Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 14:36


Situation du roman au XII ème siècle

On sait que le XII ème  siècle marque le premier grand essor de la littérature française. Dès le début du siècle, l'identité linguistique de la France commence à s'illustrer plus indépendamment de la culture latine, et surtout ecclésiastique, des siècles précédents. Hétérogène,  voire régionale, par ses dialectes, dont le picard, le normand, le francien,  le champenois. etc., dans le Nord et l'occitan dans le Sud, la littérature vernaculaire se répartit d'emblée en plusieurs catégories homogènes tant par leur matière que par leur forme. Le récit hagiographique, la chanson de geste, et la poésie lyrique des troubadours témoignent tous et bien avant 1150  d'une volonté pleinement consciente d'adapter l'expression littéraire à des fins non moins esthétiques que religieuses, politiques, ou sentimentales. Mais si l'on veut bien comprendre la naissance d'une harmonie déjà classique entre langue littéraire, technique poétique, et conscience sociale, il faut tenir compte du surgissement, vers 1130, d'un genre qui jouira d'une vogue extraordinaire pendant presque deux siècles, celui du roman.

Primitivement,  le mot roman désigne la traduction du latin en langue vulgaire,  mais ce sens général fait place à la notion d'une oeuvre narrative en octosyllabes à rimes plates,  telle fragment du Roman d' Alexandre (1130) d'Albert de Pisançon. Viennent ensuite une série de trois oeuvres d'inspiration gréco-latine (1150-1165) : le Roman de Thèbes, Enéas (tous les deux anonymes), et le Roman de Troie de Benoît de Sainte-More.
Dans ces romans d'antiquité,  les sujets épiques empruntés aux Anciens s'enrichissent d'un exotisme voulu, et aux exploits guerriers typiques d'un Enéas ou d'un Hector s'ajoute une nouvelle préoccupation, celle du
couple amoureux - Enéas et Lavine, Jason et Médée - aux prises avec la passion naissante.

De la même époque proviennent les romans d'inspiration celtique, répandue en France par les jongleurs bretons et gallois,  la matière de Bretagne fournit à Béroul et à Thomas la vaste histoire de Tristan, amant
de la reine Iseut,  et à Marie de France les sujets de ses lais, qui sont de courtes nouvelles sentimentales, parfois légèrement teintées d'enchantement  magique et féerique. Avec l'appui d'une longue tradition érudite, le Roman de Brut (1155) de Wace,  traduit de "l'Historia regum Britanniae (1137), pseudo-chronique de Geoffroi de Monmouth, met le monde arthurien à la portée du public courtois pour la première fois. C'est cette même légende du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde qui deviendra le sujet par excellence des romans courtois et qui fera le renom du plus grand romancier du XII ème  siècle,  Chretien de Troyes.




Un écrivain courtois

Chrétien de Troyes, né à Troyes vers 1135 et mort vers 1183, fut un trouvère et poète français, considéré comme un des premiers auteurs de romans de chevalerie.

Comme son nom l'indique, Chretien était probablement originaire de Troyes,  où il aurait fréquenté la cour champenoise de Marie, fille du roi de France Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine. Vers 1159,  Marie épouse le comte Henri Ier de Champagne et devient par la suite l'animatrice d'un centre littéraire et intellectuel des plus brillants. C'est en effet à Marie, "Ma dame de Champagne", que Chretien attribue la matière et le sens d'un de ses romans, "Le Chevalier à la charrette". Plus tard, sous le mécénat de Philippe d' Alsace. comte de Flandre (mort en 1191),  il entreprend son dernier roman, " Le Conte du Graal",  qu'il n'achève pas avant sa mort. D'où les dates limites de 1159 et 1191 entre lesquelles se situe la majeure partie de son oeuvre.

Contemporain et des romanciers courtois émules de l' Antiquité et de ceux qui puisent dans les sources celtiques, Chretien se trouve au carrefour des deux traditions. D'après les titres qu'il énumère dans le prologue de Cligès,  son oeuvre de jeunesse comporte des imitations d'Ovide,  dont deux contes adaptés des Métamorphoses, et des traductions de "l'Ars amandi" et des "Remedia amoris", aussi bien qu'un conte du Roi Marc et d' Iseut la Blonde. emprunté à la matière de Bretagne. A part un "Philomela" inspiré des "Métamorphoses",  aucun de ces écrits ne nous est parvenu. En revanche,  on lui attribue le conte non-arthurien de "Guillaume d'
Angleterre", apparenté à la légende de saint-Eustache, et deux chansons d'amour dans le genre des trouvères lyriques. Quoique marginal, ce bilan révèle chez Chretien une connaissance assez étendue des courants littéraires de son époque.

Perceval ou le conte du Graal

Perceval, jeune homme naif, vit avec sa mère au fond des bois. A cause de la mort de son mari et des deux  ainés de Perceval, elle veut à tout prix lui épargner leur sort. Mais Perceval rencontre par hasard des  chevaliers de la Table Ronde et trouve sa vocation. Malgré les protestations de sa mère, il gagne la cour d'Arthur et se fait chevalier par une série d'épreuves prodigieuses.  Pendant ses errances, il passe une nuit au chateau d'un roi infirme et assiste à un cortège mystérieux. Par peur de sembler encore naif, il n'interroge pas son hôte sur la lance qui saigne et le "Graal" - une sorte de vase - qu'il voit défiler devant lui. Le lendemain il se trouve seul au château. Au départ, il apprend que sa mère est morte de chagrin lorsqu'il l'a quittée. Chez Arthur, une laide demoiselle lui  reproche son silence au chateau du Graal. Par conséquent, le roi restera infirme, son royaume sera dévasté, et ses sujets subiront les pires malheurs. Avant d'expier ses fautes, Perceval passe cinq années en quête du Graal. Un vendredi Saint, un ermite - son oncle
maternel - lui explique que le péché envers sa mère lui "trancha la langue"  au château du Graal.  En fait, le roi infirme est le cousin de Perceval, et le père de celui-là   -lui aussi oncle maternel de Perceval - se nourrit d'une seule hostie portée dans le Graal. Maintenant pénitent, Perceval écoute la lecon de piété et de charité et communie le jour de Pâques. S 'ensuivent les aventures de Gauvain, mais le roman, inachevé, ne reprendra pas celles de Perceval.

Extrait :

Un valet d'une chambre vint
Qui une blanche lance tint,
Empoignée par le milieu,
Et défila devant le feu
Près de ceux qui là s'asseyaient.
Toute l'assistance voyait
La lance au fer étincelant
D'une goutte de sang coulant
Du fer de la lance au sommet,
Et jusqu'à la main du valet
Coulait cette goutte vermeille.
Perceval vit cette merveille,
Lui qui au château reposa.
Mais de ce mystère il n'osa
Demander d'où il provenait :
Un conseil il se rappelait
De l'homme qui armer le fit
Qui lui enseigna et apprit
De se garder de trop parler.
Il craint, s'il ose en discuter
Qu'on ne lui tienne à vilenie :
Donc il ne le demanda mie.
Alors deux autres valets vinrent
Qui chandeliers en leurs mains tinrent
De fin or ouvragé en nielle.
La contenance était très belle
De ceux qui  chandeliers portaient.
Sur chaque chandelier brillaient
Dix chandelles à tout le moins.


Un graal entre ses deux mains
Une demoiselle tenait
Qui avec les valets venait,
Belle et douce et bien habillée.
Dans la salle elle fit son entrée,
Et du graal qu'elle tenait
Si vive clarté émanait
Que le chandelier fut obscur
Comme perd l'astre sa lueur
Quand se lève soleil ou lune.
Après elle s'ensuivait une
Qui tenait un plateau d'argent.
Le graal, qui allait devant
De fin or épuré était ;
Pierres précieuses avait
Ce graal, de toutes manières,
Des plus riches et des plus chères
Qu'il y aient en mer ou sur terre.
Valaient plus que toute autre pierre
Celles du graal, sans doutance.
Tout ainsi que passa la lance
Devant le feu elles passèrent
Et d'une chambre à l'autre allèrent.
Le jeune homme les vit passer,
Mais il n'osa point demander
A qui du graal on servait,
Car toujours au coeur il avait
Le conseil du prudhomme sage...

Trad. D. MADDOX


Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives