Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 12:56


Le style de Marivaux, tout de légèreté, vante les plaisirs de l'amour et de la séduction. Il symbolise l' esprit de la société galante au début du XVIII ème  siècle. Familier des brillants salons de Mme de Lambert, Mme de Tencin et Mme Geoffrin, Marivaux, ruiné par la banqueroute de Law, va tenter de vivre de sa plume. Romancier et journaliste. il est parvenu à la postérité par son oeuvre dramatique, une trentaine de pièces, légères et élégantes comédies écrites principalement de 1722.

I) Le jeu de l'amour et du hasard

Un stratagème au service de l'amour :

Silvia, jeune fille de bonne famille, attend la venue de son prétendant, Dorante. Leur mariage ayant été arrangé de convenance, elle ne connaît pas le jeune homme. Avec  l' accord de son père,
M. Orgon, elle imagine d'échanger les rôles avec sa servante Lisette : elles se feront passer l'une pour l'autre, ce qui permettra à Silvia d'examiner Dorante à loisir et de décider si le parti lui convient. Mais Dorante a eu exactement la même idée : dans une lettre au père de Silvia, il l'avertit qu'il échangera les rôles avec son valet Arlequin.  M. Orgon accepte complaisamment ce <<jeu >> qui doit permettre aux jeunes gens de se choisir selon les affinités de leur coeur, et non selon les apparences. Le reste de la pièce est alors une suite de quiproquos et de surprises : Silvia éberluée par les manières et le langage d'un valet en costume de maître ; Arlequin qui s'éprend de Lisette, pseudo-Silvia, etc. Jusqu'au dénouement attendu où tous les masques tombent : Sylvia épousera Dorante et Lisette, Arlequin.


L'éveil et la progression des sentiments :

"Le Jeu de l'amour et du hasard " séduit par la finesse des répliques, la cocasserie des situations, la subtilité de l'analyse psychologique, le charme et la drôlerie des personnages.
Marivaux sait saisir avec grâce et naturel l'éveil de l' amour dans le coeur des protagonistes ; le spectateur se délecte en suivant la progression des sentiments de Silvia et de Dorante, qui passent de la déception à la colère, et de la contrariété à la surprise. Les obstacles ne sont que passagers : dès la première ligne, on est assuré que l' amour triomphera. Cependant, par-delà la comédie d'amour, Marivaux se révèle un homme de l'Ancien Régime. En effet, la moralité sous-jacente au Jeu, c'est que les maîtres sont maîtres et que les valets restent valets. Ainsi, ce qui permet à Silvia et à Dorante de se reconnaître, malgré leur déguisement, c'est leur <<condition >> commune : constituant comme leur essence, elle se dévoile dans leur langage et leurs manières, ramenant chacun à la place qui est la sienne dans l' ordre social.

Extraits :

Arlequin, déguisé en Dorante, fait une entrée remarquée

ARLEQUIN -
Ah ! Te voilà, Bourguignon ! Mon porte-manteau et toi, avez-vous été bien reçus ici ?
DORANTE - ll n' était pas possible qu' on nous reçût mal, monsieur.
ARLEQUIN - Un domestique là-bas m' a dit d' entrer ici, et qu' on allait avertir mon beau-père qui était avec ma femme.
SILVIA - Vous voulez dire Monsieur Orgon et sa fille, sans doute, monsieur?
ARLEQUIN - Eh ! oui, mon beau-père et ma femme, autant vaut. Je viens pour épouser, et ils m' attendent pour être mariés ; cela est convenu ; il ne manque plus que la cérémonie, qui est une bagatelle.
SILVIA - C' est une bagatelle qui vaut bien la peine qu' on y pense.
ARLEQUIN - Oui, mais quand on y a pensé, on n'y pense plus.
SILVlA, bas à Dorante - Bourguignon, on est homme de mérite à bon marché chez vous, ce me semble ?

                                              ***

Silvia est charmée malgré elle par un <<valet >>

SILVIA, à part.
- Mais en vérité, voilà un garçon qui me surprend, malgré que j' en aie ... (Haut.) Dis-moi, qui es-tu, toi qui me parles ainsi ?
DORANTE - Le fils d' honnêtes gens qui n' étaient pas riches.
SILVIA - Va,je te souhaite de bon cæur une meilleure situation que la tienne, et je voudrais pouvoir y contribuer ; la fortune a tort avec toi.
DORANTE - Ma foi, l' amour a plus tort qu' elle ; j' aimerais mieux qu' il me fût permis de te demander ton cæur, que d' avoir tous les biens du monde.
SILVIA, à part. - Nous voilà, grâce au ciel, en conversation réglée. (Haut.) Bourguignon, je ne saurais me fâcher des discours que tu me tiens  ; mais je t' en prie, changeons d' entretien. Venons à ton maître. Tu peux te passer de me parler d' amour, je pense ?
DORANTE.- Quitte donc ta figure.
SILVIA. - Ah ! je me fâcherai  ; tu m'impatientes. Encore une fois, laisse là ton amour.
SILVlA, à part. -A la fin,je crois qu'il m'amuse... (Haut.) Eh bien, Bourguignon, tu ne veux donc pas en finir ? Faudra-t-il que je te quitte ? (A part) Je devrais déjà l' avoir fait.

Notes :


"Les termes   "marivaudage"  et " marivauder"  se manifestent pour la première fois vers 1760. (...) Dans un article d'histoire littéraire sur Marivaux, par exemple, Jean Fabre définit ainsi le marivaudage : .. une façon de faire et de dire l'amour ".

John Kristian Sanaker, Le Discours mal apprivoisé, Essai sur le dialogue de Marivaux,
Solum Vorlag, Oslo, 1987


"Des ressorts psychologiques mis en æuvre ici, un, il est vrai, a été rencontré plusieurs fois : la peur de la femme ou de la jeune fille devant le prétendant inconnu, sa crainte à l'égard du mariage lui-même qui représente pour elle l'aliénation sans retour. Mais tous les prédécesseurs de Marivaux avaient esquivé
le second, le conflit d'un amour naissant aux prises avec le préjugé".

 Frédéric Deloffre et Françoise Rubellin, Le Jeu de l' amour et du
hasard, notice, dans Théâtre complet de Marivaux, Bordas, 1989.


"Dorante est une âme d'une juvénile clarté et spontanée : aussitôt qu'il a acquis une certitude sur ses sentiments, il cesse d'abuser Silvia, alors que celle ci se détermine à pousser l' épreuve bien au-delà. (...) Le spectateur du XX ème  siècle, que n'émeut plus l'idée de " mésalliance ", doit bien prendre la mesure du sacrifice que Dorante consent à la jeune fille : épouser une soubre
tte représente, en 1730, une véritable déchéance".

Maurice Descotes, Les Grands rôles du théâtre de Marivaux P.U.F. 1972

II) Les fausses confidences

"Les Fausses Confidences", comédie en trois actes, fut représentée au Théâtre-Italien le 16 mars 1737 avec un succès fort mitigé, sept ans après  "Le Jeu de l'amour et du hasard". Avec cette dernière, elle est  considérée comme un des chefs- d'oeuvre de Marivaux et a une place de choix dans le répertoire de la Comédie- Française.


Un intrus chez Araminte

Dorante, un jeune homme qui n'a point de bien, est amoureux de la riche veuve Araminte. Conseillé par son valet Dubois, il  se fait engager comme secrétaire par cette femme malgré l'opposition de la mère de celle-ci, Mme Argante. Dubois commence ses manigances auprès d'Araminte en lui recommandant de se débarrasser de Dorante, follement amoureux d'elle. Araminte va devoir lutter entre sa compassion pour Dorante qui, à son insu se transforme en amour, et ses intérêts qui l'invitent à suivre l'avis de sa mère. Un portrait d'Araminte, mis exprès chez Dorante et prétendument découvert par Dubois, instruit tout le monde de l'amour de Dorante. Araminte se plaint à Dubois de son zèle mais est obligée de prendre une décision, car elle ne peut garder un secrétaire amoureux. Pressée par ces circonstances artificiellement créées, irritée des instances de sa mère, qui envisageait pour elle un mariage brillant, elle se décide à "faire la fortune" de Dorante en l'épousant malgré leur différence sociale.

Une comédie légèrement grinçante

Cette pièce très subtile offre deux intérêts majeurs : le premier ressortit au thème si souvent traité de la "surprise de l'amour". On suit, pas à pas, le comportement de la jeune veuve Araminte que Dubois oblige quasiment à tomber amoureuse . Le rôle de Dubois est loin d' être innocent : il use avec jubilation de son intuition psychologique et de son pouvoir de persuasion. Sous couvert d'aider Araminte de ses avis, il la
pousse par ses "fausses confidences" dans ses derniers retranchements. Dorante, complice de Dubois, pourrait être confondu avec un simple coureur de dot si ses inquiétudes et l'aveu final qu'il fait à Araminte de leur supercherie ne le lavaient de ce soupçon. Le second intérêt de la pièce relève d'une étude des mæurs d'une société en mutation, non dénuée de certains traits de satire. Nous sommes chez une femme riche qui envisage de se marier pour éviter un procès. Chacun songe à soi. Marion, la camériste sacrifiée, doit renoncer avec le sourire à son beau rêve d'épouser Dorante pour ne pas perdre sa place. L'intérêt personnel régit tous les actes.

Extraits :

Acte 1, scène 14

DUBOIS-.
Si je le connais, Madame ! si je le connais ! ah ! vraiment oui ;  et il me connaît bien aussi. N'avez-vous pas vu comme il se détournait, de peur que je ne le visse ?
ARAMINTE-.  Il est vrai, et tu me surprends à mon tour. Serait il capable de quelque mauvaise action, que tu saches ? Est-ce que ce n' est pas un honnête homme ?
DUBOIS-. Lui ! il n'y a point de plus brave homme dans toute la terre, il a, peut-être, plus d'honneur à lui tout seul que cinquante honnêtes gens ensemble. Oh ! c' est une probité merveilleuse ;  il n'a peut-être pas son pareil.
ARAMINTE  Eh ! de quoi peut-il donc être question ? D' où vient que tu m' alarmes ? En vérité,j' en suis toute émue.
DUBOIS- 
Son défaut, c' est là. (il se touche le front.) C' est à la tête que le mal le tient.

ARAMINTE. - A la tête ?
DUBOIS- . Oui, il est timbré, mais timbré comme cent.
ARAMINTE.  Dorante ! il m' a paru de très bon sens. Quelle preuve as-tu de sa folie ?
DUBOIS-. Quelle preuve ? Il y a six mois qu' il est tombé fou il y a six mois qu' il extravague d' amour, qu' il en a la cervelle brûlée, qu'il en est comme un perdu  ; je dois bien le savoir, car j' étais à lui, je le servais, et c' est ce qui m'a obligé de le quitter ; et c' est ce qui me force de m' en aller encore ; ôtez cela, c'est un homme incomparable.

                                                ***

Acte III,scène 12

ARAMINTE. - Vous donner mon portrait ! Songez-vous que ce serait avouer que je vous aime ?
DORANTE.- Que vous m' aimez, Madame ! Quelle idée ! Qui pourrait se l' imaginer ?
ARAMINTE, d'un ton vif et naïf.
- Et volà pourtant ce qui m' arrive.

DORANTE,se jetant à ses genoux. - Je me meurs !
ARAMINTE  Je ne sais plus où  je suis : modérez votre joie ; levez vous Dorante.
 DORANTE se lève et dit tendrement. - Je ne la mérite pas cette joie qui me transporte ; je ne la mérite pas, Madame ; vous allez me l'ôter, mais n'importe, il faut que vous soyez instruite.
ARAMINTE étonnée. - Comment ! Que voulez-vous dire ?
DORANTE. Dans tout ce qui s' est passé chez vous, il n'y a rien de vrai que ma passion, qui est infinie, et que le portrait que j' ai fait. Tous les incidents qui sont arrivés partent de l' industrie d' un domestique qui savait mon amour, qui m' en plaint, qui, par le charme de l' espérance du plaisir de vous voir, m' a pour ainsi
dire forcé de consentir à son stratagème : il voulait me faire valoir auprès de vous.

Notes :

Marivaux a presque toujours écrit pour le Théâtre-Italien. Il  sut ainsi redonner à cette troupe qui lui plaisait un éclat qu'elle avait perdu au début du siècle. Pour le lecteur du XX  ème  siècle ; la troupe des "Italiens" reste indissolublement liée au nom de Marivaux, alors qu'aux yeux des amateurs du XVII ème siècle, ce théâtre avait un prestige moindre que le Théâtre-Français.

Marivaux n'a donc jamais connu de succès brillant de son vivant. Ses contemporains lui reprochaient la monotonie de ses sujets, tel le marquis d'Argens qui remarquait:  "il y a un défaut dans ses pièces, c'est qu'elles pourraient être presque toutes intitulées La Surprise de l'amour", et leur trop grande subtilité psychologique que Voltaire raillait en disant qu'il pesait  "des oeufs de mouche dans des balances de toile d'araignée".

Marivaux a pourtant créé une forme originale d'analyse des rapports amoureux à leurs débuts. La simplicité classique s'offusquait de ce propos, "mélange le plus bizarre de métaphysique  subtile et de locutions triviales, de sentiments alambiqués et de dictons populaires".

La Harpe

C'est cette subtilité extrême de la description des premiers émois amoureux qu'on a baptisée marivaudage". Ce terme, dont la valeur péjorative est destinée à critiquer le maniérisme et l'affectation exagérée de cette analyse, définit le "créneau" étroit auquel Marivaux doit son renom actuel de moraliste et de fin psychologue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives