Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 13:02

1790 - 1869


Né à Mâcon le 21 octobre 1790. Alphonse de Lamartine passe son enfance près de cette ville, à la campagne, dans le domaine familial de Milly. De 1803 à 1807, il fait de bonnes études chez les jésuites au collège  de Belley. Il revient ensuite à Milly, et pour occuper ses loisirs, il lit beaucoup et se familiarise en particulier avec le XVIII  ème siècle. Ses parents l'envoient en Italie où il a une liaison avec celle qu'il idéalisera plus tard sous le nom de Graziella. En septembre 1816, à Aix-les-Bains où il est venu faire une cure, il rencontre Julie Charles, femme d'un physicien célèbre, qui devient sa maitresse. Mais elle est gravement malade et meurt en décembre 1817. Le regret de celle qu'il immortalise sous le nom d'Elvire, la foi retrouvée sous le coup de l' ébranlement sentimental qu'il a éprouvé, tout cela coexiste dans les "Méditations" avec les thèmes  épicuriens héritès du XVIII ème siècle. En juin 1820,  après une liaison brève mais ardente avec l 'Italienne Lena de Larche, Lamartine épouse une Anglaise, Mary-Ann Birch.  Il  en aura deux enfants, qui disparaitront l'un à vingt mois, en 1822,  l' autre à dix ans et demi, en 1832.  Entré dans la diplomatie, Lamartine est successivement attaché d'ambassade à Naples, secrétaire, puis chargé  d'affaires à Florence. Il est élu à l'Académie française en novembre 1829, quelques jours avant la mort de sa mère ; cette perte le marquera profondément. La révolution de juillet 1830 lui donne l' occasion de quitter la carrière diplomatique. Il  publie "De la politique rationnelle", qui contient déjà tout le schéma de l' action qu'il va mener pendant vingt ans, et s'efforce de se faire élire  député. N' y ayant pas réussi du premier coup, il entreprend avec sa famille un voyage en Orient. Il fait une courte escale en Grèce, visite la Syrie, le Liban, et se rend en pèlerinage  au Saint-Sépulcre. Sa fille Julia, déjà malade au départ, meurt à Beyrouth. Ce nouveau deuil lui porte un coup terrible.  Il prolonge son voyage quelques mois encore et rentre en France par les Balkans.  Il a été élu pendant son absence député du Nord.

J'emploierai ma jeunesse à la poésie

Rien ne peut enlever à Lamartine la gloire d'avoir été, dans le premiers tiers du XIX ème, l'initiateur de la renaissance poétique en France. Avec l'exécution de Chénier, en 1794, la poésie était bien morte, même si les versificateurs continuaient de se multiplier. Le petit volume des "Méditations poétiques" qui parut sans nom d'auteur en mars 1820, fut accueilli, par le public avec enthousiasme parce qu'il répondait à un besoin, à une aspiration profonde. Si le livre plut à ce point, c'est d'abord parce qu'il ne surprit pas ; vocabulaire, rhétorique, les procédés de versification y demeuraient profondément classiques. Mais ce que l'auteur exprimait, avec les mêmes mots cependant que ses prédécesseurs, c'était une expé rience humaine que ceux -ci avaient fini par sacrifier à la technique, sinon à la virtuosité. Et cette expérience, nourrie de souffrance et d'espérance à la fois, était en accord avec celle de toute une génération.


lac.jpgPoétiquement, "les Méditations" apportaient tout de même quelque chose de nouveau ; nouveauté d'autant plus agissante sur la sensibilité des lecteurs qu'elle avait et qu'elle conserve encore un caractère insidieux et comme indéfinissable. Cette nouveauté, elle est d'abord, comme chez tout véritable poète, dans une certaine vision de l'univers, qui repose ici sur la confusion presque constante de l'image du  monde extérieur et de l'état d'âme. C'est pourquoi, comme on l'a dit souvent, le caractère fondamental du paysage lamartinien, n'est ni le contour classique, ni la couleur romantique, mais le flou, l'imprécis, et surtout le mouvant. De même, l'essence du lyrisme lamartinien abolit toute distinction d'école entre le fond et la forme de la substance poétique ; elle est dans une alternance continuelle entre un mouvement d'expansion et un mouvement de concentration qui correspond au rythme même de la vie, celui de la respiration, des battements du coeur, du flux et du reflux de l'élément marin. La nouveauté est aussi dans la musicalité du vers qui est à l'unisson de ce rythme profond. Ces accents harmonieux avaient disparu de la langue poétique française depuis Racine ; ils resurgissaient ici avec une fluidité et une plénitude à la fois qui gardent quelque chose d'unique dans notre poésie.

"Les Méditations" ne sont encore qu'un signe avant-coureur, une prodigieuse promesse d'avenir. On l'a dit justement : ce recueil tient beaucoup plus à ce qui l'a précédé qu'à ce qui le suivra, et Lamartine n'y est jamais qu'un poète du XVIII ème siècle, avec du génie par surcroît (H. Guillemin). La véritable poésie des temps nouveaux n'apparaît qu'en 1830, et prenons garde ici encore qu'à Lamartine revient le privilège d'avoir été la première grande voix du lyrisme romantique : "les Harmonies poétiques et religieuses"  parurent en juin 1830, dix-huit mois avant  "Les Feuilles d'automne" de Victor Hugo. Comme le titre le laissait attendre, ce qui frappe d'abord, dans les "Harmonies", c'est la diversité et la puissance de l'orchestration : " De fait, jamais poète français, y compris Victor Hugo, n'avait déployé cette virtuosité rythmique".

La puissance tout court également : le recueil est un démenti éclatant à la légende tenace d'un poète efféminé et languissant. Ce poète-là, c'est celui de 1820, mais de 1820 seulement, et, de toute façon, ce n'est pas l'homme tout entier. Le vrai Lamartine était un "mâle", pour reprendre le mot de Claudel recueilli par Henri Guillemin. Et c'est justement la force de l'expression qui, à des années de distance, relie entre elles des pièces aussi différentes que "Bonaparte" (1823)  "Aux Chrétiens dans les temps d'épreuve" (1826),  " Les Révolutions"   (1831),  "La Marseillaise de la paix"  (1841) ou  "Le Désert"  (1856).

Alphonse de Lamartine meurt le 28 février 1869, dans un oubli presque total et après avoir vendu peu à peu tous ses biens. "Les Méditations poétiques" restent le chef-d'œuvre de Lamartine. Acte de naissance du romantisme en France, l'ouvrage reste assez conventionnel par sa forme. La versification, régulière, et le lexique d'un registre élevé, restaient ceux du siècle précédent. Lamartine sait conférer à ses poèmes une musicalité particulière, une harmonie fortement évocatoire, qui est considérée, aujourd'hui encore, comme l'une des principales qualités de son œuvre. C'est davantage dans la teneur de ses poèmes que dans leur forme que Lamartine ouvre une nouvelle ère poétique.


Extrait :


C'est un mince recueil de 24 poèmes dont le succès s'explique par leur adéquation à leur époque, à l'émergence d'une sensibilité nouvelle, liée aux bouleversements de l'histoire, aux incertitudes de l'avenir et à une nouvelle vision de l'individu, perçu comme être sensible, complexe et comme centre de la représentation. Les Méditations se présentent comme une sorte de rêverie mélancolique sur le thème de la foi et celui de l'amour. Le poète, qui parle à la première personne, évoque le souvenir de son amante perdue, qu'il appelle Elvire, et dans laquelle on s'accorde le plus souvent à reconnaître Julie Charles.



L'automne


Salut, bois couronnés d'un reste de verdure,
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards.


Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire ;
J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des b
ois.

 


Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés je trouve plus d'attraits ;

C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais.

 


Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d'un regard d'envie
Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui
.


Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;

L'air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d'un mourant le soleil est si beau
!


Je voudrais maintenant vider jusqu'à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel
:
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel !


Peut-être l'avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu
Peut-être, dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait compris mon âme, et m'aurait répond
u


La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux :
Moi, je meurs ; et mon âme, au moment qu'elle expire,
S'exhale comme un son triste et mélodieux.

 


Les Poésies :

Des poèmes de I'épanchement des "Méditations poétiques" jusqu'aux poèmes épiques ou métaphysiques, Lamartine se distingue comme le chef de file des poètes romantiques.

Le poème "Le Lac" est indissociable du souvenir du lac du Bourget, en Savoie, où Lamartine séjourna en 1816 et en 1817.

Poèmes d'errance et d'espoir

L' oeuvre poétique de Lamartine est abondante. Si elle ne suscite aujourd'hui qu'un intérêt relatif, elle joue un rôle de pivot dans I'histoire de la poésie française. Ce sont surtout "Les Méditations poétiques" (1820) que l' on retiendra. Présentées comme  "les épanchements tendres et mélancoliques des sentiments et des pensées d'une âme", elles s'inscrivent dans la lignée dessinée par le Rousseau de La Nouvelle Héloïse et le Chateaubriand d'Atala et René. L'ensemble des poèmes du recueil est inspiré par le souvenir tendre de Mme Julie Charles. Les poèmes de Lamartine disent les errances d'une âme partagée entre le désespoir de I'homme solitaire envahi par une stérile tristesse et la confiance en Dieu (L' Homme, L' lmmortalité). S'il est le poète de I'épanchement du moi (que d'aucuns, malveillants, n'hésiteront pas à qualifier d'hypertrophié), Lamartine s'est essayé à de multiples genres : fragments épiques (Jocelyn, 1836; La Chute d'un ange, 1838), poésie engagée (Les Recueillements poétiques, 1839). Poèmes témoignant toujours d'une constante inquiétude et d'un tourment inapaisables.

 "Et moi,je suis semblable à la feuille"...

Si Lamartine s'est ilIustré dans de nombreux genres, c'est en tant que poète qu'il a acquis sa renommée. Son oeuvre poétique porte les traces d'une évolution, celle qui le conduit des " Méditations poétiques" jusqu'aux poèmes quasi  métaphysiques des derniers recueils. Élégies célébrant une triste langueur, vers didactiques, hymnes à la nature, Lamartine multiplie les thèmes. La nature y est conçue comme un miroir de l'âme, miroir tragique et consolant à la fois. Poésie habitée par le sentiment exacerbé de la fuite du temps et que rien, pas même la création poétique, ne parvient à fixer. Si l'écriture de Lamartine, le poète à la <<plume qui vole >>, est résolument tournée du côté du  XVIII ème siècle par la forme qu'elle adopte (le vers abonde en tours périphrastiques, en images grandiloquentes), elle innove par une disposition originale des vers en strophes, qu'emprunteront à sa suite de nombreux poètes romantiques.

Extraits :

L'un des poèmes les plus représentatifs du Iyrisme romantique est "L'Isolement". Le poète se retire, seul, à Milly, un an après la mort de celIe qu'iI nommera Elvire, et livre son désespoir en des vers restés parmi les plus célèbres
(...)

 

                                                                 ***

Avec " Le Lac",  Lamartine ouvre les voies d'un des grands thèmes à I'origine de I'inspiration romantique, la fuite du temps


                                                                ***

"La Vigne et  la maison" (1857) fait partie des poèmes tardifs. Ces vers sont une transcription d'un dialogue entre le Moi et I'âme

MOI
Quel fardeau te pèse, ô mon âme !
Sur ce vieux lit des jours par l' ennui retourné,
Comme un fruit de douleurs qui pèse aux flancs de femme,
Impatient de naître et pleurant d' être né ?
La nuit tombe, ô mon âme ! un peu de veille encore !
Ce coucher d' un soleil est d' un autre l' aurore.


Notes :


Au XIXe siècIe, les vers de Lamartine ont obtenu dès leur publication un important succès. On loue leur élégance et leur harmonie. lls sont érigés en modèle du Iyrisme romantique. En revanche, dès la seconde moitié du siècIe, iIs sont vivement contestés par les romanciers. Flaubert s'en prend à celui qu'iI juge responsable de <<tous les embêtements du Iyrisme poitrinaire >>, à cet <<esprit eu
nuque >>.

- Flaubert, Correspondance, Gallimard, 1973

Quant à Stendhal, iI note dans sa correspondance : <<Lamartine a trouvé des accents touchants, mais dès qu'iI sort de I'expression de I'amour, iI est puéril, iI n'a pas une haute pensée de philosophie ou d'observation de I'homme. >>

-  Stendhal, oeuvres  complètes, Gallimard, 1967

L' oeuvre de Lamartine a connu une réhabilitation au XXe siècIe, en raison de sa position cIé dans l'histoire de la poésie française : <<Lamartine, c'est celui qui échoue sans cesse ; et qui sans cesse commence, mais jamais à neuf. A contempler d'un oeil cIair ses oeuvres poétiques, on conçoit qu'iI vaIait mieux que le dédain dans lequel on l' exile. Avec lui des accents nouveaux entrent dans la littérature.On lui en veut de pas rompre définitivement avec ce qui le précédait, mais iI n'a pas pris à Voltaire que la platitude du poème, l' égalité monotone du prêche, iI lui emprunte son déisme, et ne parvint à s'en guérir jamais (...). Le travail de,  Lamartine est de redonner une voix aux empires conquis par le silence. >>-

Hubert Juin, Lectures du XIX ème  siècle, 10/18  1976

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives