Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 09:30

 

 

 

La jeunesse du Paris d'après-guerre désire inventer un nouveau théâtre. Georges VITALY et Jacques MAUCLAIR sont dans le quartier latin où est né le théâtre d'aujourd'hui. Jacques MAUCLAIR évoque la rue Champollion où le théâtre des Noctambules et le théâtre du Quartier Latin ont disparu. André REYBAZ y avait révélé GHELDERODE et Jean VAUTHIER ainsi que la pièce de Boris VIAN "L'Equarissage pour tous". Georges VITALY y avait assuré la mise en scène des "Epiphanies" d'Henri PICHETTE avec Gérard PHILIPE. Dans un café, Eugène IONESCO qui a eu une enfance parisienne parle de ses débuts au théâtre et de ses maîtres. Jacques MAUCLAIR a créé la troisième pièce de IONESCO "Victime du devoir" et Nicolas BATAILLE, la première "La Cantatrice chauve" pièce qui a connu plus de 7000 représentations à La Huchette.Jacques MAUCLAIR qui a monté "Ping pong" parle d'Arthur ADAMOV. 

 

Témoignage de Jean MARTIN sur IONESCO, BECKETT et ADAMOV : ils étaient les auteurs de ce qui a été appelé le "théâtre de l'absurde". Boulevard Raspail, Eleonore HIRT et Jean Marie SERREAU créérent le théâtre Babylone, disparu lui aussi. Témoignage de Roger BLIN sur "En attendant Godot" la pièce que BECKETT lui a confiée et qu'il a montée au Babylone, ne trouvant aucun autre lieu d'accueil. Témoignage de Jean MARTIN sur "Fin de partie" une autre pièce de BECKETT qu'il a fallu aller monter à Londres, malgré l'immense succès de "Godot".IONESCO se souvient de l'accueil de leurs premières pièces à Londres : ils ont influencé de nombreux auteurs anglais comme PINTER et en Angleterre le mouvement de ce théâtre s'est poursuivi.

 

 

 

 

 

1909  1994  -  Eugène Ionesco

 

 

Né à Stalina  en novembre 1912 d'un père Roumain et d'une mère Française, Eugène Ionesco vint à Paris avec sa famille  et passa son enfance dans la capitale à l'exception d'une année où il fut mis en pension dans un village de la Mayenne.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS-F7vi-zgNOyTsX8OWwDHplKxSt1jF5fIXnXlhCbqKPD6tpsCPhwSes parents ayant divorcés, il  revint à Bucarest où il fit ses études secondaires et supérieures. Tenté par une critique  littéraire agressive, il rejoignit  les rangs de l'avant-garde roumaine, se maria, et, en 1938, regagna Paris. Il devait alors connaître une existence difficile, adoucie par ses rencontres des milieux <<pataphysiciens>>*.

 

La pataphysique est une  science ou peudo-science qui explore ce qui est au-delà de la métaphysique.

 

En 1948,  il écrit une pièce  singulière : "La Cantatrice chauve", qui décide de sa vocation.  En dépit  des  réserves d'une critique décontenancée, Ionesco s'impose  peu à peu avec  "La Leçon" en 1951,  "Jacques ou la soumission" en 1955 et surtout "Les Chaises" en 1952. De 1953 à 1955, il fait jouer  "Victimes du devoir" et "Amédée ou Comment s'en débarasser", et à l'occasion d'une polémique, revendique  l'autonomie du théâtre de l'insolite face à la dramaturgie conventionnelle et à l'engagement brechtien (L'Impromptu de l'Alma en, 1956).

 

Si  "Tueurs sans gages" en 1957 et "Le Nouveau locataire" en 1957 sont encore des pièces courtes, "Rhinocéros" en 1958 ouvre la voie aux pièces majeures : "Le Roi se meurt" 1962 - "Le Piéton de l'air" en 1963 - "La Soif et la  faim", en 1965.

Les dernières pièces  de  Ionesco -  "Macbeth" 1972 - "Ce formidable bordel" 1974 - "L' Homme aux valises" 1976, témoignent  de la liberté du dramaturge, nullement bridée dans sa fantaisie créatrice  par son entrée à l'Académie Française en 1973.

 

Il meurt à Paris le 28 mars 1994.

 

L'homme prisonnier de la condition humaine

 

Le théâtrre de Ionesco est , à chacune de ses répliques, comique et tragique. Son insolite  procède  d'une accumulation de paradoxes et  de boutades qui, à la manière  socratique* nous contraint   à une perpétuelle et inhabituelle interrogation sur le sens de la vie.

*  Qui est affilié à la pensée, à la philosophie attribuée  à  Socrate

 

Ce théâtre fait grimacer notre impuissance  devant la mort.  La vieillesse dan "Les Chaises", avec ses séquences de radotage, tout comme  la déshumanisation de "Rhinocéros", annonçait  le naufrage  d'une vie.  Dans "Le Roi se meurt",  une cérémonie  conduit le roi Bérenger au trépas.

Ionesco tente  de défendre  l'homme  fut-ce contre lui-même.  Dans ces pièces, de graves questions sont abordées : l'individu opprimé par la masse, l'impossibilité  d'atteindre l'absolu, l'homme devant la mort. A travers les images oniriques  qui hantent son théâtre, Ionesco  se montre obsédé par les problèmes du bien et du mal, du péché et de la mort,  de l'inaptitude à vivre heureux ici-bas pour l'homme dévoré comme lui, par la <<nostalgie ardente>> et incompréhensible d'un ailleurs qu'il ne saurait définir.

 

 

 

 

1906   1989  -  Samuel Beckett

 

Né le 13 avril 1906 à Foxroch, près de Dublin, de parents protestants , Beckett devait  être attiré par la littérature française contemporaine au point de s'installer en France et de choisir la langue Française pour s'exprimer, après avoir écrit ses premiers ouvrages en Anglais.

 

Au terme de ses études à Dublin, Beckett, après un premier voyage en France à vingt ans, passe deux ans à Paris http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRPCxkUzHL4-P70q1Xw0NrbnrVpX8Z4NkgCVJuiO8jCFd6KACgl4Qcomme lecteur à l'Ecole Normal Supérieur. A la suite d'un retour à Dublin et d'un court séjour comme professeur à son collège,  il entreprend  de 1934 à 1936 ses premières oeuvres romanesques en Anglais <<Murphy>>, puis de 1936 à 1937  parcourt l'Allemagne.  Reinstallé à Paris, il vit de leçons et traductions et retrouve James Joyce dont il avait fait la connaissance neuf ans plus tôt. Au cours de la guerre il participe à la résistance et doit se retirer dans le Vaucluse. Ses ouvrages d'après-guerre sont des poésies, des nouvelles et des romans.

 

Quand il  aborde le théâtre en 1948, avec <<En attendant Godo>>, c'est pour inaugurer une nouvelle forme de dramaturgie. Fuyant  la société malgrès ses obligations de journaliste et de critique, Beckett continue à écrire régulièrement, en particulier pour le théâtre : <<Fin de partie>> 1957 - <<Acte sans parole>> 1957 - <<La dernière bande>> 1960 -  <<Oh les beaux  jours>> 1961. Les textes qu'il propose sont de plus en plus courts : sa technique se fait de plus en plus radicale et il utilise  toutes les possiblités de l'image, en particulier dans le scénario de  <<Film>>, oeuvre  limite. Il reçoit le prix Noble de littérature en 1969.

 

Un monde lunaire

 

Le monde de Beckett est bien différent de celui de Ionesco, qui met en scène des lieux de la vie ordinaire, salon, bureau, chambre à louer, jardin public. Beckett a réduit le décor de ses pièces à des étendues ou à des locaux indistincts et blafards <<Fin de partie>>, voire à un désert où le personnage central est enlisé jusqu'au tronc <<Oh les beaux jours>>. L'éclairage est angoissant; les personnages, prisonniers de jarres ou de poubelles, offrent un aspect misérable, poussiéreux. Leur visage ahuri et blanchi s'éclaire mal de leur regard vide. L'épure de la condition humaine exige des arbres dépouillés de leurs feuilles, des objets avilis, un jeu de scène mécanisé. Des personnages, on ne connaît guère que le nom monosyllabique. Leur fonction sociale est indistincte comme les motivations de leur action. Le dialogue lui-même est rongé de silences, désorganisé par des réflexions discontinues ou soudain congestionné par la logorrhée de quelque hurluberlu.

 

Un théâtre discuté et passionnant

 

Ce théâtre  de fin du monde, qui anéantit nos rêves en les objectivant et en les ravivant un instant malgré leur dérision, n'a pas manqué de susciter des commentaires opposés. Le théâtre de Beckett n'est pas seulement une occasion d'interroger la vie mais aussi une provocation à l'interrogation sur sa propre nature et le sens ultime de la parole.

 

Suzanne Beckett, son épouse, décède le  17 juillet 1989. Beckett, atteint d'emphysème et peut-être de la         maladie de Parkinson, part en maison de retraite où il meurt le  22 décembre  de la même année. Ils sont tous deux enterrés au  cimetière Montparnasse  à Paris.

 

Robert Pinget parle de Samuel Beckett, avec beaucoup de chaleur, de leur amitié. Beckett, très amical, chaleureux, au coeur magnifique et d'une érudition extraordinaire, Robert Pinget a beaucoup admiré sa conscience professionnelle à trouver chaque mot, très exigeant. Beckett avait horreur du mensonge dans la vie et d'un caractère intransigeant, il est mort tout doucement comme ses personnages.

 

 

 

 

1908  1970 - Arthur Adamov

 

 

Né à Kilovodsk, au Caucases le 23 août 1908 de parents propriétaires de puits de pétrole, Artur Adamov  passe son enfance et son adolescence en Suisse et en Allemagne dans des conditions précaires. Installé en France, il http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTLojhDVEzzM9BARpRU_MimgL-b_YycftHdfAwk9rv59XnlBvdHOQentre en contact avec le mouvement surréaliste et se tourne à la Libération, vers le théâtre dans l'intention d'exorciser son malaise intérieur. En 1950, il fait jouer <<La grande et la petite manoeuvre>>, bientôt suivie d'une série de courtes pièces  : <<L'Invasion>> 1950 - <<La Parodie>> 1952  - <<Le professeur Taranne>>.

 

En 1955 - 1956, à l'inverse de Ionesco,  il se détache des théories d'Artaud pour se faire le porte parole d'un message marxiste. Sensible au succès de Brecht joué par le Berliner Ensemble, il opte pour une dramaturgie de  l'engagement. Il fera un théâtre dénonçant le système capitaliste. <<Ping-Pong>> 1955 et surtout <<Paolo Paoli>> en 1957 doivent être considérées comme des pièces charnières. <<Printemps 71>> 1963, préparé par de sérieuses recherches à la B.N., fait revivre la  Commune de Paris en rivalisant avec la pièce de  Brecht sur le même sujet. <<Off limites>> - <<La Politique des restes>> - <<Monsieur le modéré>> écrits de 1963 à 1969 sont inspirés par l'actualité politique. Malheureusement, Adamov voit son  activité entravée par son état de santé. Il ne peut surmonter sa déchéance physique, et meurt, le 15 mars 1970 à Paris dans la souffrance, toujours à la recherche de lui même.

 

Les premières pièces de théâtre s'interogent, dans leur nudité,  sur l'absence de communication entre les êtres. Le professeur Taranne éprouve une grande peine à se faire  reconnaître de son entourage et à se justifier d'une accusation d'impudeur qui le met à l'écart de tous. Mais Adamov ne tarde pas à qualifier ces pièces  de structure onirique de << no mans's land pseudo-poétique>>. A partir de <<Ping-Pong>>, le contexte social, jusque-là absent, fait son apparition. Avec <<Paolo Paoli>>, c'est un mécanisme économique qui est mis en relief : une histoire de collectionneur de papillons  permet d'aborder le problème des profits capitalistes. Cependant la meilleure pièce  engagée d'Adamov demeure <<Printemps 71>>. On y voit entrecoupé par le défilé des guignols versaillais, une série de tableaux vivants consacrés  à la vie quotidiennes des  Communards, à leurs espoirs et à leurs  illusions, à leur naïveté  et à leur héroïsme.

 

Pour comprendre Adamov et rétablir l'unité de son inspiration, il faut mesurer l'intensité de son désarroi intérieur, qu'il évoque dans  ses ouvrages et confessions <<L'Aveu>>. La liquidation de ses complexes séxuels, ses interrogations métaphysiques, ses luttes politiques  se disputent la première place dans son théâtre. Aussi, l'a- t-on  décrit entre  Artaud et Brecht , donnant,  comme malgré lui, un théâtre  de la tendresse et de l'authenticité : théâtre d'une grande richesse mais dont la portée à été limitée par les incertitudes  de la technique dramaturgique.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives