Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 15:00

 

 

Un jeune archéologue et un aventurier, partis à la recherche de sculptures antiques au Siam, affrontent la double adversité de la nature et des tribus locales.


 

La première édition de "La Voie royale" annonçait une suite au roman : "La Voie royale" constitue le tome premier des "Puissances du désert" dont cette initiation tragique n' est que le prologue." Cette suite n' a en réalité jamais été écrite, si ce n' est sous forme d' un embryon de roman enclavé dans les "Antimémoires" et évoquant le personnage de Mayrena.


 

La voie royale...


Sur le bateau qui le mène au Cambodge, Claude Vannec rencontre un mystérieux aventurier, Perken. Ce Danois recherche le moyen d'obtenir I'argent nécessaire pour protéger une région du Siam qu'il  "tient", contre toute intrusion étrangère. Vannec lui expose son projet de rapporter sculptures et bas-reliefs trouvés le long de l'antique voie royale qui partait d'Angkor pour traverser le Siam, et lui offre ainsi I'occasion recherchée. Les oeuvres d'art seraient vendues en Europe. Mais I'aventure s'avère d'emblée périlleuse. Regardée avec suspicion par le ministère des Colonies, la mission de Claude est dotée de peu de moyens. L'expédition commence difficilement tant la nature luxuriante où pullulent les insectes et animaux de tout genre apparaît mortifère (qui entraîne la mort)  ; et les ruines rencontrées sont décevantes. Enfin, Vannec et Perken découvrent un temple aux sculptures intactes. Mais l' opération pour les détacher est délicate et longue, et les guides les ont tous abandonnés.


 

Une pathétique marche vers la mort


Alors qu'elle continue à s'enfoncer dans la forêt, l'expédition sent peser sur elle la menace des tribus hostiles. Vannec et Perken ne tardent pas à tomber entre les mains de I'une d'elles, les Moïs. Là, Perken retrouve, pitoyable, réduit en esclavage, un vaillant aventurier qu'il recherchait, Grabot. Menacé de mort, Perken passe un contrat avec le chef. Mais il s'est grièvement blessé, et le verdict des médecins annonce une mort imminente. Alors commence la marche vers la "région de Perken", au Laos. Tandis qu'il entre dans une douloureuse agonie, Perken voit s'écrouler sous ses yeux I'oeuvre de sa vie : une colonne de soldats, mandatée par le gouvernement du Siam, marche imperturbablement et apporte la civilisation avec la voie ferrée. Perken meurt.

 

Magistrale introduction à l' oeuvre de Malraux, "La Voie royale"  est une marche pathétique vers la mort, une tragique confrontation avec le destin. Le roman d'aventure, dense et haletant, auquel la méditation de l'auteur donne toute sa dimension, annonce les grands romans, "La Condition humaine"  et  "L'Espoir".


"Comme d' autres ont besoin de l'imagination, Malraux a besoin de l' éprouvé". De fait, "La Voie royale" a une base réelle : André Malraux, manquant d' argent était parti en 1923 avec sa femme Clara, piller le temple khmer de Banteai-Srei, ce qui lui valut de la prison.

 

 


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/83/Colonettesbanteaysrei.JPG/87px-Colonettesbanteaysrei.JPG

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/ec/Banteaysreimandapa.JPG/90px-Banteaysreimandapa.JPG              


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/07/Banteay_Srei_in_Angkor.jpg/120px-Banteay_Srei_in_Angkor.jpg

   http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fa/Pedlintelsrei.JPG/120px-Pedlintelsrei.JPG    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait :


Perken passa des jumelles à Claude, une fois de plus. L' agitation, rapprochée ainsi, restait ordonnée : rien ne distrayait les Moïs de leur but. L'extrême tension de l'atmosphère, l'hostilité de ce qui baignait dans l'air, comme si tous ces gestes tendus vers eux se fussent ramassés en une seule âme, tout convergeait des êtres à l' affût vers ces hommes acculés (...). L' épouvante de l' être écrasé de solitude saisit Claude au creux de l' estomac, au défaut des hanches, l' épouvante de l' homme abandonné parmi des fous qui vont bouger. (...).


                                        ***


Toute pensée précise était anéantie par ces têtes aux aguets : l' irréductible humiliation de l' homme traqué par sa destinée éclatait. La lutte contre la déchéance se déchaînait en lui ainsi qu'une fureur sexuelle, exaspérée par ce Grabot qui continuait à tourner dans la case comme autour du cadavre de son courage. Une idée idiote le secouait : les peines de l' enfer choisies pour l' orgueil - les membres rompus et retournés, la tête retombée sur le dos comme un sac, le pieu du corps à jamais planté en terre - et le désir forcené que tout cela existât pour qu' un homme, enfin, pût cracher à la face de la torture, en toute conscience et en toute volonté, même en hurlant. Il éprouvait si furieusement l'exaltation de jouer plus que sa mort, elle devenait à tel point sa revanche contre l'univers, sa libération de l' état humain, qu' il se sentit lutter contre une folie fascinante, une sorte d' illumination. "Aucun homme ne tient contre la torture" traversa son esprit, mais sans force, comme une phrase, lié à un cliquètement inexplicable : ses dents qui claquaient. Il sauta sur la claie, hésita encore une seconde, tomba, se redressa, un bras en l' air, tenant son revolver par le canon, comme une rançon.
"Fou ?" Claude, la respiration coupée, le suivait du canon de son arme : Perken marchait vers les Moïs, pas à pas, tout le corps raidi. Le soleil abaissé lançait sur la clairière de longues ombres diagonales, avec un dernier reflet sur la crosse du revolver. Perken ne voyait plus rien. Son pied rencontra un buisson bas ; il fit un geste de la main, comme s' il eût pu l'écarter (il ne suivait pas le sentier), continua d'avancer, tomba sur un genou, se releva toujours aussi raide, sans avoir lâché le révolver. La piqûre des plantes fut si aigüe qu'il vit, une seconde, ce qui était devant lui : le chef inclinait la main vers la terre, opiniâtrement. Poser le révolver. Il était la -haut dans sa main. Enfin, il parvint à à plier le bras, pris l'arme de l'autre main, comme pour la détacher. Ce n'était plus de l'hésitation : il ne pouvait plus bouger. Enfin elle s'abaissa d'un coup et s'ouvrit, tous les doigts tendus : le révolver tomba.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives