Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 13:59



1886  1914


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/Fournier.jpgPseudonyme de Henri Fournier, romancier français né  le 3 octobre 1886 à La Chapelle d'Angillon dans le cher, aux confins du Berry et de la Sologne. Ses parents sont instituteurs à Epineuil le Fleuriel. Au lycée Lakanal près de Paris, il  se lie d'amitié, avec son condisciple Jacques Rivière, avec lequel il entretint, de 1905 à 1914 une "Correspondance" qui apporte un intéressant témoignage sur la sensibilité littéraire au début du siècle.

En 1913, il publia son unique roman, "le Grand Meaulnes", récit très autobiographique qu'il avait conçu dès 1902, mais dont il ne put connaître le succès car il fut tué au front le 22 septembre 1914.

Romancier de l'attente, de l'amour impossible, de l'association entre réel et poésie, Alain-Fournier a passé sa brève existence à se chercher lui-même dans une quête à laquelle, sans doute, nul ne pouvait l'aider à trouver de réponse. Aussi est-il parti <<content>> à la guerre.


Le Grand Meaulnes

Augustin Meaulnes s'égare pendant trois jours et vit une aventure aussi étrange qu'un rêve, au cours de laquelle il rencontre une jeune femme. Son ami, François l'aidera à la retrouver.

http://www.linternaute.com/cinema/image_diaporama/540/le-grand-meaulnes-16022.jpgEn écrivant "Le Grand Meaulnes", Alain-Fournier retrouve son enfance. Pour lui, cet âge est le seul qui mérite d' être décrit : n'est ce pas à ce moment de la vie que l' on s' émerveille de tout, que les choses, les gens et les situations prennent une dimension plus grande que dans la réalité ? Alain-Fournier ne s' attendrit pas devant un enfant, il se souvient, plus impressionné par la gravité de l' enfance que par le sérieux des adultes.

La vie et le rêve

Augustin Meaulnes, que ses camarades surnomment "Le Grand Meaulnes", est pensionnaire dans un village solognot, chez un directeur d'école, M. Seurel, père de François, le narrateur. Peu de temps avant les vacances de Noël, Meaulnes, qui est parti chercher les grands-parents de François à Vierzon, s'égare dans
"l'endroit le plus désolé de la Sologne". Le lendemain d'une nuit passée dans une bergerie, attiré par un manoir abandonné, il s'engage dans une allée où il voit des petites filles habillées de costumes anciens. "Y aurait-il une fête en cette solitude ? " se demande Meaulnes. Pour ne pas effrayer les enfants, il entre dans une chambre qui lui semble inoccupée et s'endort. A son réveil, un costume d'autrefois est posé sur le lit. Le soir, "un peu angoissé à la longue de tout ce plaisir qui s'offrait à lui", il se réfugie dans un petit salon où une jeune fille, Yvonne de Galais, joue du piano devant des enfants. Le jour suivant, il la revoit une dernière fois avant une longue séparation. Grâce à son ami François, il retrouvera Yvonne et l'épousera. Mais au lendemain de son mariage, Meaulnes partira pour un long voyage, appelé par Frantz, le frère d'Yvonne. Il ne reviendra qu'après la mort de sa femme et repartira aussitôt avec sa petite fille.

Un livre unique

Alain-Fournier, a tout juste vingt-sept ans quand, en 1913, est publié "Le Grand Meaulnes". Mobilisé dès le début de la guerre, il est porté disparu le 22 septembre 1914. Sa correspondance et quelques poèmes et contes seront publiés après sa mort, mais l'oeuvre d'Alain-Fournier, c'est Le Grand Meaulnes. Tous les grands écrivains de ce siècle s'accorderont à reconnaître l'importance de ce roman unique, dans lequelle rêve et le mystère sont l'essence même de l'histoire. L'auteur a choisi la Sologne comme décor car il a été élevé dans cette région et aucune n'offre autant d'étrangeté. Ayant grandi dans un milieu rural, Alain-Fournier est sensible à la terre et à la beauté de ces paysages campagnards que la brume matinale rend oniriques et lointains.

Extraits :

Découragé, presque à bout de forces, il résolut, dans son désespoir, de suivre ce sentier jusqu' au bout. A cent pas de là, il débouchait dans une grande prairie grise, où l' on distinguait de loin en loin des ombres qui devaient être des genévriers, et une bâtisse obscure dans un repli de terrain. Meaulnes s' en approcha.
Ce n' était là qu' une sorte de grand parc à bétail ou de bergerie abandonnée. La porte céda avec un  gémissement. La lueur de la lune, quand le grand vent chassait les nuages, passait à travers les  fentes des cloisons.

                     ***

C' étaient des costumes de jeunes gens d' il y a longtemps, des redingotes à hauts cols de velours, de fins gilets très ouverts, d' interminables cravates blanches et des souliers vernis du début de ce siècle. Il n'osait rien toucher du bout du doigt, mais après s' être nettoyé en frissonnant, il endossa sur sa blouse d' écolier un des grands manteaux dont il releva le collet plissé, remplaça ses souliers ferrés par de fins escarpins vernis et se prépara à descendre nu-tête. Il arriva, sans rencontrer personne, au bas d'un escalier de bois, dans un recoin de cour obscur. L' haleine glacée de la nuit vint lui souffler au visage et soulever un pan de son manteau. Il fit quelques pas et, grâce à la vague clarté du ciel, il put se rendre compte aussitôt de la configuration des lieux. Il était dans une petite cour formée par des bâtiments des dépendances. Tout y paraissait vieux et ruiné. Les ouvertures au bas des escaliers étaient béantes, car les portes depuis longtemps avaient été enlevées ;  on n'avait pas non plus remplacé les carreaux des fenêtres qui faisaient des trous noirs dans les murs. Et pourtant toutes ces bâtisses avaient un mystérieux air de fête. Une sorte de reflet coloré flottait dans les chambres basses où l'on avait dû allumer aussi, du côté de la campagne, des lanternes.

                     ***

A terre tout s' arrangea comme dans un rêve. Tandis que les enfants couraient avec des cris de joie, que des groupes se formaient et s' éparpillaient à travers bois, Meaulnes s' avança dans une allée, où, dix pas devant lui, marchait la jeune fille. Il se trouva près d' elle sans avoir eu le temps de réfléchir : "Vous êtes belle", dit-il simplement. Mais elle hâta le pas et, sans répondre, prit une allée transversale. D' autres promeneurs couraient, jouaient à travers les avenues, chacun errant à sa guise, conduit seulement par sa libre fantaisie. Le jeune homme se reprocha vivement ce qu' il appelait sa balourdise, sa grossièreté, sa sottise. Il errait au hasard, persuadé qu'il ne reverrait plus cette gracieuse créature, lorsqu' il l' aperçut soudain venant à sa rencontre et forcée de passer près de lui dans l' étroit sentier. Elle écartait de ses mains nues les plis de son grand manteau. Elle avait des souliers noirs très découverts. Ses chevilles étaient si fines qu' elles pliaient par instants et qu' on craignait de les voir se briser.


"Le message du "Grand Meaulnes" 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Catherine 05/08/2011 18:47


Bonnes vacances et à bientôt.


claudialucia Ma Librairie 05/08/2011 18:24


Merci pour ta visite dans mon blog. Moi aussi, je vais mettre un lien vers toi et je viendrai me promener parmi les classiques que tu explores si bien. Je suis actuellement en vacances en Lozère.
j'ai programmé mes futurs articles à l'avance jusqu'au mois de septembre. Et quand je peux avoir accès à internet, de temps en temps,je viens lire et mettre un petit mot dans les blogs amis.


Catherine 01/08/2011 11:09


Bonjour Claudia, je découvre ton blog, quelle diversité et quelle richesse. Bravo, je ne sais par quoi commencer. Merci pour ton mail et pour les découvertes à venir. Cordialement


claudialucia Ma Librairie 31/07/2011 21:55


A l'occasion d'une petit jeu que j'ai fait sur le Grand Meaulnes, j'ai découvert ton billet que j'ai trouvé très intéressant et je mets un lien dans mon blog, vers le tien.
Bonne soirée.


Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives