Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 13:01



Le second grand roman célinien, "Mort à crédit", relate l'enfance et l'adolescence du jeune Ferdinand jusqu'en 1912.Le protagoniste n'est plus Bardamu ; il se confond pratiquement avec Céline. L'exagération reste la règle de l'auteur : les relations parents-enfant, par exemple, n'ont jamais atteint dans la famille Destouches une dégradation comparable à celle du roman ; et si le jeune Destouches a réellement ressenti son existence dans le passage Choiseul comme le narrateur la sienne dans l'impasse des Bérésinas, il ne faut pas chercher plus loin l'origine de la vision misérabiliste du monde chez Céline. Un certain nombre de traits s'accusent déjà par rapport au "Voyage" : les << délires>>, débouchent délibérément sur un grotesque grinçan ; le style devient de plus en plus haché; surtout, la vision se rétrécit, et la portée du roman n'est plus universelle - il lui manque la dimension métaphysique du Voyage.
                                                

Ferdinand vit une enfance hantée par la médiocrité de ses parents, qui lui fait haïr le monde. Sans affection, il ne trouvera jamais d'équilibre.


Chaque jour nous rapproche davantage de la mort. Chaque détail de la vie nous la fait vivre plus http://louisferdinandceline.free.fr/romans/mort/moreo.jpgintensément. Céline aurait pu écrire trois romans : son enfance dans le passage Choiseul, la vie solitaire dans l'exil anglais et l'histoire de cet inventeur mythomane qu' est Courtial des Pereires. II a préféré  livrer une fresque noire au rythme régulier, au verbe incisif, à la phrase percutante. Cela commence par un souvenir aigre qui se développe dans le délire par delà le roman populiste.

L'enfance dans I'univers médiocre des parents

Ferdinand habite dans le passage des Bérézinas à Paris. Son père, employé d'assurances, est terrorisé par son chef  de service. Sa mère tient une boutique de vieilleries qu'elle vend avec difficulté. Ses parents sont le sujet des railleries et des mesquineries des gens du passage. Après le certificat d'études, Ferdinand doit trouver un emploi. Il a une place dans un grand magasin, mais son supérieur hiérarchique le met dehors rapidement. Il entre chez un bijoutier, Mr Gorloge. Il rapporte fièrement une affaire (un bijou). Mr Gorloge est rappellé par l'armée, Ferdinand reste donc avec sa femme qui, se jóuant de lui, après l'avoir presque violé le fait accuser de vol.

Mutisme dans le pensionnat anglais

Suite à ce scandale et grâce à I'oncle Édouard, il est envoyé en Angleterre dans un pensionnat minable, le Meanwell College. Il s'enferme dans le silence, aime en secret Nora, la femme du directeur qui I'emmène en promenade avec un autre élève, handicapé mental qu'il faut tenir en laisse comme un chien. Le collège fait faillite et les élèves s'en retirent. Nora rejoint Ferdinand dans son lit à la suite de quoi, elle se suicide de désespoir. Il n'y a plus qu'à fuir, à rentrer en France. Le père hurle sur le fils. Cette fois, Ferdinand l'assomme. L'oncle Édouard emmène l'adolescent chez lui et lui trouve une pension et un emploi chez M. Courtial des Pereires, inventeur et joumaliste.

L'attachement pour un original

Ferdinand devient son
"homme du matériel" pour la parution du Génitron, le journal des inventeurs. Il gère l'argent que ce patron dilapide au café ou au bordel. Acculés par les dettes, ils fuient à Blème-le-Petit où ils s'installent dans une ferme abandonnée pour cultiver des pommes de terre par l'électricité. Courtial imagine d'accueillir des pensionnaires pour en faire une "race nouvelle" de cultivateurs. Ils hébergent douze voyous qui ne tardent pas à voler dans les fermes voisines, et à attirer les gendarmes. Les paysans sont furieux et menacent. La ferme vit la famine. Courtial se suicide. Ferdinand rentre à Paris. Il veut s'engager dans I'armée. Oncle Édouard le couche.

Céline présentait lui-même "Mort à crédit" comme << le drame de la mauvaise conscience>> : l'enfant, accusé de tous les maux par les adultes auxquels il avait à faire, fìnissait par éprouver un sentiment de culpabilité que Bardamu avait déjà manifesté.

Extrait :

Ferdinand, souffre-douleur d'un univers médiocre

Ma mère, à force de trembler, elle avait perdu toute pudeur... Elle allait partout dans le Passage et aux environs rabâcher mes avatars... Elle sollicitait les conseils des autres parents... de ceux qu'avaient aussi des chtourbes avec leurs moutards... qu'avaient ramassé des bûches en âpprentissage... Comment qu'ils s'étaient dépêtrés ?..
"
Je suis toute prête, qu'elle ajoutait, à faire encore des sacrifices !... Nous irons, tant pis ! jusqu'au bout !..."
Tout ça c'était bien éloquent,mais ça me sortait pas de la pétasse. J'avais toujours pas de boulot.

                                 ***

La vie dans le Passage

Les voisins, ils se passionnaient à propos de mon drame...Les clients de la boutique aussi. Dès qu'ils me connaissaient un peu, ma mère les prenait à témoin... Ça arrangeait pas les affaires... Même Monsieur Lempreinte à la "Coccinelle" il a fini par s'en mêler... C'est vrai que mon père ne dormait plus, qu'il prenait une mine d'agonique. Il arrivait si épuisé, qu'il chancelait dans tous les couloirs en transbordant son courrier d'un étage à l'autre... Il était aphone en plus, il avait la voix de rogomme à force de hurler ses conneries...

                                 ***

Ferdinand au Meanwell College

Moi j'avais fait la connaissance d'un petit môme bizarre, qui me poignait presque tous les soirs. Il me proposait bien d'autres trucs, l'avait des idées... Il était friand, il suçait encore deux petits mecs... il faisait marrer toute la chambre avec ses dôleries... Il faisait le chien... Wouf ! Wouf ! qu'il aboyait, il cavalait comme un clebs, on le sifflait, il arrivait, il aimait ça qu'on le commande... Les soirs de vraiment grande tempête, que ça s'engouffrait au plus fort, dans l'impasse, sous nos fenêtres, y avait des paris à propos du réverbère, si le vent l'éteindrait ?

                                ***

Les pensionnaires de la ferme à Blème-Ie-Petit

Nos pionniers eux ils prospéraient. ils profitaient de l'indépendance !... On leur imposait pas de contrainte, ils faisaient en somme tout ce qu'ils voulaient  !.. même leur discipline... eux-mêmes !... lls se foutaient des raclées terribles... Le plus petit, c'était le plus méchant, toujours le Dudule avec ses sept ans et demi !... L'aînée du troupeau ça nous faisait presque une jeune fille : la Mésange Rimbot. la blonde aux yeux verts, avec des miches bien ondoyeuses et des nénés tout piqueurs... Madame des Pereires, qu'était pas extrêmement naïve elle, s'en méfiait bien de la donzelle ! surtout au moment de ses règles.

Notes :

 

 

"Céline est difficile à lire : il invente un style qu'il est seul à pouvoir maÎtriser. Rentrer dans son langage, c'est déjà voir le monde avec une autre couleur, des tons gris, noirs, affreux qui sont le réceptacIe de la lumière alors vraie, belle, crue."
- V. Malleret, Sur Céline

"Mort à crédit est une leçon amère que Céline tire de sa propre vie (...). Mais I'affabulation transforme les personnages, les situations, les scènes, le langage. (...) Ce n'est plus la jeunesse que Céline poursuit, c'est un appendice grotesque qu'il place sur son parcours."
 - Maurice Bardèche, Louis-Ferdinand Céline, Table ronde, 1988

"En fait son ambition, c'était autre chose qu'écrire : s'insurger, défendre une cause au moyen d'un langage dur et violent, dont il n'avait pas encore trouvé le secret, bref, dépasser la littérature."
- Dominique de Roux, La Mort de Céline, Pierre Bourgeois, 1966

"Son pessimisme chargé de vitalité, son cynisme appuyé (mais les événements appuient plus fort encore), ses grandes gueulantes, ses bonnes ou mauvaises raisons, son double aspect de petit bourgeois râleur et d'aventurier correspondent à un aspect évident du monde moderne. Son génie littéraire en aurait fait un poète dans une autre époque. (...) Encore une fois, il est très naturel de ne pas aimer Céline. Lui non plus n'aime pas tout le monde. Le Diable et Le Bon Dieu se disputent très fort à son sujet."
 - Roger Nimier, Journées de lecture, Gallimard, 1965

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Catherine 05/09/2012 12:03

Merci pour votre message ; après vérification, c'est la femme du bijoutier Mme Gorloge qui le viole et vole le bijou.
Concernant Nora, la femme du directeur, c'est elle qui rejoint Ferdinand dans sa chambre pour une dernière nuit puis elle se suicide.

Zoltan 29/06/2012 02:08

La femme du directeur du collège anglais s'appelle Nora et non Rita.
C'est elle qui viole le jeune Ferdinand, avant d'aller se suicider, et non l'inverse.

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives