Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 14:00

 

1913  1960

 

 

http://www.aleph99.info/Albert-Camus-l-humaniste.html

 

 

Un jeune homme nietzschéen, qui projette pour son oeuvre "force, amour et mort sous le signe de la conquête", traverse l' absurde et la révolte et aboutit à une philosophie de la mesure.

 

En 1930, Camus ressent la première atteinte de la tuberculose (il séjourne alors chez un oncle, boucher voltairien, qui le soigne, lui fait lire Gide et "imaginer un peu ce que pouvait être un père"). - maladie qui ne le quittera plus, lui interdira de se présenter à l'agrégation de philosophie en 1937 et l' obligera toute sa vie à de fréquentes convalescences qu' il mettra à profit pour écrire.

 

La pauvreté et le soleil


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/08/Albert_Camus%2C_gagnant_de_prix_Nobel%2C_portrait_en_buste%2C_pos%C3%A9_au_bureau%2C_faisant_face_%C3%A0_gauche%2C_cigarette_de_tabagisme.jpg/220px-Albert_Camus%2C_gagnant_de_prix_Nobel%2C_portrait_en_buste%2C_pos%C3%A9_au_bureau%2C_faisant_face_%C3%A0_gauche%2C_cigarette_de_tabagisme.jpgAlbert Camus naît le 7 novembre 1913 près de Mondovi, département de Constantine. Son père, Lucien Camus, ouvrier agricole, meurt en octobre 1914 des suites de blessures reçues à la bataille de la Marne. Albert s'installe alors avec sa mère chez sa grand-mère, à Alger, dans le quartier pauvre de Belcourt. Il entre comme boursier au lycée d' Alger en 1923. En cIasse de philosophie, son professeur, Jean Grenier, lui fait lire  "La Douleur" d'André de Richaud, livre "qui fut le premier à me parler de ce que je connaissais : une mère, la pauvreté, de beaux ciels" et détermine sa vocation littéraire. En 1931, Camus correspond avec Max Jacob ; en 1932, il publie ses premiers articles dans la revue "Sud" . Après avoir milité au mouvement antifasciste Amsterdam-Pleyel, Camus adhère au parti communiste à la fin de I'année 1935 mais prévient déjà (iI quittera le parti deux ans plus tard) : "Dans l'expérience (loyale) que je tenterai, je me refuserai toujours à mettre entre la vie et I'homme un volume du Capital." A cette époque, il exerce divers petits métiers tandis qu'i! poursuit ses études de philosophie, prépare une thèse sur Plotin et saint Augustin, fonde le théâtre du Travail (1936). "Alger Républicain", journal du Front populaire dont il a rejoint la rédaction, publie en juin 1939 une longue enquête de Camus, "Misère de la Kabylie", qui oblige bientôt son auteur à quitter l' Algérie.

 

Le condottiere de l'absurde


Après un long séjour à Paris (1940-1941) où il gagne sa vie comme journaliste, Camus regagne l' Algérie, Oran, où il enseigne à des enfants juifs chassés des écoles publiques avant d'entrer en résistance (intellectuelle) à Combat (1943). Paradoxal "témoin de la liberté", Camus publie à la même époque les oeuvres qu'il identifiera comme composant son "cycle de l'absurde". En 1941, il a terminé "Le Mythe de Sisyphe", la première version de "Caligula" (créé en 1946) et ébauché "Le Malentendu". En 1942, "L'Étranger"  paraît chez Gallimard...


"Quel est donc cet incalculable sentiment qui prive l'esprit du sommeil nécessaire à sa vie ? Un monde qu'on peut expliquer même avec de mauvaises raisons est un monde familier. Mais au contraire dans un univers soudain privé d'ilIusions et de lumières, l'homme se sent étranger. Cet exil est sans recours puisqu'il est privé des souvenirs d'une patrie perdue ou de l'espoir d'une terre promise. Ce divorce entre l'homme et sa vie, l'acteur et son décor, c'est proprement le sentiment de l'absurdité."

 

L'indifférence est donc la valeur suprême de l'absurde, qui fonde une morale de l'indolence, de la cruauté  équivalente. Caligula, figure emblématique de l'absurde, a appris que les hommes meurent et ne sont pas heureux : iI massacre et demande la lune.


L'âme révoltée


"Je crie que je ne crois à rien et que tout est absurde, mais je ne puis douter de mon cri et iI me faut au moins croire à ma protestation." C'est tout le propos du second cycle camusien, celui de la révolte, que son auteur résume encore : "Je me révolte donc nous sommes." Au concept saccageur de l'absurde, La Peste (1947), L'État de siège (1948), Les Justes (1949) et L'Homme révolté (1951) opposent désormais cette parade au nihilisme qu'est "Ia reconnaissance d'une communauté dont il faut partager les luttes". Puisque Dieu est mort, iI s'agit de devenir un saint sans lui. De tenter dans un défi permanent à sa condition humaine de définir un humanitarisme de la révolte... Mais le problème se pose alors - I'homme privé du divin, rejeté dans un temps purement historique - d'incarner I'idée dans I'histoire, de passer de la révolte à la révolution, c'est-à-dire au meurtre. La révolte doit dégénérer en justification du crime : "Tout révolutionnaire finit en oppresseur ou en hérétique" (c'est toute I'histoire du nihilisme moderne, de Saint-Just à Hitler)...
Bref et sauf à être "délibérément statique" , la révolte de Camus conduit au terrorisme d'État : nouvelle impasse.


Vers I'art de la mesure


De 1954 (L'Été) à sa mort, Camus découvre la Grèce, écrit "L' Exil et le Royaume", reçoit le prix Nobel de littérature (17 octobre 1957), songe avec l' accord d' André Malraux à prendre la tête du théâtre Récamier... S'il a d'abord tenté d'éviter le conflit fratricide en Algérie (avant de se résoudre au silence, persuadé de ne pouvoir qu'aggraver le  malentendu), s'il continue de s'insurger (contre le "socialisme des potences" en Hongrie) ou réfléchit sur la peine capitale, sa révolte est dépassée (ou seulement contenue ? ) par la conviction naissante que c'est à l'art qu'il revient de corriger le réel : "L'art nous ramène ainsi aux origines de la révolte dans la mesure où il tente de donner sa forme à une valeur qui fuit dans le devenir perpétuel, mais que l'artiste pressent et veut ravir à l'histoire" (La Chute, 1956).

 

Apaisé, le philosophe Albert Camus trouve la mort en voiture le 4 janvier 1960 ; l'artiste nous quitte sur une promesse...

 

Camus est peut-être le seul écrivain français du XX ème siècle à n' avoir pas connu de purgatoire. Ses contemporains  comme son immédiate postérité ont reconnu en lui cette "admirable conjonction d'une personne, d' une action et d' une oeuvre" que saluait Sartre. Camus a toujours su tenir la position qui

s' imposait face à l' histoire. La philosophie qu' iI met dans ses !ivres, rarement en forme, sait garder à cette oeuvre la flexibilité qui fait toute sa force.

 

Albert Camus et le Nihilisme :


Le nihilisme est un point de vue  philosophique d'après lequel, le monde (et particulièrement l'existence humaine) est dénué de toute signification, tout but, toute vérité compréhensible ou toutes valeurs.

Cette notion est applicable à différents contextes : histoire et politique, littérature, philosophie.


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives