Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 14:00

1895  1952

 

 

http://www.bacdefrancais.net/eluardpaul.jpg

 

 

De l'amour à l'engagement politique en passant par le surréalisme, Eluard est le poète d'un espoir qui oscille entre le bonheur et le malheur.

 

A partir d'un monde statique, Eluard parvient, avec des verbes d'action (ouvrir, surgir, bouger, descendre...) et des images dynamiques, à donner un mouvement perpétuel à la poésie. Pour  la femme par exemple, il tente de pérenniser ses sentiments afin de rappeler ce qu'il y a d'éternel dans l'amour. En ce sens, "Poésie ininterrompue" (1946) plus qu'un titre de recueil, aurait pu être celui de toute son oeuvre.

 

 

Du "don d'aimer" à la poésie

 

Eugène Grindel (futur Paul Eluard) est né le 14 décembre 1895 à Saint Denis. En 1912, il interrompt ses études pour des problèmes de santé, et doit suivre une cure au sanatorium de Clavadel en Suisse. Condamné à l'immobilité, le jeune Eluard développe son goût pour la rêverie, la méditation et la littérature. C'est pendant ces mois de convalescence qu'il rencontre Gala dont il sera l'amant, puis l'époux, pendant dix-sept ans. Avec elle, il découvre une sensibilité particulière à l'égard de la femme et un besoin viscéral d'amour, omniprésent dans sa poésie. Un amour tendre, doux, où la femme peut être associée à l'eau (Facile,1935) comme si le poète voulait retrouver le bien-être du foetus dans le ventre maternel.

Que ce soit avec Gala (à gauche) ou Nusch (Maria Benz, la femme de sa http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSvJhhdZiDnbNQXGstSO89XfoKxR-2cRRO6NApiCmFz4blhvXngAvie à droite), "le http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTeWIcndvbNr53KFIR2k0FTxnFzPyoFe1G7HsetDpyaWj-9bjUoegbonheur de l'amour conquis grâce au pouvoir de la femme entraîne l'esprit d'Éluard très au-dessus des circonstances et lui permet de dégager et d'illustrer l'idée de la pérennité du monde pour lequel la femme a vocation." (Louis Perche). Sans ce "don d'aimer" et la féminité (qu'il faut considérer comme une vertu), Éluard n'aurait peut-être jamais écrit, en novembre 1946, après la mort de Nusch : "Je n'ai rien séparé mais j'ai doublé mon coeur / D'aimer j'ai tout créé : réel, imaginaire." (En vertu de l'amour). En 1949, Éluard rencontre Dominique Lamort, sa dernière femme, qui l'accompagnera jusqu'à sa mort.


L'expérience surréaliste


En octobre 1924 s'ouvre "le bureau des recherches surréalistes" auquel Eluard est un des premiers à adhérer.
Comme on peut le lire dans le Manifeste, l'écriture surréaliste "est une dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale". Mais se voulant l'héritier de la tradition poétique française, l'auteur du "Dur Désir de durer", bien que principal membre du groupe littéraire, reste un peu à l'écart des autres adhérents car, pour lui, seuls les écrits comptent. Néanmoins, si Éluard croit au surréalisme, c'est parce qu'à cette époque (il a vingt-neuf ans) il est à la recherche d'un langage, d'une science du mot, et cette révolution poétique lui fournit des techniques de rénovation verbale qui permettent à son style de s'épanouir et de trouver sa voie. Même s'iI accepte de s'engager, Éluard refuse fermement les doctrines, sans doute trop sclérosantes, et c'est pour cette raison qu'iI quitte le groupe en 1934. Éluard s'engage alors pour un idéal de vie, toutefois lié au surréalisme car, comme ses condisciples, iI est convaincu "qu'il faut aboutir à une nouvelle déclaration des droits de l'homme".


L'engagement pour la liberté


Depuis 1933, Hitler est chancelier du Reich ; en 1936, la guerre d'Espagne débute et, en 1937, le village de Guernica est massacré par l'aviation allemande. A dater de ces événements tragiques, Éluard ne se contente plus de célébrer l'amour avec une langue nouvelle et moderne. Sa poésie devient un chant de liberté et de combat. Dans "Livre ouvert" (1942), iI dresse le bilan de ce qui a été détruit, perdu ; puis "Poésie et vérité" (1942/1943), qui contient le fameux poème "Liberté", devient le bréviaire de la Résistance. Comme l'écrit Luc Decaunes, "sa foi dans l'homme n'a jamais été aussi forte". II se réinscrit au parti communiste, et ses écrits deviennent presque une chronique de la guerre. A partir de 1945, son engagement politique prend une place de plus en plus importante, tant dans sa vie que dans ses écrits. Comme celle d'Aragon, sa poésie devient un symbole de liberté. Jusqu'à sa mort en 1952, il conserve sa volonté d'engagement et le respect de l'homme qui lui fait écrire, dès 1936 : "Le temps est venu où tous les poètes ont le droit et le devoir de soutenir qu'ils sont profondément enfoncés dans la vie des autres hommes, dans la vie commune."


Une poésie vivante


"La poésie est dans la vie", écrit Éluard dans "Les Sentiers et les routes de la poésie". On comprend pourquoi le poète s'attache à reproduire les mouvements de la vie en allant directement à l'essentiel. Rien n'est plus détestable pour lui que le langage poétisé, et les mots trop beaux ou trop rares sont bannis de son vocabulaire. L'absence de ponctuation et I'organisation de ses poèmes répondent à la personnalité de sa pensée. On peut lire dans "Le Temps déborde" (1946) : "Il m'est donné de voir ma vie finir / Avec la tienne..." Par le détachement du second vers (qui aurait pu être incIus dans le premier), Éluard marque I'importance de l'autre. Ainsi, le pronom possessif  "tienne" résonne plus et montre la contingence de la vie d'Éluard par rapport à celIe de Nusch, morte depuis peu. Tous ses textes, aussi bien les poèmes d'amour que les poèmes politiques, ressemblent plus à des reproductions qu'à des compositions ; il réinvente le monde réel avec sa sensibilité, son regard. Pour lui, la vie n'est pas poétique, mais la poésie devient vivante.

 

  Eluard et les peintres

 

On ne saurait trop insister sur l'importance des amitiés nouées entre Éluard et la plupart des peintres contemporains. La publication de son importante "Anthologie des écrits sur I'art" (1952-1954) en témoigne. Il peut être intéressant de noter, parmi les innombrables artistes qui ont iIIustré des oeuvres d'Êluard ou collaboré avec le poéte, les noms d'Arp, Bellmer, Braque, Chagall, Chirico, Clergue, Dali, Delvaux, Ernst, Fautrier, J. Hugo, V. Hugo, Labisse, Léger, Lhote, Magritte, Man Ray, Marcoussis, Masson, Miró, Picasso, Tanguy, Villon. etc.

 

Véritable florilège, comme on voit, de la peinture française au XX ème siècle. Il serait également intéressant de noter qu'en plus de nombreux articles critiques ou préfaces à des catalogues d' exposition, Éluard a dédié de nombreux poèmes à des amis peintres (Ernst, Picasso, Chagall, Chirico. Masson, Klee, Braque, Miró, Arp, Delvaux, etc.). Il serait d' ailleurs plus exact de dire qu' il a tenté, par le moyen de la poésie, de recréer le monde de certains peintres, dans des << répétitions >> où chacun, le peintre et le poète, parle son langage propre, le même. On pourra voir à ce sujet le poème << Marc Chagall >>  (1947) et <<Picasso, bon maitre de la liberté>> (1948), ainsi que le volume des peintures d'Ernst iIIustrées par Éluard (Max  Ernst, peintures pour Paul  Eluard. Paris, Denoël. 1969).

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives