lorsque mes yeux sont noyés de brume et que le monde qui m' entoure et le ciel tout entier repose en mon âme comme l'image d'une bien-aimée, alors, souvent je ne suis plus que nostalgie et je songe : ah ! que ne peux-tu exprimer tout cela ! que ne peux-tu insuffler au papier ce qui vit en toi avec tant de plénitude, tant de chaleur pour que cela devienne le miroir de ton âme, comme ton âme est le miroir
du Dieu infini !"

                                 ***

"Chose étrange : lorsque j' arrivais ici et que du haut de la colline je plongeais mes regards dans cette belle vallée, tout ce qui m' environnait m' attirait. Là-bas, ce petit bois !  "Ah ! que ne peux-tu mêler ton ombre aux siennes !" Là-bas, la cime de cette montagne !  "Ah ! que ne peux-tu, de là, embrasser cette vaste contrée !" Et ces collines enchaînées l' une à l' autre, et ces vallons intimes ! "Oh !  que ne puis-je me perdre avec eux !" J' y courais et je m' en revenais sans avoir trouvé ce que j' espérais. Il en est, hélas ! des lointains comme de l' avenir !  Un monde immense et nébuleux s' étend devant notre âme, notre sensibilité s'y plonge et s'y perd comme notre regard et nous aspirons à donner tout notre être pourque la volupté d'un unique, d'un grand, d'un magnifique sentiment nous emplisse entièrement. Et, hélas ! lorsque nous y courons, lorsque là-bas est devenu ici, tout est après comme avant, nous restons là dans notre pauvreté, dans nos étroites
limites et notre âme assoiffée se tend vers le breuvage rafraîchissant qui lui a échappé."

                                 ***

"Pour la dernière fois donc, pour la dernière fois j' ouvre les yeux. Hélas ! ils ne reverront plus le soleil : un jour trouble et nébuleux les recouvre. Prends donc mon deuil, ð Nature ! ... Ton fils, ton ami, ton bien-aimé approche de sa fin. Lotte, c' est un sentiment sans pareil et pourtant proche d' un songe crépusculaire, de se dire : voici mon dernier matin. Le dernier ! Lotte, ce mot n' a pas de sens pour moi : le dernier ! Est-ce que je ne me dresse pas dans toute ma force ? Et demain je serai étendu, sans force sur le sol. Mourir ! Qu'est-ce que cela signifie ? Vois, nous rêvons, quand nous parlons de la mort. J' ai vu mourir plus d' un être, mais l' humanité est si bornée qu' elle n' a pas le sens du début et de la fin de son existence. Maintenant encore je suis à moi, je suis à toi ! A toi !  Ô ma bien-aimée !  Et dans un instant séparés, désunis. Comment  pourrais-je m' anéantir ? Comment pourrais-tu t' anéantir ? Ne sommes-nous pas ? S'anéantir. Qu' est-ce que cela signifie ? C' est encore un mot, un son creux, qui n' a pas de sens pour mon coeur. Mort, Lotte ! enfoui dans la terre... si étroite ! si sombre !..."


Notes :

"Werther a fait époque dans ma vie, c'est <<le livre par excellence >>."
- Mme de Staël

"Tout jeune homme aspire à aimer ainsi, / Toute jeune fille à être aimée ainsi. / Hélas ! ce désir, le plus sacré de tous, / Pourquoi doit-il  être la source d'une violente peine ?"
- Goethe, en-tête du premier livrede Werther

"Tu le pleures, tu I'aimes, chère âme, / Tu sauves sa mémoire de la honte ; / Vois, de son antre son esprit te fait signe : / Sois un homme et ne me suis pas." .
Goethe, en-tête du second livre de Werther

Mais, aujourd'hui encore, I'âme de Werther n'est pas morte ; à la lumière de I'expérience du jeune héros, notre propre comportement amoureux peut être compris : "La jalousie de Werther vient par les images (voir Albert entourer de son bras la taille de Lotte), non par la pensée. C'est qu'il s'agit (et c'est là une beauté du livre) d'une disposition tragique, et non psychologique. Werther ne hait pas Albert ; simplement, Albert occupe une place désirée : c'est un adversaire (un concurrent, au sens propre), non un ennemi : il n'est pas "odieux". Dans ses lettres à Wilhem, Werther se montre peu jaloux."
- Roland Barthes, Fragments d' un discours amoureux

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives