Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 16:59

 

Une femme mariée refuse l'évidence d'une passion naissante pour un jeune homme, passion à laquelle elle finira par se donner entièrement.

 

A la différence du "Diable au corps", Radiguet a écrit ici un roman d'analyse dont le but, de l'aveu même de l'auteur , était d'imiter "La Princesse de Clèves".

 

Un amour impossible

 

http://images-eu.amazon.com/images/P/2277301566.08.MZZZZZZZ.gifLe comte d'Orgel ayant présenté à sa femme Mahaut le jeune François de Seyreuse, celle-ci ne prend pas garde à l'ydille qui, inconsciemment se noue entre eux jour après jour. S'étant aperçue de la transformation intervenue dans sa relation avec le jeune homme, Mahaut  D'Orgel s'en effraie et assiste, impuissante, à l'avènement d'un sentiment qui s'avère un jour être une véritable passion dont elle ne peut se défaire. La vérité est cruelle : elle, la femme mariée, épouse d'un comte, aime un autre homme, plus jeune. Celui-ci doit assister à un bal costumé que donnent le comte et la comtesse. Terrifiée par cette éventualité, Mahaut va même jusqu'à se compromettre en écrivant à la mère de François, et tente d'expliquer à son mari son impossible passion.Devant l'incompréhension de celui-ci, elle lui dévoile la vérité la veille du bal. Mais face à l'incrédulité du comte comme aux obligations de la vie mondaine, elle ne peut empêcher la présence de François et se résoud même à lui choisir son costume à la demande du comte, son mari.

 

Un écrivain précoce

 

Publié en 1925 dans un recueil intitulé "Les Joues en feu" et présentant deux romans et des poèmes, "Le Bal du comte d'Orgel" est un roman d'analyse à la différence du "Diable au corps" qui était, lui, un roman de confessions autobiographiques. Beaucoup plus psychologique, "Le Bal du comte d'Orgel" se veut la traduction moderne de "La Princesse de Clèves", la seule différence étant que le comte d'Orgel ne mourrait pas et que sa femme Mahaut d'Orgel ne se retirera pas du monde.

Le développement de cette intrigue est marqué et souligné par le style parfaitement maîtrisé de Radiguet qui donne au roman une acuité peu égalée, tant l'intensité de la passion est retransmise au lecteur dans des conditions rarement atteintes dans la longue histoire du roman d'analyse. La cruauté psychologique de cette passion est si bien exprimée par Radiguet qu'elle laisse à penser que l'auteur, mort à vingt ans de la typhoïde, n'a pu nous laisser qu'entrevoir le meilleur de lui-même, interrompant prématurément une carrière littéraire qui aurait certainement été des plus marquantes.

 

Extraits :

 

François de Seyreuse vient de rencontrer le comte et la comte d'Orgel

 

De temps en temps, quand il sentait qu'elle ne pouvait le surprendre, François jetait un coup d'oeil sur Mme d'Orgel. Il la trouvait belle, méprisante et distraite. Distraite, en effet ; presque rien n'arrivait à la distraire de son amour pour le comte. Son parler avait quelque chose de rude. Cette voix, d'une grâce sévère, apparaissait rauque, masculine aux naïfs.  Plus que les traits, la voix décèle la race (...)

François appréciait mal ce qu'avait de romanesque sa rencontre avec les Orgel.

 

                        ****

 

Malgré leur entente, un certain trouble plane sur le couple

 

Toute la soirée, Anne d'Orgel fut dans le vague. Mahaut était distraite. Pour être heureuse de ce tête-à-tête, il fallait qu'elle pensât à l'être. Ils se parlèrent peu. Cependant Mme d'Orgel ne s'effrayat pas de l'état particulier où elle se trouvait, car elle estimait naturel d'être à l'unisson avec Anne. Or la distraction d'Anne venait de ce que seul avec sa femme, il glissait vers la mélancolie. Ce n'était pas la faute de son coeur, mais Anne d'Orgel n'était  à l'aise que dans une atmosphère factice, dans  des pièces violemment éclairées, pleines de monde.

 

                        ****

Mahaut d'Orgel se rend compte de son amour pour François de Seyreuse

 

Ayant jusqu'ici mené de front le devoir et l'amour, elle avait pu imaginer, dans sa pureté, que les sentiments interdits sont sans douceur. Elle avait donc mal interprété le sien envers François, car il lui était doux. Aujourd'hui ce sentiment, couvé, nourri, grandi dans l'ombre, venait de se faire reconnaître. Mahaut dut s'avouer qu'elle aimait François.

Dès qu'elle se fut prononcé le mot terrible, tout lui sembla clair. L'équivoque des derniers mois se dissipa. Mais après trop de clair-obscur, ce grand jour l'aveuglait. Bien entendu, elle ne pensait pas à regagner ses brumes ; elle eût voulut agir sur l'heure, mais ne savait comment et à qui demander conseil. Tour à tour, cette abandonnée regardait Anne et François.

 

Notes :

 

L'arrivée de Radiguet dans le monde littéraire a été comme une explosion : << avec le Bal du comte d'Orgel, publié à titre posthume l'année suivante, la preuve était faite : grâce à un garçon mort à vingt ans, on se croyait en mesure de saluer l'avènement d'un nouveau classicisme. En prenant si ostensiblement Mme de La Fayette pour modèle, Radiguet tournait le dos non seulement au romantisme et à toutes ses séquelles, mais aux tendances les plus modernes de la littérature des vingt premières années du siècle >>.

David Noakes : Raymond Radiguet - Pierre Szeghers - 1952 

 

Certains ont critiqué la reprise de "La Princesse de Clèves" : << On a beaucoup discuté sur la nature et la valeur de cette imitation. On a d'abord voulu y voir le  signe d'un affaiblissement, sinon d'un tarissement total de la force créative du romancier. Comme si l'imitation était preuve de faiblesse. Valéry, qui avait aimé le premier roman de Radiguet, aurait pu répondre à ses détracteurs par sa phrase de "Tel quel *" : "Rien de plus original, rien de plus soi que de se nourrir des autres ; le lion est fait de mouton assimilé>>.

Clément Borgal - Radiguet, Classique du XX ème siècle - Edition Universitaires - 1969

 

    Recueil de réflexions sur des sujets très divers. Extraites des carnets tenus par Paul Valéry de 1890 à 1925, elles étonnent par leur forme particulièrement achevée.


Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives