Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 13:00

 

1908 - 1986

 

Simone de Beauvoir  est née en le 9 janvier 1908 à Paris, elle décède le 14 avril 1986 à Paris. Ecrivain français, elle est  sans doute le plus parfait  "honnête homme"  de la littérature contemporaine. Elle rencontre Jean Paul Sartre au cours de brillantes études ; ils préparent l'agrégation de philosophie, à laquelle ils sont tout deux reçus en 1929. En admiration devant Sartre, qu'elle reconnaît d'une intelligence supérieur à la sienne, elle subit l'ascendant  de ce dernier et devient sa compagne.


http://blog.francetv.fr/nng_images.php?img=/poesiemed/files/p/o/e/poesiemed/images/Beauvoir_Simone.jpgSes liens avec Jean Paul Sartre ne I'ont jamais empêchée de vivre et d'écrire (Ies deux choses se confondent pour elle) son existence de femme avec la plus totale loyauté et la plus complète lucidité. Le problème de la relation à autrui est fondamental : "L' lnvitée" (1943) ; la situation de la femme dans la société actueIle :"Le Deuxième sexe" (1949) ; des intellectuels dans leurs idéologies contradictoires : "Les Mandarins" (1954) ; de I'être humain face à lui-même.

 

Ses << souvenirs >> donnent une dimension nouvelle à I'autobiographie : dans "Les Mémoires d'une jeune fille rangée" (1958), "La Force de l'âge" (1960), "La Force des choses" (1964) s'exprime la vérité de la carrière d'un écrivain qui a eu le <<projet d'englober le monde dans I'expérience de [sa] vie >>.

 

Philosophe de formation, Simone de Beauvoir a également publié des essais : "Pyrrhus et Cinéas" (1944), "Pour une morale de l'ambiguïté" (1947) et, à partir de voyages, de pénétrantes analyses sociologiques : "L' Amérique au jour le jour" (1948), "La Longue Marche" (1957). Une réflexion de moraliste, confrontée à la mort et tentée de faire un bilan : "Une mort très douce" (1964), "Tout compte fait" (1972), a contribué à donner sa véritable dimension à un humanisme sans préjugés, qui dépasse singulièrement I'existentialisme ou le féminisme anecdotiques dans lesquels on est parfois tenté de la limiter.

 

LE DEUXIEME SEXE :


 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/413A9J0KFSL._SL500_AA300_.jpgUne femme prend conscience de l'aliénation de la condition féminine. ElIe dénonce avec virulence, à travers une étude très approfondie, l'asservissement du deuxième sexe.

 

Les oeuvres de Simone de Beauvoir sont fortement marquées par le système philosophique de Sartre. "Le Deuxième Sexe" semble ainsi répondre au désir sartrien d'une littérature qui agit sur le monde.

 

"On ne naît pas femme, on le devient."


"Le Deuxième Sexe" est une étude sur la femme et son rôle dans la société. Dans une perspective historique et mythique puis en s'appuyant sur des expériences vécues, Simone de Beauvoir montre comment, d'une manière ou d'une autre, la femme a toujours été I'escIave de I'homme. Elle récuse I'idée d'une nature féminine pourtant si encensée dans la littérature. En effet, I'homme tente de faire oublier à la femme sa dépendance en attribuant un charme particulier à son sexe. Rien de naturel ni de biologique ne cantonne la femme à son rôle, sa condition est un phénomène purement culturel :
"Ce n'est pas I'infériorité des femmes qui a déterminé leur insignifiance historique, c'est leur insignifiance  historique qui les a vouées à I'infériorité." Qu'elle soit mère, épouse, fille, prostituée, la femme ne se définit qu'en fonction de I'homme et jamais pour elle-même : elle incarne I'Autre. Cette altérité posée a priori entraîne I'irnpossibilité de relations de réciprocité et d'égalité entre hommes et femmes. Souvent assimilée à la matière (Ies métaphores de la féminité empruntent en majorité leur vocabulaire aux matières organiques et végétales), la femme aspire à devenir enfin une conscience autonome. C'est d'une égalité totale des deux sexes que naîtra la liberté de la femme.

 

Une thèse novatrice


Cette imposante étude a suscité un tollé général à sa sortie en 1949. Après 1970, I'ouvrage a connu un énorme succès faisant de Simone de Beauvoir une théoricienne du mouvement féministe. L'intérêt de ce travail repose sur les qualités de réflexion et la grande érudition de I'auteur qui s'appuyait déjà sur les données d'un Lacan ou d'un Lévi-Strauss. A la fois polémique et volontairement effacé, le style cherche à mettre I'accent sur I'idée. C'est ainsi que l'existentialisme, moteur philosophique du "Deuxième Sexe", est cIairement mis en vaIeur. La liberté du sujet tient la première place, et sa dimension métaphysique y est privilégiée.

 

Bien que théorique dans la forme, cette étude s'appuie sur une multitude d'exemples très concrets et offre des conclusions des plus réalistes : "C'est par le travail que la femme a en grande partie franchi la distance qui la séparait du mâle ; c'est le travail qui peut seul lui garantir une liberté concrète".

 

EXTRAITS

 

Pendant vingt ans d'attente, de rêve, d'espoir, la jeune fille a caressé le mythe du héros libérateur et sauveur : l'indépendance conquise dans le travail ne suffit pas à abolir son désir d'une abdication glorieuse. Il faudrait  qu'elle eût été élevée exactement comme un garçon pour pouvoir surmonter aisément le narcissisme de  l'adolescence : mais elle perpétue dans sa vie d'adulte ce culte du moi auquel toute sa jeunesse l'a inclinée ; de ses réussites professionnelles, elle fait des mérites dont elle enrichit son image,.elle a besoin qu'un regard venu  d'en haut révèle et consacre sa valeur. Même si elle est sévère pour les hommes dont elle prend quotidienne ment  la mesure, elle n'en révère pas moins I'Homme et si elle le rencontre, elle est prête à tomber à ses genoux. Se faire justifier par un Dieu, c'est plus facile que de se justifier par son propre effort ; le monde l'encourage à croire en la possibilité d'un salut donné : elle choisit d'y croire. Parfois, elle renonce entièrement à son autonomie, elle n'est plus qu'une amoureuse ; le plus souvent elle essaie une conciliation ; mais l'amour idolâtre, l'amour abdication est dévastateur : il occupe toutes les pensées, tous les instants, il est obsédant, tyrannique.


                       ***


L'histoire nous a montré que les hommes ont toujours détenu tous les pouvoirs concrets, depuis les premiers temps du patriarcat ils ont jugé utile de maintenir la femme dans un état de dépendance ; leurs codes se sont établis contre elle ; et c'est ainsi qu'elle a été concrètement constituée comme I'Autre. Cette condition servait les intérêts économiques des mâles ; mais elle convenait aussi à leurs prétentions ontologiques et morales. Dès que le sujet cherche à s'affirmer, I'Autre qui le limite et le nie lui est cependant nécessaire : il ne s'atteint qu'à travers cette réalité qu'il n'est pas.


                       ***


Aspasie, Mme de Maintenon, la princesse des Ursins furent des conseillères écoutées : encore a-t-il fallu qu'on consentît à les écouter. Les hommes exagèrent volontiers l'étendue de ces influences quand ils veulent convaincre la femme qu'elle a la plus belle part ; mais en fait les voix féminines se taisent là où commence l'action concrète ; elles ont pu susciter des guerres, non suggérer la tactique d'une bataille ; elles n'ont guère orienté la politique que dans la mesure où la politique se réduisait à l'intrigue : les vraies commandes du monde n'ont jamais été aux mains des femmes ; elles n'ont pas agi sur les techniques ni sur l'économie, elles n'ont pas fait ni défait des États, elles n'ont pas découvert des mondes. C'est par elles que certains événements ont été déclenchés ; mais elles ont été prétextes beaucoup plus qu'agents. Le suicide de Lucrèce n'a eu qu'une valeur de symbole. Le martyre demeure permis à l'opprimé ; pendant les persécutions chrétiennes, au lendemain de
défaites sociales ou nationales, des femmes ont joué ce rôle de témoin ; mais jamais un martyr n'a changé la face du monde.

 

NOTES :

 

1949 : Parution du Deuxième Sexe qui est très critiqué par des écrivains aussi différents que Mauriac et Camus. "Ce livre est magnifique, brutal, impudique, irritant, nécessaire. Il ne cache rien. Il fouille tout. Il dit tout avec une violence et une colère froides. Il révèle ce que nous savions déjà. Il répète inlassablement ce qu'iI était peut être inutile de dire. II arrache I'admiration et provoque I'agacement". G. Hourdin.

 

L'ouvrage a servi de moteur au mouvement féministe, ce qui explique son immense succès aux USA, vingt ans après sa parution. A. Schwarzer, féministe, s'y réfère : "Elle incarne I'exigence existentialiste de se transformer d'objet en sujet, de refuser la passivité, d'agir malgré tout et de devenir ainsi et à ce prix un être humain". 

 

Parti de I'idée que le problème de la question féminine trouverait sa solution dans I'évolution socialiste de la société, le fameux couple Beauvoir-Sartre est amené à penser, trente ans après, qu'une lutte féministe  indépendante est indispensable : "Je ne pense pas qu'elle (Ia lutte féministe) découle de la lutte des classes."
Sartre.


Cependant, la thèse du Deuxième Sexe s'avère toujours valide. Des années après, Simone de Beauvoir porte un regard concluant sur son  oeuvre: "Tout compte fait, c'est peut-être de tous mes livres celui qui m'a apporté les plus solides satisfactions. Si on me demande comment je le juge aujourd'hui, je n'hésite pas à répondre : je suis pour".

 

 Hommage à Simone De Beauvoir en Chanson


 



 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Cathou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cathou
  • Le blog de Cathou
  • : Bonjour à tous.... Une approche de certains écrivains ; vie, œuvres, extraits. A l'attention de la personne "ANONYME" qui se reconnaîtra.... : je n'ai jamais voulu m'approprier ce travail, j'ai noté dans ma page d'accueil les sources :Ce blog sans prétention aucune a été crée à partir de fiches -collection Atlas - et d'ouvrages - collection Lagarde et Michard et collection Nathan "Grands écrivains du Monde", -
  • Contact

Divers personnages....


DANTE


                                                                                                      Béatrice Portinari









Dante par Giotto








Première page de la Divine Comédie













************************************************






SOPHOCLE



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Sophocles.jpg/220px-Sophocles.jpg

                                                                                                            


     
       

                      

                                                                                                       Antigone




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fc/Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg/180px-Philoctetes_Hermonax_Louvre_G413.jpg

Philotecte abandonné par les Grecs







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/ff/Sophocles_CdM_Chab3308.jpg/180px-Sophocles_CdM_Chab3308.jpg
Sophocle  Bas relief en marbre









Sophocle




*********************************************************************************




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/Sanzio_01_Pythagoras.jpg/220px-Sanzio_01_Pythagoras.jpg

Pythagore



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ca/Plato_Symposium_papyrus.jpg/220px-Plato_Symposium_papyrus.jpg

Le Banquet manuscrit sur papyrus.






Platon par Raphaël





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Aristoteles_Louvre.jpg/200px-Aristoteles_Louvre.jpg

ARISTOTE





Aristote par Raphaël




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg/200px-Sanzio_01_Plato_Aristotle.jpg


Aristote sur une fresque murale à Rome




http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ac/BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg/300px-BattleofIssus333BC-mosaic-detail1.jpg


Alexandre à une bataille






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/79/AlexanderAndLion.jpg/300px-AlexanderAndLion.jpg



Alexandre combattant un lion







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/thumb/3/38/Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg/200px-Alexander_on_Bucephalus_bronze_statue.jpg



Bronze - Alexandre









Buste d'Alexandre le Grand







http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3b/Alexander_and_Aristotle.jpg/250px-Alexander_and_Aristotle.jpg

Alexandre et Aristote





http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c1/Grandes_chroniques_Roland.jpg/300px-Grandes_chroniques_Roland.jpg
Enluminure "Chanson de Roland"










http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Mort_de_Roland.jpg/300px-Mort_de_Roland.jpg
Mort de Roland à Ronceveaux
















http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg/250px-Charlemagne_and_Pope_Adrian_I.jpg
Charlemagne et le Pape Adrien I






http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/75/Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg/250px-Charlemagne_et_Louis_le_Pieux.jpg


Charlemagne et son fils Louis le Pieux






RUTEBOEUF

                            



http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:CSPIsFWD7EZ5VM:http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/Jean_de_Joinville.jpg






Ruteboeuf par Clément Marot

Archives