Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:24


I) Le Procès

Joseph K., arrêté, ne peut accepter simplement son procès. S'il ne sait de quoi il est accusé, il est certain d'être innocent. Cerner la loi sous le coup de laquelle il est tombé est sa périlleuse aventure.

"Le Procès", malgré les apparences, est un roman inachevé, publié en 1926, à Berlin. A sa mort. en 1924, Kafka avait demandé à son légataire et intime ami. Max Brod. de brûler tous ses papiers. Brod n'a pas pensé devoir le faire et a recomposé "Le Procès" avec les chapitres retrouvés.

Les apparences d'une erreur judiciaire

Sans raison apparente, Joseph K. est arrêté chez sa logeuse. A la fois incompréhensible - les étranges fonctionnaires qui représentent la loi ne justifient d'aucune manière leur tâche - et inopérante - K. continuera un temps de mener sa vie habituelle -, cette arrestation est son premier contact avec la loi. Convoqué pour un interrogatoire, qui se déroule parmi une foule exubérante et qui est interrompu par les ébats d'un couple scandaleux, K. découvre, stupéfait et intérieurement blessé, que la justice réside dans des buanderies

d' immeubles sordides ou des mansardes surchauffées jusqu'au malaise. Sur les conseils de son oncle, K. prend un avocat mais, comble de maladresse, il noue avec la nurse de celui-ci une relation érotique. Connue par l'avocat, un acteur prééminent dans le procès de K., cette incartade, courante apprend-on chez les accusés,ne semble pas décisive. K. abandonne cet avocat dont la tactique consiste à attendre et tente de faire avancer son affaire auprès du peintre des juges, qui les côtoie pour les représenter. K. apprend de lui que, quoique innocent, il ne sera jamais totalement libéré de l'accusation qui pèse sur lui. Un an après son arrestation, K. s'abandonne à l'issue dramatique de ce procès dont il ne reste que la honte.

Quelle loi ?

La loi à laquelle est confronté Joseph K. est mystérieuse. Quoi que fasse ou dise K., son attitude paraît toujours suspecte et souvent maladroite. Même sa curiosité pour la loi à l'air d'une faute. Personne ne peut fournir de ren seignements décisifs sur elle ; pourtant, aux yeux de K., tous agissent en tenant compte d'une règle tacite qui lui échappe. Même ceux dont l'attitude n'est pas moralement irréprochable, comme ces femmes qui séduisent n'importe quand, n'importe où, n'agitant que des fantômes d'amour, semblent se savoir non  répréhensibles du point de vue de la loi. Plus K. cherche ce qui a pu motiver son accusation, moins il comprend ce qu'est cette loi invisible mais omniprésente. Ce mystère lié au fonctionnement collectif fait du monde de Kafka un univers fantastique et angoissant.


Extraits :

Le premier réflexe de K. est de nier cette loi qui le surprend
- Voilà la loi, où y aurait-il là une erreur ?
- Je ne connais pas cette loi, dit K.
- Vous vous en mordrez les doigts, dit le gardien.
- Elle n'existe certainement que dans votre tête, répondit K.
(...) Mais le gardien éluda toute explication en déclarant :
- Vous verrez bien quand vous la sentirez passer !
Franz s'en mêla :
- Tu vois ça, Willem, dit-il, il reconnaît qu'il ignore la loi, et
il affirme en même temps qu'il n'est pas coupable !
- Tu as parfaitement raison, dit l'autre, il n'y a rien à lui faire comprendre.

                           ***

Devant I'absurde, K. ne sait quelle contenance prendre
- M. Hasterer, le procureur, est un bon ami à moi, dit-il, puis-je lui téléphoner ?
- Certainement, dit le brigadier, mais je ne vois pas bien à quoi cela peut rimer, à moins que vous n'ayez à lui parler de quelque affaire privée.
- A quoi cela rimerait ? s'écria K. plus désorienté qu'irrité.
(...) A quoi rimerait-il de téléphoner à un procureur quand on prétend que je suis arrêté ? C'est bon,je ne téléphonerai pas.
- Mais si, lui dit le brigadier en montrant de la main le vestibule où se trouvait le téléphone, téléphonez,je vous prie.
- Non,je ne veux plus, déclara K.

                          ***

L'action de la loi s'avère infinie
- Et alors je suis libre ? dit K. avec hésitation.
- Oui, dit le peintre, mais seulement en apparence ou, pour mieux dire, provisoirement. En effet, les juges subalternes, comme ceux que j'ai pour amis, n'ont pas le droit de prononcer d'acquittement définitif ; ce droit n'appartient qu'au tribunal suprême que nous ne pouvons toucher, ni vous, ni moi, ni personne. (.. ) C'est-à-dire que ce mode d'acquittement vous soustrait provisoirement de l'accusation. mais sans l'empêcher de rester suspendue sur vous avec toutes les conséquences que cela peut entraîner s' il intervient un ordre supérieur.

K.cesse de croire à sa propre action
- Je n'irai pas plus loin, dit K. pour essayer.
Cette fois-ci, les messieurs n'avaient pas besoin de répondre.. il leur suffisait de ne pas desserrer leur prise et d'essayer de déplacer K. en le soulevant ..mais K. résista.
"Je n'aurai plus besoin de beaucoup de forces, je vais toutes les employer là" , pensa t-il. II songeait à ces mouches qui s'arrachent les pattes en cherchant à échapper à la glue. "Ces messieurs vont avoir du travail", se dit-il.


Comment ne pas trouver derrière l'initiale K le patronyme de l'écrivain ? Comment ne pas songer que <<Kafka>>
et <<Samsa>> (dans La Métamorphose) portent, à la même place, les mêmes voyelles ? Ces coïncidences (sans doute volontaires)  seraient sans portée si elle ne correspondaient à une tendance fondamentale de l'art de Kafka : celle qui consiste  à raconter l'histoire du strict point de vue du personnage central même quand le récit est à la troisième personne. Conséquence de cette situation : en même temps qu'il prend connaissance des événements, le lecteur est informé du sentiment le plus intime de celui qui les vit, il voit la situation concrète telle qu'elle est, il sait aussi comment l'interprète le protagoniste ; d'où la possibilité d'une lecture active qui observe le choc de la conscience et du réel ; d'où, aussi, une nouvelle conception du décor et du portrait : des tableaux détaillés à la manière de Balzac n'ont pas leur place ici : nous ne voyons que par l'intermédiaire du personnage et il n'a aucune raison de décrire minutieusement le cadre de son existence quotidienne, de même qu'il ne saurait faire spontanément son portrait (nous ne savons presque rien de l'apparence physique des protagonistes).
 

 

 

 

 

 

 

 


II)  La Métamorphose


http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:MiJBeuSKZ1zxjM:http://aviquesnel.free.fr/Direlire/Images/kafka.jpg
"La Métamorphose" raconte I'histoire d'une marginalisation progressive aboutissant à l'excIusion et à la mort.
 
Cette nouvelle parue en 1915 fait partie des rares textes dont Kafka approuva la publication et qui l' ont fait connaître en France dès 1928.

Une vie sacrifiée

Le personnage principal de "La Métamorphose", Gregor Samsa, représentant de commerce faisant vivre son père, sa mère et sa soeur, employé, fils et frère modèle, se transforme un beau matin en gros insecte. Enfermé dans sa chambre par sa famille pour qui il est un objet de dégoût et de honte, il se fait nourrir par sa soeur. Gregor se trouve peu à peu abandonné : sa chambre vidée de ses meubles devient un débarras, on le nourrit irrégulièrement. Parallèlement à cette déchéance, le père recouvre la force physique et morale qu'il avait perdue et la soeur, auparavant timide et douce, s'affirme avec force. Après avoir provoqué le départ des locataires que sa famille hébergeait pour gagner un peu d'argent, Gregor, blessé par son père - celui-ci lui tire une pomme qui, restant encastrée dans sa carapace, pourrit lentement - sent qu' il nuit aux siens et se laisse mourir. La nouvelle se termine sur la journée de congé et de promenade au soleil que s'accorde la famille, délivrée par cette mort.

Lectures de   La Métamorphose

Cette nouvelle, divisée en trois chapitres, se présente comme une tragédie au quotidien, mettant en scène des personnages de classe, d'intelligence et de niveau culturel moyens, uniquement préoccupés par leur condition matérielle. Le récit s'organise suivant les perceptions de Gregor, pur réceptacle recueillant les informations grâce aux conversations surprises à travers la porte de sa chambre, dans une absence totale de réflexion et de volonté de changer son destin. Le discours essentiellement narratif, entrecoupé de quelques monologues et dialogues, est fait de simples notations, d'où est absente toute charge émotionnelle, ce qui permet d'introduire logiquement,
dans le quotidien, le monstrueux et le fantastique. Une seule métaphore rompt ce rapport rationnel au monde : celle de la transformation monstrueuse, qui peut se lire de diverses manières : exclusion de l'individu faible ne réussissant pas à s'adapter au monde matérialiste et inhumain; ou bien la fuite dans la folie et le suicide d'un être étouffé par son <<surmoi >>.

Extraits :

Trois personnages de bonne apparaissent dans le récit, et l' intéret que chacune montre à Gregor va croissant et s' oppose au désintérêt que lui manifeste sa propre famille : la première fuit .. la deuxième supporte l' idée du
monstre, mais s' enferme dans sa cuisine .. la troisième lui montre une certaine sympathie et s' occupe de faire disparaître ses restes à la fin de l' histoire.

Irruption du cauchemar dans la vie diurne

En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte. Il était sur le dos, un dos aussi dur qu' une carapace, et, en relevant un peu la tête, il vit, bombé, brun, cloisonné par des arceaux plus rigides, son abdomen sur le haut duquel la couverture, prête à glisser tout à fait, ne tenait plus qu' à peine. Ses nombreuses pattes, lamentablement grêles par comparaison
avec la corpulence qu'il avait par ailleurs, grouillaient désespérément sous ses yeux.
<< Qu'est-ce qui m' est arrivé ? >>, pensa-t-il. Ce n'était pas un rêve. Sa chambre, une vraie chambre humaine ,juste un peu trop petite, était là tranquille entre les quatre murs qu'il connaissait bien.

                        ***


Transformation du père et deuxième blessure qu'il inflige à son fils

Mais tout de même, tout de même, était-ce encore là son père ? Était-ce le même homme qui, naguère encore, était fatigué et enfoui dans son lit, quand Gregor partait pour une tournée (...) .. à présent il se tenait tout ce qu' il y a de plus droit ; revêtu d' un uniforme strict, bleu à boutons dorés, comme en portent les employés des banques, il déployait son puissant double menton sur le col haut et raide de sa vareuse (...). Puisant dans la coupe de fruits sur la desserte, il s'était rempli les poches de pommes et maintenant, sans viser précisément pour l' instant, les lançait l' une après l' autre. Les petites pommes rouges roulaient par terre en tous sens, comme électrisées, et s' entrechoquaient. L' une d' elles, lancée mollement, effleura le dos de Gregor et glissa sans provoquer de dommage. Mais elle fut aussitôt suivie d' une autre qui, au contraire, s' enfonça littéralement dans le dos de Gregor...

                      ***

Renaissance de la famille après la mort de Gregor

Puis tous trois quittèrent de concert l' appartement, ce qui ne leur était plus arrivé depuis déjà des mois, et prirent le tramway pour aller prendre l' air à l' extérieur de la ville. Le wagon, où ils étaient seuls, était tout inondé par le chaud soleil. Confortablement carrés sur leurs banquettes, ils évoquèrent les perspectives d'avenir et, à y regarder de plus près, il apparut qu' elles n' étaient pas tellement mauvaises, car les places qu' ils occupaient

respectivement, et sur lesquelles ils ne s' étaient jamais en fait mutuellement demandé beaucoup de détails, étaient d' excellentes places et, en particulier fort prometteuses. (...) Et ce fut pour eux comme la confirmation de ces rêves nouveaux et de ces bonnes intentions, lorsqu' en arrivant à destination ils virent leur fille se lever la première et étirer son jeune corps.

 

Notes :

 

<<La sagesse, nous dit Kafka, ne peut s'exprimer que de façon métaphorique. (...) n est donc possible d'embrasser si étroitement l'image en esprit que la conscience en vient à confondre sa propre réalité avec celle de l'image et le fruit de cette fusion est la libération du moi qui s'élève au-dessus de sa propre réalité empirique, laquelle n'est plus pour lui qu'une métaphore. >>
-Maurice Marache, <<La Métaphore dans l'oeuvre de Kafka >>,

<<La métamorphose représente le refus de Gregor de continuer à s'échiner pour la famille. Il abandonne avec sa métamorphose le moi-façade du voyageur de commerce surmené et fait remonter à la surface une tendance plus profonde et cachée. Il se retire, inconsciemment d' ailleurs, sur un lit de paresse, et laisse les autres I'entretenir. La métamorphose fonctionne pratiquement comme une fuite devant la responsabilité, le travail et le devoir>>
-Walter H. Sokel, cité dans Les Critiques de notre temps et Kafka, Garnier Frères, 1973

<<L'anomalie dans I'univers de Kafka n'est pas une anomalie de structure, c'est une anomalie de situation, l'eau,
I'air, le feu, la pesanteur gardant toutes les propriétés que nous connaissons. S'il se produit soudain des exceptions, elles ont lieu dans un univers où tout le reste est demeuré identique à soi même>> 
-Jean Starobinski


Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives